menu 2

gfMes dernières chroniques

Green OAK d' Emma Landas


 
La vie de Victoria bascule un jour d’été ensoleillé, quand son cœur sombre en même temps qu’elle au fond du lac.
Lui, le sang-mêlé mis à l’écart par son peuple, lui le beau Tsigane aux yeux gris et à la peau trop mate pour les gadjos mais trop pâle pour les siens, est aux antipodes de la jolie blonde issue de l’aristocratie.
Et pourtant ! Le destin se joue des conventions et des apparences. Le vieux chêne vert sera témoin de cet amour hors du temps qui unit deux âmes que tous cherchent à séparer.




Il y a bien longtemps qu'Emma a quitté l'adolescence, et elle donnerait tout pour y retourner, d'ailleurs. Mais elle a su conserver une âme ouverte, sensible et pleine de gaieté, qui lui permet avec hilarité de se considérer comme une Young Adult.
Amoureuse de la littérature, même et surtout des grands classiques, elle dévore parallèlement la New Romance. C'est dans ce contexte passionnel qu'elle fait la connaissance d'Anna Todd. Un premier diner partagé avec la best-seller américaine, et ses envies d'écrire, tapies au fond d'elle depuis son enfance, resurgissent et la mènent sur Wattpad, où elle écrit au gré de son inspiration, son premier roman « Chirurgicalement vôtre ».
Infirmière en vrai, mais romancière en rêve, Emma laisse sa plume être guidée par les rencontres que lui offre la vie, mais également par les magnifiques paysages qui font la fierté de la région bordelaise dans laquelle elle vit.
Mauvaise élève qui n'écrit jamais avec de plan, mais cependant poète et chargée d'une bonne dose d'humour, Emma fait partie de ces personnes à qui il ne faut jamais rien confier. Car prenez garde ! Tout ce que vous direz pourra et sera retenu contre vous, et sera utilisé dans un de ses romans.




Le résumé me tentait énormément mais je dois avouer que j'ai eu du mal à finir ce roman. Comment vous l'expliquer ? Rien ne m'a déplu mais je n'ai pas non plus été captivée.
Il me semble que l'action ou la mise en place est trop lente à mon goût...La romance met du temps à s'installer. Il y a trop de clichés qui sont amenés de façon trop brutale...
Je pense lire un autre livre de cette auteure pour avoir un avis plus éclairé mais clairement, je suis passé à côté de celui-ci.





Viens, susurre-t-elle en prenant ma main.
Elle nous mène jusqu’à la baignoire toujours pleine, et lâche ma main pour la vider.
Nous sommes toujours nus, mais elle comme moi n’en éprouvons aucune gêne. Je la regarde remplir à nouveau le bain, assise sur le rebord, sa main caressant la surface de l’eau pour s’assurer de la température. Je contemple son dos si fin, au toucher si délicat, et ne peux m’empêcher de venir le baiser. J’appuie mes lèvres en différents endroits et ne m’arrête que lorsque je suis certain de n’avoir négligé aucune zone, de sa nuque jusqu’à ses reins.
Viens, répète-t-elle.
Elle grimpe dans la baignoire, glisse dans l’eau et me fait signe de prendre place derrière elle.
Je m’immerge à mon tour et accède à sa demande, mes bras la ramenant au plus près de moi.
Regarde.
Elle cale son dos contre mon torse et désigne le miroir face à nous.
Dis-moi ce que tu vois, m’intime -t-elle toujours dans un murmure.
Je vois… une jeune femme belle à en mourir, dont le sourire n’a d’égal que sa force et son courage
Ses joues rougissent, mais ses lèvres s’étirent plus largement, dévoilant ses dents d’une blancheur immaculée. Elle relève son menton et reprend un air plus fier.
Que vois-tu d’autre ?
Mmm, je vois derrière elle un garçon plutôt pas mal…
Le désir s’invite dans ses yeux et elle mord sa lèvre inférieure tandis que sa poitrine se gonfle.
Je confirme, affirme-t-elle sans cesser de sourire.
— … qui m’a l’air fou amoureux.
D’elle ?
Oh que oui.
Comment le sais-tu ?
Je le vois dans le regard qu’il lui offre.
Pourquoi ? Comment la regarde-t-il ?
Comme un homme qui a perdu la raison. Comme un homme qui sait à peine comment on fait pour respirer. Il la regarde comme une reine, une muse, comme le bien le plus précieux qu’on puisse trouver sur cette Terre.
Elle pince les lèvres dans une moue émue, mais reprend contenance en feintant l’orgueil.
Et elle, comment le regarde-t-elle ?
Mmm, je ne sais pas trop… Sûrement comme le héros qu’il est. Et probablement comme le gars le plus beau du coin. Je pense qu’elle a de la chance ! argué-je avec condescendance.
Victoria se détourne du miroir et balaie l’eau de sa main pour m’éclabousser le visage.
Tu es arrogant et vaniteux. Ce n’est pas du tout ce que moi je vois dans ce miroir, me sermonne-t-elle en me jetant dessus un faux regard noir.
Ah oui ? Alors dis-moi ce que tu vois.
C’est vrai qu’elle voit un héros, reprend-elle après un court silence. Mais pas au sens où tu l’entends. Certes, il l’a un jour sauvée de la noyade, mais il l’a sauvée de bien des manières différentes. Il lui a permis de ne jamais sombrer, parce qu’elle n’a toujours vu que son visage, même durant ses cauchemars. Il lui a redonné la vue malgré la puissance du soleil qu’il lui a mis devant les rétines. Grâce à lui, elle a de nouveau cru en l’amour et en la vie. Elle a retrouvé le sourire et l’espoir. La joie et le bonheur. Grâce à lui, elle a eu envie de vivre et d’être aimée pour ce qu’elle est à ses yeux. Elle s’est sentie belle et importante. Voilà ce que je moi je vois.
Je la serre tellement fort que j’ai peur de lui briser les os. Mais je suis incapable de relâcher la pression, et d’autant moins alors qu’elle tourne son visage vers le mien et m’embrasse avec un total abandon.
Nous glissons des « je t’aime » entre nos nombreux baisers et restons dans ce bain durant un long moment, sans jamais quitter des yeux l’image que nous renvoyons. Celle de ces deux jeunes gens éperdument fous amoureux l’un de l’autre qui ne pensent à rien d’autre qu’à l’instant présent. Un présent où nul frère, nul flic et nul parent n’existent. Non, ils choisissent d’éloigner pour quelque temps le danger et les conséquences qui traînent dans son sillage.
Nous devrions sortir de ce bain. Tu grelottes et tu es en train de me donner un aperçu de celle que tu seras dans cinquante ans, lui dis-je en me moquant de ses doigts flétris par l’eau.
Elle m’asperge de nouveau et reste face à moi.
Et est-ce que tu m’aimeras toujours dans cinquante ans ? me demande-t-elle avec un soupçon d’inquiétude.
Bien sûr. Même lorsque tes cheveux auront pris la couleur de cette salle de bains et que tu ne te souviendras même plus de qui je suis.
Jure-le-moi.
Je te le jure.
Jusqu’à ce que la mort nous sépare ?
Jusqu’à ce que la mort nous sépare, soufflé-je au creux de sa bouche que je baise avec douceur.
Bien ! clame-t-elle en se mettant debout. Maintenant, on mange. J’ai faim.
Elle sort de la baignoire avec entrain alors que je suis englué dans le trouble que la nouvelle promesse que je viens de lui faire a déclenché. Je ne pense pas que Victoria entende celle-ci comme moi je l’entends. À croire qu’elle a définitivement transformé le vagabond que je suis en une chose ridiculement romantique.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Laissez vos commentaires