menu 2

Mes dernières chroniques

mardi 13 avril 2021

La musique qui fait battre mon coeur... #13

 





- Bette Midler -  

The Rose

 

Certains disent que l'amour est une rivière
Qui submerge le fragile roseau.
Certains disent que l'amour est une lame
Qui fait saigner votre âme.
Certains disent que l'amour est un désir ardent,

Un besoin qui fait souffrir sans cesse.
Je dis que l'amour est une fleur,
Et toi son unique graine.

C'est un coeur qui a peur d'être brisé
Qui n'apprend jamais à danser.
C'est un rêve qui a peur de prendre fin
Qui ne saisit jamais sa chance.
C'est celui qui a peur de se laisser aller,
Qui ne semble pouvoir donner,
Et une âme qui a peur de mourir
Qui n'apprend jamais à vivre.

Quand la nuit a été emplie de solitude
Et que la route a semblé trop longue
Et que tu penses que l'amour n'est fait que
Pour ceux qui ont de la chance et qui sont forts,
Souviens -toi simplement qu'en hiver


Sous la neige glaciale
Repose cette graine qui grâce à l'amour du soleil
Au printemps deviendra une rose.

 

 

 

Cem Adrian & Şebnem Ferah 

- İnce Buz Üstünde Yürüyorum

 
 
 
 

- Zazie -  

ça
 
 

On oublie les adresses
Comme les gens qui nous blessent
On oublie sans cesse
Les jours d'anniversaire
Et nos clés, les repères, on les perd
On oubliera les chaînes
De nos vies qui se traînent
On oublie quand même
Mais il est une chose à laquelle
Nous resterons fidèles

Les yeux, la voix
Les mains, les mots d'amour
Ça reste là
Le jour et l'heure
La peau, l'odeur, l'amour
Ça reste là
C'est fort encore
C'est mort, d'accord,
Mais ça ne s'oublie pas
Ne s'oublie pas
Ça
On n'oublie pas

J'oublierai ce mois d'août
Où j'ai dû faire la route
Sans toi, sans doute
J'oublierai ma défaite
Et le rêve qui s'arrête
J'oublierai peut-être
Mais j'y pense encore quelquefois
Et ça ne s'explique pas
S'explique pas

Tes yeux, ta voix
Tes mains sur moi
Toujours, ça reste là
Le jour et l'heure
Ta peau, l'odeur
L'amour, ça reste là
C'est fort encore
C'est mort, d'accord,
Mais ça ne s'oublie pas
Ne s'oublie pas
Ça
Je n'oublie pas

Tes mains sur moi
Les mots d'amour
Ça reste là
Le jour et l'heure
La peau, l'odeur
L'amour c'est là
On n'oublie pas
Les yeux, la voix
Tes mains sur moi
Les mots d'amour, ça reste là (on n'oublie pas, ça ne s'oublie pas)
Le jour et l'heure
La peau, l'odeur
L'amour c'est là (on n'oublie pas)
On n'oublie pas (ça ne s'oublie pas)
Les yeux, la voix
Tes mains sur moi
Les mots d'amour, ça reste là (nous on n'oublie pas, je ne t'oublie pas)
Le jour et l'heure
La peau, l'odeur
L'amour (on n'oublie pas)
Je ne t'oublierai jamais

 

 

 

 

- Aaron -  

Les rivieres

J'avais le goût des grands dégâts de nuit
Tes bras avaient la taille de toute une vie
L'horizon coupé clean comme un Saint Laurent sur les épaules des grands soirs

J'avais le goût du risque qui illumine
Alors j'ai plongé dans le noir de ta pupille
J'ai glissé, comme glissent les rapides des rivières, jusqu'aux bras de la mer

Off we go
Forget about tomorrow (oh go oh)
It's dawn at global warming (off we go)
My blue jeans, your black dreams (oh go oh)

J'avais le goût des grands dégâts de nuits
Tes mots avaient la taille de toute une vie
L'horizon coupait clean d'un trait rouge de laser la surface de la Terre

Partout le goût du risque qui illumine
Alors je t'ai laissé dilater le vide de ma pupille
Combien de vaisseaux, de radeaux, de bateaux échoués sur l'océan, mer de ta peau

Off we go
Forget about tomorrow (oh go oh)
It's dawn at global warming (off we go)
My blue jeans, your black dreams (oh go oh)

Off we go
Forget about tomorrow (oh go oh)
It's dawn at global warming (off we go)
My black jeans, your blue dreams (oh go oh)

Off we go
Oh go oh
Off we go
Oh go oh


 
 
 
 
 
 

- Phil Collins -  

Take a look at me nowm

Comment puis-je seulement te laisser partir, te laisser partir sans une trace
Quand je reste ici partageant le même air que toi, ooh
Tu es la seule qui m'ait réellement connu.

Comment peux-tu partir, quand la seule chose que je puisse faire c'est te regarder me quitter
Parce que nous avons partagé les joies et les peines, et même partagé les pleurs,
Tu es la seule qui m'ait vraiment connu.

Alors regarde-moi maintenant, parce qu'il ne reste qu'un grand vide
Et il n'y a plus rien ici pour me souvenir, juste le souvenir de ton visage,


Regarde-moi maintenant, parce qu'il ne reste qu'un grand vide
Et que tu reviennes à moi serait contre toute logique et c'est ce que je dois affronter.

Je souhaiterais juste pouvoir te faire faire demi-tour, faire demi-tour pour me voir pleurer,
Il y a tellement de choses que j'ai besoin de te dire,
Tellement de raisons qui font que tu es la seule qui m'ait vraiment connu.

Alors regarde-moi maintenant, parce qu'il ne reste qu'un grand vide
Et il n'y a plus rien ici pour me souvenir, juste le souvenir de ton visage
Regarde-moi maintenant, parce qu'il ne reste qu'un grand vide

Et que tu reviennes à moi serait contre toute logique et c'est ce que je dois affronter.

Regarde-moi bien maintenant, parce que contre toute logique je reste ici
Et que tu reviennes à moi serait contre toute logique
C'est la chance que je dois saisir… oh, oho

Regarde-moi seulement…

 
 
 
 
 

-Kuzgun -

Minnet Eylemem Özel Klip

 
 
 
 

-Emeli Sande -

River

 

Fleuve


Si tu cherches la grande aventure
Et que l'or est tout ce que tu as à l'esprit
Si tout ce que tu veux est quelqu'un pour prendre ta photo
Alors je ne vais pas gaspiller ton temps


Regarde, peut-être que je suis trop calme pour toi
Tu ne m'as sans doute jamais remarqué
Mais si tu es trop grand pour suivre les fleuves
Comment vas-tu trouver la mer?


(Refrain:)
Alors suis-moi, je serai ton fleuve, fleuve
Je ferai la course pour toi
Suis-moi, je serai ton fleuve, fleuve
Je déplacerai les montagnes pour toi
Suis-moi, je serai ton fleuve, fleuve
Je suis là pour que tu puisses flotter
Suis-moi, je serai ton fleuve, fleuve
Fleuve, fleuve ouais


Si tout ce que tu veux ce sont des réponses à tes questions
Et que tu n'arrives pas à trouver de l'amour gratuitement
Si tu cherches la bonne direction, alors chéri regarde-moi
Vois, je peux alléger la charge, j'ai juste besoin que tu te confies à moi
Mais si tu es trop fier pour suivre les fleuves, comment vas-tu trouver la mer?


(Refrain)
Partout où tu te tiendras, je serai à tes côtés
À travers le bien, à travers le mal, je ne serai jamais dure à trouver
Alors partout où tu te tiendras, je serai à tes côtés
À travers le bien, à travers le mal, je ne serai jamais dure à trouver


(Refrain)
Partout où tu te tiendras, je serai à tes côtés
À travers le bien, à travers le mal, je ne serai jamais dure à trouver


 
 
 
 
 
 

-Antoine Eli -

La rose et l'armure

 

Suivant la longue métamorphose qui m'éloigne de mon passé
J'ai croisé une rose qui ne pouvait pas avancer
Pas qu'elle n'ose pas la chose mais n'y avait jamais pensé
Depuis toujours tenant la pose quand les regards l'éclaboussaient

Elle a la couleur de l'amour bien que je n'l'ai jamais croisé
Bien qu'à la lumière du jour, les fleurs sont toutes belles à crever
Alors j'ai mis la route en pause, à ses cotés me suis posé
Puisque cette rose semblait morose d'être seule au jour achevé

Ma rose, ma rose, ma rose, ma rose écoute mes murmures
Ma rose, ma rose, ma rose, ma rose tu peux être sûre
Que tu n'seras plus jamais seule pour franchir les murs
Il y a d'la place sur mon épaule pour une rose et son armure

Suivant la course du soleil avec nos yeux fatigués
On s'est raconté nos merveilles et nos tristesses irriguées
On n'avait pas grand chose à faire alors on s'est allongé
Avec ma rose j'ai fait la guerre à mon envie de voyager

Mais au matin la route appelle alors je lui ai proposé
Si elle osait me faire l'honneur d'avancer à mes côtés
Même si ton armure est trop lourde bien qu'elle t'ait toujours protégé
Sache que la vie est sourde quand elle ne doit pas nous blesser

Ma rose, ma rose, ma rose, ma rose écoute mes murmures
Ma rose, ma rose, ma rose, ma rose tu peux être sûre
Que tu n'seras plus jamais seule pour franchir les murs
Il y a de la place sur mon épaule pour une rose et son armure

Traversant tous les bruits du monde avec ma fleur à mes côtés
Me nourrissant chaque seconde de sa douceur et sa beauté
J'ai croisé un ruisseau immonde qui a cru bon de refléter l'image
D'un monstre bleu profond d'un guerrier triste et abîmé

Comment ma rose as-pu tu subir pareille offense à ta splendeur?
Et comment puis-je réussir à oublier qu'elle fût l'erreur
De t'arracher à ton jardin et cause un vide dans mon cœur
Mais elle m'arrête puis m'embrasse, ma rose rit et moi je pleure

Ma rose, ma rose, ma rose, ma rose écoute mes murmures
Ma rose, ma rose, ma rose, ma rose maintenant je suis sûr
Que je n'serai plus jamais seul pour franchir les murs
Il y a d'la place sur mon épaule pour une rose et son armure

Ma rose, ma rose, ma rose, ma rose que ça peut être dur
Ma rose, ma rose, ma rose, ma rose depuis que ma vie dure
Je n'avais jamais eu personne pour guérir mes blessures
Jusqu'à ce que un jour une rose vienne se poser sur mon armure



 
 
 
 
 
 

- Grand Corps Malade -

Rencontre

 

C'était sur une grande route, je marchais là depuis des jours
Voire des semaines ou des mois, je marchais là depuis toujours
Une route pleine de virages, des trajectoires qui dévient
Un chemin un peu bizarre, un peu tordu, comme la vie

Évidemment, j'étais pas tout seul, j'avais envie de faire connaissance
Y'avait un tas de personnes et personne marchait dans le même sens
Alors je continuais tout droit mais un doute s'était installé
Je savais pas ce que je foutais là, encore moins où je devais aller

Mais en chemin, au fil du temps, j'ai fait des sacrées rencontres
Des trucs impressionnants, faut absolument que je vous raconte
Ces personnages que j'ai croisé, c'est pas vraiment des êtres humains
Tu peux parler avec eux mais jamais leur serrer la main

Tout d'abord, sur mon parcours, j'ai rencontré l'innocence
Un être doux, très gentil, mais qui manque un peu d'expérience
On a marché un petit moment, moins longtemps que ce que j'aurais cru
J'ai rencontré d'autres éléments et l'innocence a disparu

À un moment, sur mon chemin, j'ai rencontré le sport
Un mec physique, un peu grande gueule, mais auprès de qui tu deviens fort
Pour des raisons techniques, on a dû se quitter, c'était dur
Mais finalement, c'est bien comme ça, et puis le sport, ça donne des courbatures

J'ai rencontré la poésie, elle avait un air bien prétentieux
Elle prétendait qu'avec les mots, on pouvait traverser les cieux
Je lui ai dit: "je t'ai déjà croisé, et franchement, tu vaux pas le coup
On m'a parlé de toi à l'école et t'avais l'air vraiment relou"

Mais la poésie a insisté et m'a rattrapé sous d'autres formes
J'ai compris qu'elle était cool, et qu'on pouvait braver ses normes
Je lui ai demandé: "tu penses qu'on peux vivre ensemble, je crois que je suis accro"
Elle m'a dit: "t'inquiète, le monde appartient à ceux qui rêvent trop"

Et puis j'ai rencontré la détresse et franchement, elle m'a saoulé
On a discuté vite fait, mais rapidement, je l'ai refoulé
Elle a plein de certitude sous ses grands airs plein de tension
Mais vous savez quoi, la détresse, elle a pas de conversation

A un moment sur ma route, j'ai rencontré l'amour
Je lui ai dit: "tiens, tu tombes bien, je veux te parler depuis toujours
Dans l'absolu, t'es une bonne idée mais dans les faits, c'est un peu nul
Tu pars en couille une fois sur deux, faudrais que tu retravailles ta formule"

L'amour m'a dit: "écoute petit, ça fait des siècles que je fais mon taf
Alors, tu me parles sur un autre ton si tu veux pas te manger des baffes
Moi, je veux bien être gentille mais faut que chacun y mette du sien
Les humains ne font aucun effort, et moi, je suis pas un magicien"

On s'est embrouillé un petit moment, et c'est là que je me suis rendu compte
Que l'amour était sympa mais que quand même, il se la raconte
Et puis il m'a dit qu'il devait partir, il avait des rendez-vous par centaines
Et ce soir, il devait dîner chez sa demi-soeur, la haine

Avant de partir, j'ai pas bien compris, il m'a conseillé d'y croire toujours
Et puis il s'est éloigné, sans se retourner, c'était les derniers mots d'amour
Je suis content de l'avoir connu, ça je l'ai bien réalisé
Et je sais qu'un de ces quatres, on sera amener à se recroiser

Un peu plus tard, sur mon chemin, j'ai rencontré la tendresse
Ce qui reste de l'amour derrière les barrières que le temps dresse
Un peu plus tard, sur mon chemin, j'ai rencontré la nostalgie
La fiancé des bon souvenirs qu'on éclaire à la bougie

Assez tôt, sur mon parcours, j'avais rencontré l'amitié
Et jusqu'à ce jour, elle marche toujours à mes côtés
Avec elle, je me tape des bars, et on connait pas la routine
Maintenant, c'est sûr, l'amitié, c'est vraiment ma meilleure copine
J'ai rencontré l'avenir, mais il est resté très mystérieux
Il avait la voix déformée et un masque sur les yeux
Pas moyen de mieux le connaître, il m'a laissé aucune piste
Je sais pas à quoi il ressemble, mais au moins, je sais qu'il existe
J'ai rencontré quelques peines, j'ai rencontré beaucoup de joies
C'est parfois une question de chance, souvent une histoire de choix
Je suis pas au bout de mes surprises, là dessus, y'a aucun doute
Et tous les jours, je continue d'apprendre les codes de ma route

C'était sur une grande route, je marchais là depuis des jours
Voire des semaines ou des mois, je marchais là depuis toujours
Une route pleine de virages, des trajectoires qui dévient
Un chemin un peu bizarre, un peu tordu, un peu comme la vie


 
 
 
 

- Pomme -

A peu pres


Je me souviens de tes poèmes
Et de la lumière dans tes yeux
Je me souviens de tes "je t'aime"
Que tu balançais comme des vœux
As-tu un jour voulu qu'on sème
Des pétales et des jours heureux?
Ou savais-tu tous les problèmes
As-tu jeté les dés au feu?
Au feu

C'était de l'or, tu sais
C'était comme de l'or notre histoire
Et si jamais
Si je m'en sors à peu près
Ne t'en fais pas qu'un jour ou l'autre je te retrouverais
Je te retrouverais

Tu m'as dit que j'étais la tienne
Qu'avec moi le ciel est plus bleu
Tu m'as cité Rimbaud, Verlaine
Compté l'histoire de la vie à deux
À deux

Et c'était de l'or, tu sais
C'était comme de l'or notre histoire
Et si jamais
Si je m'en sors à peu près
Ne t'en fais pas qu'un jour ou l'autre je te retrouverais
Je te retrouverais

C'en est assez des amours blêmes
Et des cœurs brisés en morceaux
De ces chansons sur le même thème
Qui ont épuisées tous mes mots
Tous mes mots

Et c'était de l'or, tu sais
C'était comme de l'or notre histoire
Et si jamais
Si je m'en sors à peu près
Ne t'en fais pas qu'un jour ou l'autre je te retrouverais
Je te retrouverais


 

Concours - Les enquêtes de Jane Cardel, tome 1 : Divination fatale d'Irène Chauvy -

 

Pour participer les z'amis, rien de plus simple .
3 choses :

    Il suffit de s'abonner à la Newsletter en haut à droite .

    Il suffit de liker la page Facebook du blog, ici.

    Il suffit de remplir le formulaire en bas de page .


    La Chronique des Passions  ne pourra être tenue pour responsable en cas de perte ou de détérioration du colis pendant l'envoi. 

 

samedi 10 avril 2021

TRAIN

 


jeudi 8 avril 2021

jeudi 1 avril 2021

Carnet de bord #76

mardi 30 mars 2021

Ma sélection #86 - Avril 2021

 

samedi 27 mars 2021

mardi 23 mars 2021

samedi 20 mars 2021

jeudi 18 mars 2021

Le bazar de la charité


mardi 16 mars 2021

The Protector

lundi 15 mars 2021

Azize

 


samedi 13 mars 2021

mardi 9 mars 2021

samedi 6 mars 2021

mercredi 3 mars 2021

lundi 1 mars 2021

Ma sélection #85 - Mars 2021

 



dimanche 28 février 2021

Carnet de bord #75

 

 

samedi 20 février 2021

jeudi 18 février 2021

samedi 13 février 2021

jeudi 11 février 2021

mardi 9 février 2021

mercredi 3 février 2021

Ma sélection #84 - Février 2021

lundi 1 février 2021

Carnet de bord #74

 

  

jeudi 28 janvier 2021

mardi 26 janvier 2021

samedi 23 janvier 2021

Le BookBoy Friend 2020


jeudi 21 janvier 2021

Le plus beau personnage féminin - 2020

 

mardi 19 janvier 2021

La plus belle couverture 2020

 


samedi 16 janvier 2021

jeudi 14 janvier 2021

mardi 12 janvier 2021

L'émotimètre et ma PAL des sorties 2020

 

samedi 9 janvier 2021

Les meilleurs dramas visionnés en 2020

 

jeudi 7 janvier 2021

Mes coups de coeur livresques en 2020