menu 2

Mes dernières chroniques

Le club grand, Tome 3 : Le choix que l'on s'impose de Skye Warren


 https://2.bp.blogspot.com/-6P9EFxGvn-w/WrZpl8838rI/AAAAAAAAae8/DjLfq1Y2fMw1ZA_sOzfDT_tHnQUqgQx8QCLcBGAs/s320/le%2Br%25C3%25A9sum%25C3%25A9.jpg
Envie d'en savoir plus sur Blue et Lola ? Ils apparaissent dans le roman court torride, Les Choix que l'on s'impose, quand un vieil ami de l'armée leur rend visite. C'est croustillant, sexy et dangereux... jamais deux sans trois.



 

 

— Que veux-tu faire maintenant ? demande West.
— Je fais des études, mais…
Je laisse ma phrase en suspens, parce que j’ignore ce que Blue lui a raconté. Honnêtement, quand Blue a commencé à parler d’arrêter la contraception, de m’imprégner de son sperme jusqu’à ce que je tombe enceinte, j’ai cru que c’était une sorte de fantasme axé autour de la femme reproductrice. Au fond, je crois toujours que ce n’est qu’un fantasme, et pourtant, c’est en train de devenir très réel.
— Nous envisageons de fonder une famille, dit alors Blue en me prenant la main, m’attirant sur ses genoux.
West a l’air étonné. Il émet un sifflement et dit :
— Eh bien, ça alors ! Toi, quand tu mets le grappin sur un homme, tu ne fais pas les choses à moitié.
Sa remarque me fait rire et je me pelotonne dans les bras de Blue.
— Ce n’est pas ma faute. C’est Blue qui est soumis à son horloge biologique.
— Non, ce n’est pas ta faute. Et ce n’est pas non plus la sienne. Si j’étais arrivé un an plus tôt, c’est peut-être moi qui serais intervenu et qui t’aurais prise pour moi.
Ses propos me font rougir, comme si je représentais un idéal, comme s’il était presque jaloux de Blue. Pendant si longtemps, j’ai pensé que je n’avais aucune valeur. Je savais que les hommes aimaient coucher avec moi, et je savais exactement combien de dollars ils étaient prêts à débourser pour ça. Ce que je n’imaginais pas, c’était que l’on puisse m’apprécier pour autre chose, qu’en dépit de mon passé de gamine de l’assistance publique et de strip-teaseuse, un homme pouvait attendre autre chose de moi.
Blue pose une main sur mes fesses et me serre doucement.


Le club grand, Tome 2 : Le mal que l'on se fait de Skye Warren

 https://2.bp.blogspot.com/-6P9EFxGvn-w/WrZpl8838rI/AAAAAAAAae8/DjLfq1Y2fMw1ZA_sOzfDT_tHnQUqgQx8QCLcBGAs/s320/le%2Br%25C3%25A9sum%25C3%25A9.jpg
Il y a cinq ans, nous vivions sous le même toit. C'était le mauvais garçon dans toute sa splendeur. Nous partagions une famille d'accueil.
Maintenant, il est de retour. Plus dur, plus sévère, plus méchant. Toute sa haine dirigée contre moi, car c'est moi qui l'ai rejeté. C'est l'heure de la vengeance. Il réclame son dû, et je suis incapable de le lui refuser.




 
 

 

Mon cœur cesse un instant de battre. Son insulte me laisse une plaie à vif. Mais bientôt, ses mains sont sur mes fesses et me soulèvent contre les casiers. Sa bouche est ouverte et chaude sur ma peau. Il lèche mon décolleté, me forçant à me plaquer contre lui. Je suis en équilibre instable au-dessus du sol et je dois me retenir à lui. La sueur rend sa peau glissante, mais il est solide comme un roc. Ses épaules sont massives, son corps est chaud et inébranlable.
Je sais que je devrais le détester, mais c’est impossible. Je l’ai trop aimé quand j’étais plus jeune. Et même s’il est plus froid maintenant, plus grand et plus méchant, c’est toujours le même garçon que j’ai aimé.
Il trouve le creux de ma gorge et, comme à l’époque, il y passe la langue. Je frissonne et ondule contre lui, avec avidité et sans la moindre honte. Il est le seul à connaître cette partie de mon corps, le seul à se soucier de l’effet que cela me procure.
Ses mains sont brutales sur mes cuisses.
— Splendide, murmure-t-il.
Il me hait.
Peu importe ce que j’ai dit, peu importe combien de temps s’est écoulé depuis, je suis toujours cette fille qu’il aimait autrefois. Je mérite chaque élan de haine qu’il éprouve envers moi, étant donné ce que je lui ai fait. Je mérite les marques rouges que me laissent ses dents et sa barbe d’un jour. Je mérite les mouvements brusques de son entrejambe qu’il frotte contre mon ventre pour se donner du plaisir comme si j’étais une poupée gonflable.

Still Star-Crossed

 
À la suite de la mort tragique de Roméo et de Juliette, Rosaline Capulet est fiancée contre sa volonté à Benvolio Montague par le prince Escalus. Celui-ci espère mettre fin à la querelle amère entre leurs familles. Les deux se sont engagés à trouver un moyen d'empêcher le mariage arrangé et, en même temps, d'empêcher la destruction de leur famille. 

 
 
 

Le club grand, Tome 1 : Les vérités que l'on se cache de Skye Warren

 https://2.bp.blogspot.com/-6P9EFxGvn-w/WrZpl8838rI/AAAAAAAAae8/DjLfq1Y2fMw1ZA_sOzfDT_tHnQUqgQx8QCLcBGAs/s320/le%2Br%25C3%25A9sum%25C3%25A9.jpg

Une dark romance sur le cercle vicieux des mensonges...
Je ferai tout pour rester cachée, même si pour cela je dois travailler dans le club le plus sordide de la ville.
Pourtant un jour, il arrive, mystérieux et étrangement familier. Et tellement sexy.
Quand il me regarde, j'oublie pourquoi je ne peux pas être avec lui. Il est beau et abîmé. Son corps épouse le mien à la perfection. Dur quand je suis tendre, il comble tous mes manques.
C'est le seul homme qui veuille m'aider, mais il a ses propres secrets.
Il a des questions auxquelles je ne peux pas répondre.
Je fuis mon passé, mais le sien risque bien de me rattraper en premier.



 
 
 
Une inconnue me regarde dans le miroir.
Un string noir et du rouge à lèvres. C’est mon costume, mais parfois j’ai l’impression de ne pas en avoir besoin. Je me cache depuis si longtemps que ça me semble encore plus naturel que l’honnêteté. Mes yeux verts, mes cheveux noirs et ma peau pâle sont aussi un costume. Je m’en sers pour me déguiser quand je me déshabille – le reste, des seins et des fesses comme les autres. À quel point ce costume me colle-t-il à la peau ?
Y a-t-il quelque chose en dessous ?
Je n’en suis plus si sûre.
Lola traverse la pièce dans ma direction. Je la vois dans le miroir, même lorsqu’elle se perche sur ma coiffeuse. Elle porte une sorte de justaucorps à bretelles en cuir rouge qui révèle plus de peau qu’il n’en couvre. C’est sexy et presque irréel.
— Que s’est-il passé ? demande-t-elle.
— Qu’est-ce que tu veux dire ? je réponds en clignant des yeux.
— Ne fais pas l’idiote. Ça, c’est le rôle de Candy. Je sais que quelque chose te ronge. Et je sais que tu es partie tôt hier soir. Un type te tourne autour ?
Oui, un type m’a tourné autour. Mais c’était déjà arrivé avant et ça ne m’avait jamais affectée de la sorte. Cela dit, ça prouve bien qu’elle ne sait pas ce qui s’est passé. Ce qui signifie que Blue a sans doute récupéré l’argent et s’est excusé à ma place. Maintenant, je lui en dois une.
— Je ne me sentais pas bien.
Son visage est plein de compréhension – et de compassion. C’est la compassion qui me fait le plus mal.
— Si tu veux en parler…

The Package

 
Un groupe de voyageurs s'embarque dans un road trip en France qui sera guidée par Yun So So, une guide touristique.
Yun So So travaille dans une agence de tourisme en France, spécialisée pour les voyageurs coréens. Elle devra s'occuper d'un groupe de voyageurs qui ne sera pas de tout repos. Le groupe de voyageurs réunis plusieurs couples : Oh Gab Su et Han Bok Ja, le couple senior dont le mari est extrêmement têtu, Jeong Yeon Seong et Na Hyeon, la partenaire de voyage de celui-ci, ainsi que Kim Gyeong Jae et Han So Ran, fiancés déjà depuis 10 ans. San Ma Ru fera également parti du groupe, cependant il voyagera seul, celui-ci s'étant séparé un peu plus tôt de sa petite amie.

Pendant ce temps, un homme mystérieux semble rechercher
Yun So So. Serait-il son ex-mari ?
Source : nautiljon.com


 
 

 



Le club grand, Tome 0.5 : L'amour que l'on se donne de Skye Warren


 https://2.bp.blogspot.com/-6P9EFxGvn-w/WrZpl8838rI/AAAAAAAAae8/DjLfq1Y2fMw1ZA_sOzfDT_tHnQUqgQx8QCLcBGAs/s320/le%2Br%25C3%25A9sum%25C3%25A9.jpg

Une histoire sur les sacrifices que l'on fait par amour...
Je me faufile hors de ma chambre tous les soirs. Les gardes de mon père ne me voient pas. Ma sœur ne me voit pas. Personne ne me voit, à part lui.
C'est le fils d'un fantassin de la mafia. Mon père est le patron. Je ne devrais même pas connaître Giovanni. Et je ne devrais surtout pas l'embrasser. Notre relation est vouée à l'échec, mais ça ne m'empêchera pas d'essayer.

Toutes les filles ne rêvent pas d'être des princesses. Moi, je veux juste être libre.



l

 
 
— Je dis : allons-nous-en. Rien que toi et moi.
Ma gorge se noue quand j’imagine ne plus jamais revoir Gio. Je lui explique la même chose qu’à lui, mais cette fois, ma voix se brise.
— Ce sera une aventure.
Elle secoue déjà la tête : non, non, non.
— Ils nous retrouveraient. C’est impossible, Clara. Ne prononce même pas ces mots-là.
Pourtant, c’est déjà fait. Et maintenant qu’ils sont sortis, je ne peux plus les reprendre. Encore moins quand ce que je vois en fermant les yeux, c’est l’empreinte violacée des doigts de Byron.
— On trouvera un moyen de se cacher. De se faire discrètes. On doit pouvoir éviter ça, éviter que tu te fasses brutaliser.
— Et que ferons-nous pour gagner de l’argent ?
— Je n’en sais rien. Quelque chose. Je n’ai pas besoin de tout ça.
D’un geste de la main, je désigne les meubles antiques finement ouvragés et les œuvres d’art hors de prix. Ce n’est pas moi qui ai choisi tout ça. Ça fait partie de la cage dans laquelle je suis enfermée. L’argent, la famille et les obligations. Je suis liée par tout cela.
— C’est impossible, dit-elle avec mélancolie. J’ai envisagé de m’enfuir un jour. J’avais même un plan. Mais…
— Mais quoi ?
— Mais tu es toujours mineure, Clara. Tu ne pourrais pas travailler. Il ne faudrait pas que les gens te voient.
Mon cœur se serre. Je serais une responsabilité pour elle.
— Tu pourrais partir sans moi.
Un sentiment embrase son regard. Le souvenir ? La trahison ? Notre mère nous a abandonnées toutes les deux. L’histoire officielle, c’est qu’elle est morte dans un accident de voiture. Mais tout le monde sait qu’elle n’avait pas le droit de conduire. Et le cercueil à ses funérailles était fermé. Si elle conduisait ce jour-là, c’est qu’elle s’enfuyait. Et si elle est morte ce jour-là, ça veut dire que mon père l’a rattrapée.

Hercaï (Saison 1)

 

Les deux personnages principaux de la série sont Reyyan et Miran. Après la mort de ses parents alors qu'il n'était qu'enfant, Miran revient, 27 ans plus tard, à Mardin accompagné de sa grand-mère (Azize Aslanbey), de sa tante (Sultan) et de sa cousine (Gonul, avec qui il est marié ) pour prendre sa vengeance contre Hazar Sadoglu qui aurait tué ses parents. Pour se venger, il va faussement épouser la fille du meurtrier présumé de ses parents (Reyyan Sadoglu) et l'abandonner le lendemain après avoir consommé le mariage pour ramener le déshonneur sur la famille des Sadoglu. Mais étant tombé amoureux, rien ne va se passer comme il l'avait prévu, Miran ne peut pas abandonner Reyyan. Miran découvrira les réelles circonstances de la mort de ses parents que sa grand-mère lui avait caché notamment qu'il est le fils de Hazar Sadoglu et que ce dernier n'est pas le meurtrier de ses parents mais l'ex-amant de sa mère sachant que (Reyyan Sadoglu n'est pas la vraie fille de Hazar Sadoglu )donc (Dilsah et Hazar sont les parent de Miran )(Zehra est pour l'instant un homme anonyme parent de Reyyan ).