menu 2

Mes dernières chroniques

Sahin Tepesi

 

Melek (Ebru Özkan) a été chassée de la maison par son père qui lui enlève ses droits d’héritage. Des années plus tard, lorsqu'elle revient pour les funérailles de son père, elle est veuve et a deux enfants. L'amour de sa jeunesse, Demir (Murat Aygen), a épousé Tuna et ils ont également deux enfants. La dernière volonté de son père l’a met dans l’embarras, celle qui lutte pour subvenir aux besoins de sa famille. Mais c'est un choc plus grand pour Tuna. Melek, qui est pardonnée par son père, a maintenant un droit à l’héritage. Étant obsessivement amoureuse de son mari Demir, Tuna a peur de perdre à la fois son mari et sa fortune. Ce qu'elle craint le plus, c'est que Melek découvre la véritable raison de la mort de son père. La lutte acharnée entre deux femmes qui ont accepté la douleur et les regrets, est le plus grand obstacle à l'amour de leurs enfants Verda (Aybüke Pusat) et Efe (Boran Kuzum).
Source : Turkollywood




La série a été arrêté faute d'audience. Il faut dire qu'en Turquie l'audimètre doit être bon et très vite...Il y a énormément de séries qui s'arrêtent de manière très abruptes sans une fin digne de ce nom.
C'est vraiment une difficulté quand on aime les séries turques. C'est mon cas et c'est pour ça que je ne suis jamais une série en temps réel. Bon, il faut dire que si je commence, j'ai vraiment du mal à gérer ma frustration -inévitable- puisqu'il faut attendre une semaine entre chaque épisode...que dire si la série s'arrête brusquement et abruptement.

Bref, celle-ci avait pour moi tous les éléments pour cartonner mais il faut croire que ça n'a pas été suffisant et il lui manquait de quoi rapidement accroché le public.

Pourtant le casting était top. L'histoire de vengeance m'a captivée et je voyais bien qu'il y avait un sacré sac de nœuds ...Quant à l'histoire d'amour impossible, elle me tentait. Le couple était campé par de très bons comédiens qui avaient une très belle alchimie.

Vous voyez, je ne serai pas dire ce qui a déplu à la majorité » des téléspectateurs.

Je peux juste vous vous dire que les 6 épisodes sont une bonne introduction mais ils ne sont que ça donc si vous vous lancez dans le visionnage du dizi vous serez forcément frustrés et je sais de quoi je parle !
 

Les Affranchies,Tome 4 : Lady Liberté de Meredith Duran

 
Depuis la mort de son père, Catherine est l'âme de la maison Everleigh spécialisée dans la vente d'objets d'art. Hélas, sa condition de femme célibataire la soumet aux caprices de son frère qui se moque bien des affaires familiales. Lorsqu'il commence à piocher dans la caisse, Catherine panique et se résout à demander l'aide du chef des brigands de Whitechapel, le ténébreux Nick O'Shea. Redoutable, charmeur, il a fait fortune de manière douteuse et espère se racheter une conduite pour se lancer dans la politique. De plus, il convoite Catherine depuis des années. Désespérée, elle lui propose une folie : le mariage...





Auteure de romances historiques à l'époque victorienne ou sous la Régence, Meredith Duran a suivi des études d'anthropologie avant de réaliser un de ses rêves d'enfance : écrire des romances passionnées. Elle s'est fait remarquer par son analyse très fine de la psychologie des personnages et figure sur la liste des meilleures ventes du New York Times.
Quand elle n'étudie pas, qu'elle n'effectue pas de voyages en Inde ou qu'elle n'est pas occupée à écrire un nouveau roman, elle passe son temps à la bibliothèque, plongée dans des lectures du XIXe siècle.


Avant de commencer puisque ce n'est qu'anecdotique, je dois avouer que la couv'est franchement moche et ne correspond pas du tout à l'héroïne. Je ferme la parenthèses mais je dois dire qu'elle m'a pas mal piqué les yeux.

Pour revenir à l'histoire, je suis fan de ce type de résumé car c'est exactement le type de romance que je cherche. Une femme intelligente qui se bat pour s'affirmer dans une société masculine et un héros qui est l'incarnation des fantasmes...Un bad boy avant l'heure !

Bref, la lecture est plaisante et elle tient toutes ses promesses mais je dois dire qu'il lui manque un quelque chose pour être autre chose qu'une lecture plaisante.

— Vous êtes ma perle, Cate. Le savez-vous ?
Elle opina, l’humeur légère comme des confettis dans la brise.
Hélas, son père s’assombrit en la dévisageant. Avait-elle commis une erreur malgré tout ? se demanda-t-elle.
— Quelque chose ne va pas, père ?
— Non, non. Je suis très content de vous, ma beauté. Je me disais juste que vous avez le visage de votre mère. Plus tard, vous serez éblouissante.
Elle se mordit la lèvre. Elle aurait préféré ressembler à son père.
— Vous aurez l’embarras du choix parmi les gentlemen désireux de vous épouser, poursuivit-il. J’espère néanmoins que vous ne vous désintéresserez jamais de la salle des ventes.
Horrifiée, elle se pencha en avant.
— Jamais, père ! déclara-t-elle. Jamais !
Il ricana.
— Votre mari préférera que vous restiez à la maison.
— Alors je ne me marierai pas.
D’ailleurs, elle n’en voyait pas l’intérêt. Mère se plaignait régulièrement de sa situation, même dans ses bons moments.
Père s’inclina sur le bureau pour lui prendre la main.
— Ne dites pas cela, Cate. Il vaudrait mieux… Nous vous trouverons un homme perspicace, qui saura reconnaître et chérir votre vivacité d’esprit.
Elle hésita.
— Les gentlemen n’apprécient pas les femmes plus instruites qu’eux.
— Paroles de votre mère, je suppose ?
Elle acquiesça et fit la grimace.
— Ce n’est pas tout à fait vrai. Certains hommes sont heureux d’avoir une compagne dotée d’un cerveau.
Il plissa les yeux.
— C’est votre cas, Cate. Vous êtes brillante, et je ne vous laisserai pas gaspiller vos talents. Un jour, mon trésor, cette entreprise sera la vôtre. Qu’en dites-vous ?
Elle retint son souffle. La sienne ? Rien n’était plus merveilleux que la maison Everleigh, ce lieu extraordinaire avec ses coins et recoins remplis de trésors.
Hélas…
— Mère a décrété que cette affaire devait revenir à Peter.
Son frère aîné était actuellement pensionnaire dans le Hampshire. Mère affirmait qu’il y apprenait toutes sortes de choses importantes. Pourtant, il était incapable de distinguer une œuvre originale d’une contrefaçon. En matière d’art, Peter était complètement obtus.
— En effet. Peter partagera ce bien avec vous. À mon grand regret, une lady ne peut devenir officiellement commissaire-priseur. Mais vous, mon cœur, serez l’âme de cette institution. Peter s’occupera des ventes, tandis que vous serez chargée de toute la partie artistique. Les Everleigh ne sont pas de vulgaires marchands. L’art est notre vocation, et vous devrez aider Peter en ce sens.
Elle n’avait aucune envie d’aider Peter en quoi que ce soit. Lorsqu’il revenait pour les vacances, il ne cessait de la malmener. Bah ! Ce serait peu à payer en échange d’un tel bonheur.

Goodbye Mr. Black

 

Ce drama est basé sur le manhwa éponyme de l'auteur Hwang Mi Na.

Cha Ji Won est un héritier de chaebol et officier des forces spéciales de la marine coréenne. Doté d'un grand humanisme et d'un caractère toujours positif, il est bien loin d'imaginer la conspiration qui sera menée contre sa famille par son meilleur ami Min Seon Jae, sous les directives de Baek Eun-Do, homme d'affaires réputé et véreux. Seon Jae est un homme intelligent au sang froid marqué par un triste passé. Partageant le quotidien de Ji Won au sein de la marine et ayant même grandi à ses côtés comme son propre frère, il n'hésitera pourtant pas à trahir celui-ci afin de prendre le contrôle de leur entreprise familiale et le démunir de tout, y compris de sa fiancée et premier amour Yun Ma Ri, qu'il finira par épouser suite à divers évènements.

Se trouvant désormais dans une situation désespérée, le piège se refermera sur Ji Won lorsqu'il se verra même accusé d'un crime qu'il n'a pas commis. Ainsi recherché et devant alors faire face à de multiples situations à risque, il décide de s'enfuir à l'étranger. C'est en Thaïlande qu'il fera la rencontre de Khaya, orpheline plutôt insouciante à la personnalité joviale mais très obstinée, ayant perdu ses parents et retrouvée au milieu d'un tas d'ordures à la suite d'un tsunami. Prête à tout pour gagner de l'argent, celle-ci survit jour après jour de ses ventes de jus de fruits, mais surtout d'arnaques plus ou moins réussies qu'elle mène avec l'aide d'un escroc nommé Meutong.

Afin de rompre tout lien le rattachant à son passé et souhaitant à tout prix retourner en Corée, Ji Won décide d'adopter comme nouvelle identité celle de Black, un être qui dévouera sa vie à prendre sa revanche sur ceux responsables de l'altération de son honneur et du déclin de sa famille. Pour ce faire, il se laissera même embarquer dans un mariage factice avec Khaya à qui il donnera le nom de Kim Swan. Alors que des sentiments naîtront peu à peu entre les deux protagonistes et que Ji Won commencera de nouveau à accorder sa confiance aux autres, se résoudra-t-il malgré tout à mettre à exécution son plan de vengeance ?

Source : nautiljon.com




J'ai passé un très bon moment mais le drama traîne un peu en longeur par moment ce qui est très préjudiciable car il est classé dans le genre suspense.
On a tous les ingrédients des bons dramas : amour, vengeance, trahison, famille...

Je l'ai vu, il y a peu mais j'avoue que comme beaucoup de dramas, il prend vite la poussière. Il date de 2016. C'est à dire que les Coréens font une telle course pour être « à la mode » qu'ils sont vite « has been » quand celle-ci est passée. 2016, c'est une autre époque...
Je ne sais pas comment l'expliquer mais disons que lorsque je regarde un drama qui a plus de 5 ans, j'ai l'impression qu'il en a le double...

Je m'éloigne du sujet encore que je pense pense que Goodbye Mr Black a pâtit de cette forme d'accélération du temps.

Bref, pour moi c'est un bon drama mais qui comporte trop de longueurs pour que j'en garde un bon souvenir .


 
 

Aşk Ağlatır


Carnet de bord #71


Ma sélection #81 - Novembre 2020


Crash Landing on You

The Tale of Nokdu

Ma sélection #80 - Octobre 2020


 

Dance of Thieves de Mary E. Pearson