menu 2

Mes dernières chroniques

Les Mésaventures des sœurs Wird, Tome 2 : La Malédiction de Célia – Étreinte maudite de Cecy Robson


 
Celia Wird et ses trois sœurs sont comme toutes les autres jeunes femmes de leur âge, à une toute petite exception près, car elles sont le fruit d’une malédiction qui a mal tourné.
En effet, elles ont chacune un pouvoir unique qui les rend un peu... bizarres.
Quand Celia et ses sœurs ont aidé le maître vampire, Misha, à sauver sa famille, leur « anomalie » est devenue célèbre dans toute la communauté surnaturelle de Tahoe.
Mais la célébrité a ses mauvais côtés et être différent peut parfois être une tare.
Comble du malheur, Celia se meurt d’amour pour le Meneur des loups-garous, Aric Connor, mais sa meute va tout faire pour les séparer afin de préserver le statut de sang-pur de son Alpha.
Et quand des garous sont retrouvés morts et que tous les indices mènent aux vampires, Celia voit son idylle compromise. Derrière le chaos se cache une nouvelle menace, une entité malfaisante qui se fait appeler la Tribu.
Or, Celia et ses sœurs sont dans sa ligne de mire.





Cecy (prononcée Sessy) Robson est une auteure primée et publiée à l'échelle internationale. Finaliste du prix RITA® à double nomination, gagnante du Maggie Award, lauréate du Prix d'excellence Gayle Wilson et auteur de plus de vingt titres, vous pouvez généralement trouver Cecy sur son ordinateur portable ou trébucher à la recherche de caféine.




Autant j'avais aimé le tome 1, autant j'ai adoré le tome 2. Tout ce qui m'avait semblé confus dans le 1er opus est beaucoup plus net ici et franchement Étreinte maudite est vraiment un cran au-dessus à bien des niveaux.

Premièrement l'histoire m'a semblé plus aboutit. Les méchants sont ici des entités démoniaques qui semblent incontrôlables. Elles ont émergé, on ne sait comment mais elles tiennent vraiment en haleine le lecteur...ce sont des horribles bestioles qui ne pensent qu'a manger à la manière des cannibales et à forniquer ou plutôt violer...Bref, des méchants...vraiment méchants comme je les aime.

Et puis la série tourne autour de 4 sœurs mais si Celia qui a le 1er rôle. J'avoue que j'étais un peu perdue entre ses sœurs et leur chéri. Ici, ce n'est plus le cas. Tout à déjà été mis en place et il y a vraiment un bon équilibre entre le déroulé des histoires secondaires des sœurs et celle principale de Celia.

Je dois dire que c'est certainement pour ça que j'ai autant aimé le 2ème tome. Ici, on a une MAGNIFIQUE histoire d'amour impossible. Je ne vous en dis pas plus mais c'est vraiment très haletant et toutes les romantiques y trouveront leur content.

Bref, une série qui se bonifie au fil des tomes : vivement le tome 3 !
Malheureusement , il faudra s'armer de patience car il n'est prévu que le 9 décembre...




Je me serais bien jetée dans ses bras s’il n’avait pas dit ça sur un ton aussi sinistre, ce qui me confortait dans l’idée que cette connexion entre nous n’était peut-être pas une bonne chose. Il garda le silence jusqu’à ce qu’il se gare devant chez moi. Là, il se contorsionna pour me faire face. Je détachai ma ceinture et croisai les jambes, la tête tournée dans sa direction. Aux yeux de n’importe qui d’autre, j’aurais semblé calme, voire lasse. Mon alter ego félin affectait un air de totale détente. Cependant, la bête d’Aric pouvait percevoir mon anxiété, mes muscles tendus et mon cœur battant la chamade. C’était la première fois de ma vie que je rencontrais quelqu’un avec qui je pouvais être moi-même, mais à cet instant nous nous regardions comme deux étrangers.
Aric saisit mon visage d’une main et me caressa doucement la joue de son pouce. La lumière qui filtrait à travers le toit ouvrant se reflétait dans ses grands yeux marron. J’avais envie de le toucher, mais mon instinct protecteur avait pris le dessus, tout comme ma timidité. Donc, je restais là à attendre, le regard fixe, envoûté par sa beauté bestiale et le rythme régulier de son pouce sur ma peau.
— Celia, je ne peux pas délaisser mes responsabilités de sang pur, dit-il calmement. Mais je ne peux pas non plus ignorer ce qu’il se passe entre nous. J’aimerais qu’on tente notre chance. Enfin, si tu en as envie aussi.


Quand Aric passa ses bras autour de moi, ça me fit un peu bizarre. Je me sentais comme quand j’avais treize ans, au bal du collège. Mais la chaleur familière ne tarda pas à nous envelopper et je m’abandonnai à son étreinte. Je me répétais que, dès qu’une chanson plus rythmée arriverait, nous nous séparerions, mais les slows continuaient de s’enchaîner. Je me servis de cette excuse pour enlacer Aric une dernière fois. Je supposai que la même pensée lui avait traversé l’esprit, car il m’attira plus près de lui et me caressa le dos. Un sentiment de sécurité et de sérénité emplissait à nouveau mon âme, quand, soudain, l’un des serveurs s’approcha de nous.
— Excusez-moi, monsieur, mais il y a une jeune femme dehors qui veut vous parler. Elle prétend être votre fiancée.
Collée contre le torse d’Aric, je m’attendais à ce qu’il brise notre étreinte pour la toute dernière fois, mais il continua de danser, comme si le serveur ne nous avait jamais interrompus.
— Je ne t’ai jamais présenté mes excuses pour Barbara, murmura-t-il, la voix chargée de regrets.
Ce soudain coup de poignard en plein cœur me fit grimacer.
— Aric, s’il te plaît, ne prononce pas son nom. Savoir que tu passes toutes tes nuits avec elle me fait déjà bien assez de mal.
— Celia, je te jure que je ne l’ai jamais touchée.
Il ferma les yeux et soupira profondément.
— Comment t’expliquer ? chuchota-t-il en posant son front contre le mien. Si je suis avec elle, c’est uniquement parce que j’y suis obligé. Je n’ai pas le choix.
Il effleura mes lèvres des siennes et continua :
Sinon, c’est avec toi que je serais. C’est avec toi que je veux me marier. C’est avec toi que je veux avoir des enfants. C’est avec toi que je veux passer mes vieux jours. Je t’aime, ma douce. Je t’ai toujours aimée. Seulement, je ne peux pas être avec toi.
À ces mots, ma tigresse éclata en sanglots. Les larmes d’Aric roulèrent sur mes joues et se mêlèrent aux miennes. Alors que je pensais que la douleur avait atteint son paroxysme, il m’embrassa. Ce qui avait commencé de façon tendre et lente se transforma rapidement en un baiser enflammé et désespéré.
— Aric ! hurla Barbara depuis le hall d’entrée.
J’essayai de reculer, mais son étreinte se resserra et ses baisers s’intensifièrent.
— Excuse-moi, mais ceci est une fête privée et tu n’es pas invitée, la gronda Emme.
— Dégage de mon chemin, petite, l’avertit Barbara.
Le martèlement de hauts talons résonna sur la piste de danse. Je savais qu’ils appartenaient à Taran avant même qu’elle n’ouvre la bouche.
— Ferme ta gueule et bouge ton cul de là, pouffiasse ! s’énerva-t-elle.
— Barbara, Aric est un peu occupé là, dit Gemini calmement. Mais je suis sûr qu’il ne va pas tarder à te rejoindre.
— Ça, je le vois bien qu’il est occupé !
J’essayai de me dégager, car je n’avais pas envie qu’une bagarre éclate au mariage de ma sœur. Aric savait pertinemment que nous ne pouvions pas être ensemble. Et moi aussi je le savais. C’était juste un moment de faiblesse de notre part, je m’y étais accrochée autant que je l’avais pu, mais il était temps à présent de dire adieu. Je brisai son étreinte et reculai, malgré mes bras qui mouraient d’envie de se rependre à son cou.
Les choses ont changé, Aric. Pas seulement pour toi, mais pour moi aussi, lui dis-je.
Je tressaillis, en pensant à ce que j’étais sur le point de lui dire.
— J’ai pris une décision. J’espère que tu la respecteras et que tu pourras un jour me pardonner.
Sa véhémence me cloua sur place.
— Qu’est-ce que tu as fait ? me demanda-t-il en essayant de reprendre le contrôle de sa respiration haletante.
— Je ne peux pas t’expliquer maintenant, dis-je m’approchant de lui pour caresser son visage. Quoi qu’il arrive, souviens-toi que je t’aime.


Les Loups de Wolfang, Tome 1 : La Rédemption du loup d' Aurélie Lavallée


 
Alyson est une jeune institutrice de maternelle. Tout va bien pour la jeune femme jusqu’au jour où une nouvelle élève intègre sa classe. Il s’agit de la nièce du chef de la Communauté, et le moins qu’on puisse dire, c’est que le courant ne passe pas du tout entre elle et Kellen Wolfang. D’autant plus qu’elle en est persuadée, il a quelque chose à cacher.
Et lorsqu’elle se retrouve prise malgré elle entre les griffes de ce chef de meute, elle n’imagine pas une seconde que son avenir est sur le point de basculer.




Aurélie Lavallée est née en 1994, dans une ville touristique des Hauts de France. Titulaire d'un Master littérature de jeunesse, son rêve ultime est d’ouvrir un salon de thé/librairie.
Aurélie se partage entre deux grandes passions : la Country et la Line Dance ainsi que la lecture en tout genre. Et, s'il y a bien une chose qu'elle fait dès qu'il lui en est possible, c'est se plonger dans un roman pour s'évader du quotidien.
Si elle a décidé de se lancer dans l'écriture, c'est tout simplement pour tenter une nouvelle expérience et pour se faire, rien de mieux que d'écrire avec son modèle de toujours : sa maman.





Lecture finie


Je suis friande du genre Bit-lit. Initiée par la génialissime série de J.R. Ward, la confrérie de la Dague Noire. , c'est un genre que j'adore. La série évolue mal mais je trouve qu'elle a révolutionné le genre.
Bref, comme je connais pas mal de romans du genre, je cherche plutôt à trouver des auteurs qui renouvellent le-dit genre.


Ce n'est pas le cas de la rédemption du Loup. J'ai passé un bon moment mais guère plus. Le roman est court et certainement trop car rien n'est vraiment élaboré et pour le coup, on a un enfilade de clichés et de lieux communs.
J'ai aimé le couple principal qui a une très bonne alchimie même si je dois avouer que j'ai eu du mal avec certains éléments scénaristiques de l'histoire. Ainsi Kellen le héros, fuit l'attraction qui le pousse vers Alyson. Cependant, un soir de beuverie et de pleine lune, le loup garou la viole....WTFFFFFFF !
Oui, les romantiques ...il la viole mais elle passe vite l'éponge car elle est attirée par lui...
Bref, je sais que l'auteure est adepte de la dark romance mais bon...quand on est pas préparé : ça pique les yeux !


Une auteure que j'avais envie de découvrir. Pourtant, ce roman ne m'a pas convaincue totalement. N'hésitez pas à me donner votre avis !






Elle poussa un gémissement pathétique et se leva de son lit après un regard à son radio réveil qui lui indiquait 5 h 06. Elle fourragea nerveusement dans sa longue chevelure et ne put retenir un cri de douleur lorsque ses doigts rencontrèrent un nœud. Elle savait qu’elle ne réussirait pas à se rendormir. Son cauchemar revenait régulièrement depuis quelques années, mais ces dernières semaines, il la réveillait dans cet état proche de la panique, pratiquement toutes les nuits. Elle commençait à ressentir le manque de sommeil, mais il lui fallait tenir le coup encore quelques jours. Cinq pour être précis. Elle serait en congés à la fin de la semaine ! Les vacances de printemps seraient pour elle l’occasion de se reposer ; enfin, elle l’espérait !

Dance of Thieves de Mary E. Pearson



 
Ancienne gamine des rues, Kazi a été prise sous l'aile de la reine de Venda. Devenue Rahtan, soldat d'élite de la couronne, la voici en mission dans la province d'Hell Mouth, à Tor's Watch, afin d'appréhender l'assassin du frère de sa protectrice.
Faite prisonnière par une bande de trafiquants d'esclaves, Kazi se retrouve enchaînée à Jase Ballenger, héritier des Ballenger, une très ancienne lignée de hors la loi qui revendique le pouvoir sur la région contre l'autorité de la reine. Parvenus à s'enfuir en plein désert, les deux aventuriers vont pourtant devoir unir leurs forces et apprendre à se connaître en dépit de leurs secrets, à s'apprécier malgré leurs objectifs qui les opposent.
De retour en ville, cependant, leurs allégeances respectives se rappellent à eux et chacun doit reprendre son rôle. Commence alors un jeu d'intrigues, de duperies et de trahisons qui, finalement, ne fera que les rapprocher. Au risque de tout perdre...



Mary E Pearson, auteur de plusieurs romans, vit en Californie. Jenna Fox, pour toujours est son premier livre publié en France.





J'ai adoré cette lecture car elle allie mes deux de mes ingrédients favoris : la romance et la fantasy.





Kazi est une jeune femme qui a connu une enfance traumatisante. La reine de Venda lui a permis de sortir de son enfer. Elle lui voue une fidélité à tout épreuve. C'est bien cela le problème car celle-ci lui demande de mettre au pas la famille Ballenger qui semble ne pas respecter son autorité. Pour preuve, ils semblent héberger un criminel très recherché.
Au début, Kazi ne se pose pas de questions mais tout se complique quand ils se retrouvent par un concours de circonstances enchaînés l'un à l'autre. Au fil des jours, nos deux héros développent de multiples sentiments qui vont mettre à mettre à mal leur fidélité respective.

Le livre est très rythmé. L'objectif du récit est de trouver le fameux criminel recherché par la reine Venda. L'intérêt est de montrer qu'en parallèle de cette traque le regard des uns et des autres changent sauf que ce changement complique tout...

Quant à la romance elle est top ! Pour être honnête, elle est peut-être un peu trop « young ». C'est le public visé. J'aurais aimé un peu plus de piquant. C'est tout de même une magnifique histoire d'amour qui a ravi la romantique en moi...

Il s'agit d'une duologie. Le tome 2 est prévu le 3 septembre. Je serai au rendez-vous assurément !



Écoute les mots qui ne sont pas prononcés, Kazi. Écoute le souffle des gens, leurs pauses. Observe leurs poings serrés , leur regard, leurs larmes et leurs frémissements. Tout le monde peut entendre les mots prononcés à voix haute, mais rares sont les personnes capables d'entendre le coeur qui bat derrière.

Orgueil et Préjugés (Manga) de Jane Austen et Po Tse



 

Lu et adoré par des millions de lecteurs à travers le monde, Orgueil et préjugés vit une nouvelle jeunesse dans cette adaptation audacieuse et fidèle en manga. Tout l’humour, la passion et le romantisme de l’œuvre originale de Jane Austen apparaissent sous un jour nouveau tout en mettant en lumière l’esprit s’honore de cette œuvre victorienne. Un titre incontournable pour toute une génération de nouveaux lecteurs!



Grande fan de l’œuvre de Jane Austen, j'avais vraiment envie de découvrir ce classique de la littérature romantique.

J'ai bien aimé : je trouve que l'adaptation est de qualité mais je dois avouer qu'il n'y a plus la magie austenienne : le piquant des répliques, la mise en place des décors...

Bref ça sera une belle version pour les fan sans pouvoir vraiment égaler l’œuvre originale.

 





La fierté des Highlanders, Tome 2 : Une passion rebelle de Sharon Cullen


 
Tombé aux mains de l’ennemi après la bataille de Culloden et condamné à la potence, Colin MacLean réussit à s’enfuir avec son compagnon de cellule, un gamin maigrichon. Or, débarrassé de ses oripeaux et de sa crasse, celui-ci se révèle être la plus belle fille que Colin ait jamais vue ! Et aussi la plus singulière : Maggie Sinclair jure comme un charretier et se bat à l’épée avec l’habileté d’un vrai guerrier. Colin sait bien qu’il doit la ramener saine et sauve à son clan, mais comment ne pas brûler de passion face à cette intrépide diablesse ? 



 
Après avoir obtenu un diplôme en journalisme de l’Université de l’Ohio, Sharon a découvert que les récits qu’elle avait en tête étaient plus intéressants que ce qui se passait dans le monde qui l’entourait. Pourtant, ce n’est que des années plus tard qu’elle décide de poursuivre son rêve secret d’écrire un roman. Depuis lors, elle est écrit du suspense romantique, romance paranormale, romance contemporaine et romance historique.
Elle vit dans le sud-ouest de l'Ohio avec ses trois enfants, son mari et ses deux chiens.
Son rêve serait d'un jour se rendre à Saint-Martin et de vivre sur la plage.




Grand fan de romances historiques, je suis toujours à la recherche de nouvelles auteures. Sharon Cullen me tentait énormément. Les résumés de sa série, la fierté des Highlanders me tentait à chaque fois - mais franchement, ce titre ne m'a pas convaincue.

Si je dois être honnête, je dois avouer que le style de n'a pas plu. J'ai trouvé ça un peu pompeux et cela manquait d'énergie.

Je ne me suis pas attachées aux personnages et leur romance, vous l'aurez compris ne m'a pas captivé.

Bref, une déception !




Colin se désaltérait de plus belle lorsqu'il entendit un bruit d'éclaboussure sur sa gauche, non loin de lui. Il se figea en réalisant qu'il ne s'était pas muni de son épée - il n'avait même pas un poignard sur lui.
Lentement, il leva la tête. S'il s'agissait de ces "maudits Anglais", ainsi que Sinclair les appelait, il pourrait peut-être se glisser dans les buissons et disparaître.
Mais il ne s'agissait pas des Anglais - c'était Sinclair lui-même procédait à ses ablutions, le dos tourné vers lui. Ce garçon avait décidément besoin de faire du muscle, songea-t-il en observant ses maigres épaules et les os qui pointaient sous la chair. Naturellement, le régime de la prison n'aidait pas à garder la forme, l’occupant anglais étant connu pour mal nourrir ses prisonniers.
En voyant Sinclair lever les bras, Colin fronça les sourcils, intrigué. Qu'est-ce qui clochait chez ce gamin, fluet au point d'être maigre ?
Lorsqu'il se retourna d'un coup, lui donnant sans le savoir la réponse qu'il attendait, Colin en tomba sur les fesses, les yeux écarquillés, la bouche arrondie sur un cri silencieux. Sinclair ne l'avait pas vu et ignorait tout de sa présence à quelques pas de lui... ou plutôt d'elle, car ce drôle de garçon n'en était pas un, du simple fait que c'était une fille !

Hors de contrôle de Georgia Caldera


 

Une attitude un brin brutale, un caractère des plus ombrageux, une façon de parler bien à lui, mais incroyablement fascinant… Malgré le fiasco de la soirée de gala, Axel est tout cela, et bien plus encore.
Une seule chose est certaine pour Sonia : elle doit le retrouver. Dans quel but ? Ont-ils toujours un avenir ensemble ? Rien n’est moins sûr…
Et pourtant, c’est ainsi, les papillons refusent de mourir.


 


Georgia Caldera est née en 1982, dans cette magnifique région qu’est la Touraine. Depuis son plus jeune âge, elle dévore quantité de livres en tous genres, avec néanmoins une affection toute particulière pour la littérature gothique, et n’hésite pas à dégainer régulièrement la plume.

Avec pour auteurs de prédilection Edgar Allan Poe, Bram Stoker, Sheridan Le Fanu ou encore Anne Rice, c’est dans les univers sombres et fantastiques qu’elle trouvera son propre style. Un style qu’elle explore à la fois avec les mots, mais également à travers l’image, étant illustratrice de formation. Ainsi, c’est après plusieurs années d’études en art qu’elle décide de se tourner plus concrètement vers l’écriture, accompagnant toujours ses productions de supports visuels ayant pour but de donner aux lecteurs un aperçu de ses personnages et de leurs tourments.
Source : http://www.editionsduchatnoir.fr/caldera-georgia/

 

Un tome 2 que j'ai enchaîné à la suite. C'est très rare voir presque unique pour moi mais la fin du tome 1 était trop frustrante. Les révélations sur Axel m'ont poussé tout droit à lire Hors de contrôle.

J'aurais peut-être du moins me précipiter. Je n'ai pas retrouver la magie du premier opus. J'ai trouvé ce tome trop bavard. Peut-être en fallait-il passer par là pour connaître tous les chemins tortueux qu'emprunte nos deux héros mais cela a beaucoup plombé le rythme de ma lecture.
Les traits de caractère des deux personnages qui m'avaient tant plu dans le premier tome m'ont ici agacé.
Sonia aime Axel mais on a l'impression qu'elle est toujours dans une posture de victime. Il pourrait tout faire, elle lui pardonnerait. Cela m'a déplu énormément. Elle cautionne des gestes, une violence qui fait écho à son passé. Elle pardonne, elle comprend. Certes Axel l'aime et n'abuse pas de cela mais cette attitude m'a déplu.

Quant à Axel, son côté  chien fou devient un peu ingérable dans le second opus. On a une déviance qui fait craindre le pire s'il n'est pas admis que c'est une comportement pathologique. Cela ne m'est pas apparu comme un trait romanesque d'un bad boy violent et protecteur...

Donc les personnages m'ont moins emballé et je me suis détachée d'eux. Le rythme de l'histoire m'a semblé également moins bon.

Bref une bonne lecture mais qui n'a pas le brio du premier tome.


— Je t’ai blessé ? s’emporta-t-elle brusquement, s’abandonnant à la colère, s’affranchissant une bonne fois pour toutes de ses craintes, de son anxiété latente à la perspective de possibles conséquences. Elle est bonne celle-là franchement ! Et tu oses me demander pourquoi ?





Enfin, quoi, Geoffrey, tu n’as pas une petite, mais alors une toute petite idée des raisons qui m’ont poussée à partir de cette façon, à me sauver comme une voleuse juste avant cette connerie de mariage ?
— Moins fort, grinça-t-il, la veine sur son front qui indiquait son niveau de mécontentement devenant soudain plus apparente. Ne me parle pas sur ce ton. Tout le monde nous regarde, bon Dieu !
— Je les emmerde tous et je t’emmerde aussi, Geoffrey ! rétorqua-t-elle, la rage parlant pour elle, la gagnant désormais tout à fait. Je te parle sur le ton qui me sied ! Si c’est pour essayer de renouer que tu as voulu me voir, tu te plantes complètement. Je ne reviendrai jamais. Jamais
, tu m’entends ?! Ce n’est pas assez clair pour toi, peut-être ? Les beaux souvenirs, s’il y en a eu, je les ai tous oubliés. Tout ce qu’il me reste, ce sont les mauvais, le calvaire que j’ai enduré à tes côtés.
— Comme de coutume, il faut que tu exagères, réfuta-t-il en arquant un sourcil désabusé. Un calvaire, dis-tu ? Laisse-moi rire. En l’occurrence, je connais des tas de femmes qui voudraient en vivre un de ce genre, qui seraient prêtes à se damner pour les robes de couturier, les sacs à main, et toutes ces babioles hors de prix que je t’ai offertes.
— Pourquoi ne vas-tu pas les trouver alors ? Mais peut-être parce qu’en vérité, elles n’existent pas. Même les plus désespérées des prostituées refusent d’être traitées de cette manière pour ce qui ne sont finalement, et comme tu l’as si bien dit, que de vulgaires babioles, hors de prix ou non. Rien ne peut excuser la violence…
— Je n’ai jamais été violent avec toi, l’interrompit-il abruptement, plissant les paupières, prenant un air menaçant.
Sonia resta sans voix face à tant de mauvaise foi. Elle jeta un coup d’œil au vide à côté d’elle et s’efforça de respirer à nouveau.

Pari osé de Belinda Bornsmith


 
Cruz…
Le fantasme numéro un de son adolescence.
Le latino sexy qui a peuplé toutes ses pensées.
Rien que le murmure de son prénom provoquait en elle de violentes palpitations.
Tout ça, c’est terminé maintenant !
Bethany a grandi ! Elle n’est plus la lycéenne naïve, pleine d’illusions, en pâmoison devant Cruz qui n’a toujours vu en elle que la petite sœur de son meilleur pote. Aujourd’hui, elle vient de commencer la première année de son Bachelor d’infirmière à Columbia et elle a enfin décidé d’aller de l’avant, en se donnant une chance avec Jace, le rêve de toute jeune fille.
Mais lorsque Cruz réapparaît dans sa vie, s’y incruste, toutes ses résolutions les plus solides vacillent. Son cœur la trahit plus d’une fois, alors que son cerveau refuse de toutes ses forces que ce stupide « béguin » lui pourrisse de nouveau la vie. Elle a assez souffert. Et hors de question qu’elle mette en danger sa relation avec Jace qui la rend heureuse !
Mais l’est-elle vraiment ? Ou n’est-ce encore qu’une illusion de plus parmi tant d’autres ?
Quand sa relation avec Cruz prend soudain une tournure différente, Bethany se trouve confrontée à ses plus profonds désirs…


De nationalité française, Belinda Bornsmith est un auteur de romance. Longtemps, l’écriture a été un simple loisir qui occupait son temps libre. En 2005, elle quitte son emploi dans l’immobilier. Durant cette coupure professionnelle, elle s’amuse à écrire un roman Young Adult « Le labyrinthe des glaces » pour que sa fille, adolescente et fan d’Harry Potter, puisse enfin lire l’une de ses histoires. Un genre qui la change complètement de ses écrits adultes. Entre temps, elle reprend un emploi à temps partiel dans l’immobilier, un domaine qu’elle quittera définitivement quelques années plus tard pour se consacrer à d’autres activités professionnelles, dont sa passion : l’écriture. Elle participe à des concours et écrit des nouvelles adultes qu’elle publie sur son blog. En 2009, elle reprend un manuscrit qui sommeillait dans un coin « La Confrérie des Ombres », une romance paranormale. Elle le retravaille et poursuit son écriture, tout en diffusant un chapitre par semaine sur son site. Suite aux nombreux avis positifs, elle saute le pas et fait le choix de s’auto-éditer en 2010, puis enchaîne sur une série érotique vampirique « Dans la Chaleur de la Nuit ». Depuis 2012, elle est publiée aux Editions Cyplog et son premier New Adult « Pari risqué » vient de sortir en juillet 2015, une romance contemporaine qui rencontre un beau succès.




Lecture finie

J'avoue avoir été une très grande fan de Bélinda Bornsmith et d'ailleurs, je vous conseille vivement de la découvrir si ce n'est déjà fait. Voici le 2ème tome d'une série New Adult. Elle s’essaye dans une genre nouveau et je dois dire que même si la lecture est plaisante, il n'y a rien de novateur et j'attendais franchement un petit plus.

C'est mignon mais c'est bourré de tous les stéréotypes du genre et il n'y a rien de nouveau. J'ai découvert et apprécié cette auteure car ces histoires et sa plume ne ressemblait à aucune autre mais je dois avouer qu'avec cette série, Belinda Bornsmith se noie dans le genre et y perd toute sa singularité.


Le silence retomba entre nous et je sentis que, cette fois, c’était imminent : elle allait sortir de mon pick-up. Il y avait une connotation dramatique dans cette constatation, mais emporté au cœur d’une spirale de sensations inquiétantes, je ne la trouvai pourtant même pas ridicule. Je me cramponnai presque à mon siège pour empêcher mes bras de la retenir, car une pulsion montait dangereusement en moi.
Putain, je devenais grave !
— On aura l’occasion de se revoir prochainement, lançai-je, la voix rauque.
Un effort quasi héroïque. Bordel, j’étais shooté, c’est pas possible ! Les junkies ressentent tout puissance mille, sous l’effet de l’héroïne.