menu 2

gfMes dernières chroniques

mardi 25 août 2015

Pari risqué de Belinda Bornsmith








Oh mon Dieu !
- Mon deuxième prénom,
murmurai-je contre sa chair.










Couverture : Pari risqué

Depuis des mois, Jailyn lutte pour garder la tête hors de l'eau. En difficulté, elle risque de perdre sa bourse d'études. Aussi, quand sa colocataire décide de lui donner un coup de pouce, elle accepte sans se douter de ce qui l'attend.
Lui... Knox...
Tatoué, sexy, hot... et aussi glacial qu'un iceberg ! Mais elle n'a plus vraiment le choix et son aide, c'est juste l'histoire de quelques semaines. Pourtant, de rencontre en rencontre, il la déstabilise, l'intrigue et l'attire. Terriblement.
Garder ses distances devient très dur. Se protéger, encore plus.
Jusqu'au jour où tout bascule entre eux...



 

Lecture finie  

Je suis très surprise du dernier livre de Belinda Bornsmith.
Elle réussit avec brio cette romance New Adult !

- Les points forts -

Alors je suis surprise …
Oui et non
Je connais le talent de Belinda Bornsmith en matière de romance mais je trouve que ce livre renouvelle son travail ou en tout cas l'amène dans de nouveaux domaines qu'elle expérimente avec succès.
On a vraiment des personnages très biens construits. Jailyn et Knox se dévoilent petit à petit. J'ai apprécié le rythme. Le jeu de la séduction, des non-dits, du refus. Il y a beaucoup de charisme chez ces deux là. Et même si Knox a de quoi affoler toutes les femmes, je crois avoir préféré le personnage féminin qui arrive (et ce n'est pas simple en romance) à être douce, fragile et gentille...sans être niaise. Elle apparaît même comme étant assez forte.
Comme je le disais, j'ai bien aimé le rythme. Assez lent au début, il s'accélère de plus en plus jusqu’au dernier rebondissement que je n'avais pas du tout vu venir. Preuve que la trame narrative est très bien maîtrisée.
Il s'agit du premier tome d'une série. J'ai lu d'ailleurs que le seconde opus devrait porter sur Bethany et Cruz (respectivement la sœur et le meilleur ami de Knox). J'ai hâte de le lire car l'auteure arrive à très bien mettre en place ses personnages secondaires qui sont cependant primordiales dans l'action.
Qui dit Belinda Bornsmith dit érotisme. Je n'avais pas accroché au troisième tome de Dans la chaleur de la nuit qui avait trop joué sur cette carte au détriment de l'histoire. J'ai revu mon jugement ici. Toutes les scènes de sexe sont superbes et « se font désirées ». On sent vraiment l'alchimie entre Knox et Jaylin. Ils résistent à la tentation ce qui rend leur capitulation d'autant plus délectable.

- Les ponts faibles -

Il y a certaines expressions que Knox et ses amis emploient que j'ai trouvé malheureuses et un peu datées et qui auraient mieux convenus dans une romance « paillarde ».

- Bref -

Une nouvelle série prometteuse pour Belinda Bornsmith.
Une très belle romance...







— Jailyn, c’est mon meilleur pote, ne me demande pas de choisir. Je t’en prie. Je ferai n’importe quoi pour toi ! N’importe quoi ! Mais ne me demande pas de choisir entre toi et lui !
Sa voix eut un écho désespéré qui parut s’amplifier dans le salon. Non, jamais je ne ferais ça. Mais je n’y arriverais pas ! Entre nous, je n’y arriverais pas. Mes yeux se remplissaient de larmes, alors que je mesurais la situation.
Accepter que Miles fasse partie de ma vie par l’intermédiaire de Knox ? Non ! Impossible !
Cette dernière cassure en moi, nette, irrévocable, je la sentis jusqu’au tréfonds de mon être. À présent, je savais également pourquoi la douleur avait été si intense dès que mes yeux s’étaient posés sur Miles, chez lui. Inconsciemment, j’avais tout de suite compris que ma relation avec Knox n’y résisterait pas…
Qu’elle était finie.
Ma respiration devint difficile.
— Je ne te le demande pas, Knox. Je le fais pour toi, rétorquai-je d’une voix méconnaissable.
— Jailyn !
Les poings serrés, je le vis s’avancer d’un pas, prêt à lutter. Ma main tremblante se leva en un signe de protestation et de bouclier, une énorme boule se coinçant dans ma gorge.
— Je ne peux pas, lâchai-je.
Ma voix douloureuse retentit entre nous.
— Qu’est-ce que tu veux que je fasse ? me demanda-t-il d’un ton désespéré, mêlé à une pointe de panique.
— Je ne peux pas continuer et le savoir dans ta vie…
— Tu es prête à renoncer… à nous ?
La souffrance qui éclata dans ma poitrine me fit suffoquer. Knox parut très mal, avant que son regard implacable ne me cloue sur place. Sa détermination acharnée m’ébranla une fraction de seconde.
— Je ne veux pas te perdre ! Pas comme ça ! Pas à cause d’une situation dont on n’est pas responsables. Il doit y avoir un moyen ! On surmontera tout ça ! jeta-t-il.
La petite note de désespoir qui cassa sa voix brûla mes yeux de chaudes larmes.
— Tu sais bien que non. Tu sais bien qu’on finira par s’éloigner et se détester, même.
— Non !
Il secoua la tête avec virulence. Les larmes coulèrent sur mes joues. Miles était le glas de notre relation et ce constat irréversible vibrait dans l’air. C’était une évidence. Il ne pouvait en être autrement. Je le sentais, Knox le sentait, lui aussi ; mais il se raccrochait toujours à un espoir avec une volonté inébranlable.
— Je t’en prie, Knox, va-t’en…
— Je refuse de renoncer à toi ! Je refuse, tu m’entends ! assena-t-il avec une telle force dans sa voix qu’elle me coupa le souffle.



— Je…
Son index, qui se leva brusquement, me réduisit au silence complet, alors que son regard restait vrillé sur moi avec une intensité à couper le souffle.
— Je vais te dire deux choses et je ne me répéterai pas !
J’avalai avec difficulté, perdue, incapable de lire en lui. Seule sa voix, très rauque, pouvait s’apparenter à un signe d’émotion.
— La première : si tu fais un pas de plus, un tout petit pas de plus, je ne te laisserai plus partir, Jailyn !
Mon cœur fit un bond terrible dans ma poitrine.
— La deuxième : même si tu es venue pour une autre raison et que tu fais ce petit pas de plus, il y a de fortes chances pour que je ne te laisse plus partir, non plus. Alors, dis-moi que tu es là pour me donner une chance… pour nous donner une chance, lança-t-il d’un timbre très rauque.
Son regard brûlant me fit trembler.
— Parce que… putain, Jailyn… donne-nous une chance, et mets fin au calvaire que je vis depuis des semaines !
Le ton désespéré de sa voix me retourna littéralement.
Et… je le fis, ce pas. Brusquement. Un grand. Un énorme.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires