menu 2

Mes dernières chroniques


jeudi 8 avril 2021

Fragments du passé de Lucie Goudin




 
Lorsque Aurora Marshall se réveille sur un lit d'hôpital, elle ignore tout de son passé. Amnésique, elle se lance dans une quête dangereuse vers ses souvenirs perdus, bien loin d'imaginer que toute son existence repose sur un tissu de mensonges.
Sa rencontre avec Ryder, homme ténébreux et mystérieux, est-elle une providence ou une fatalité ? Alors qu'un tueur en série sévit sur la ville, peut-elle lui offrir sa confiance et s'ouvrir à lui ?
... Et si la prochaine cible du meurtrier, c'était elle !



Née en 1994, à Lens, Lucie Goudin trouve au collège une passion qu’elle ne quittera plus et qui lui ouvrira les portes d’un nouveau monde. En effet, lire des aventures riches en magie lui donne l’envie d’écrire à son tour. Puis, elle décide d’aller au-devant des éditeurs lorsque proches et amis montrent un vif intérêt pour ses écrits. C’est ainsi que, en parallèle de ses études, naquit son premier livre : une épopée menée par des personnages hétéroclites à travers un monde hors du commun.
Si vous lui demandez « Pourquoi avez-vous choisi la fantasy ? », elle vous répondra « Avec elle, vous êtes libres, vous créez vos propres règles. »
Et quand vient la question « Pourquoi vouliez-vous les publier ? », soyez certain que sa réponse sera « Je veux faire rêver les gens comme moi je rêve ! »





Je découvre avec plaisir cette auteure. Fragments du passé est un très bon romantic suspense.

Le personnage principal : Aurora sort d'un coma qui aura duré deux ans. A son réveil, elle ne se rappelle de rien...
Très vite pourtant, elle se rend compte de plusieurs choses :
  • Son fiancé la laisse totalement indifférente.
  • Sa famille est au mieux bizarre et au pire inquiétante.
  • Enfin, elle est attirée de manière totalement déraisonnable par Ryder qui n'a pas l'air d'être pourtant très recommandable...

Il y a beaucoup à dire sur ce roman. De nombreux éléments m'ont plu tandis que d'autres m'ont semblé plus maladroits. Ainsi le déroulé de l'histoire n'est pas toujours très cohérent. Aurora débarque dans une histoire de tueur en série. Cet élément dans l'histoire est amenée de manière brouillonne et cela n'amène pas l'effet de peur qu'il devrait...Le sujet est amené de manière trop léger pour que le lecteur soit vraiment mis en stresse.

Je trouve aussi que certains personnages clés de l'histoire arrive trop tard et pour le coup, on a du mal à leur accorder de l'importance. De la même manière le dénouement n'a pas l'impact que j'attendais.

Ça c'est qui m'a fait tiquer mais je dois dire que j'ai adoré la romance entre Aurora et Ryder. Notamment parce que l'auteure a très bien construits ces personnages et il y a une vraie alchimie entre eux. Les dialogues entre ces deux-là sont souvent savoureux. Ils alternent entre déclaration poignante et piques comiques.
C'est un gros plus et j'ai vraiment pris un très grand plaisir à suivre leur aventure.

Bref, c'est une auteure que j'avais hâte de lire. J'ai beaucoup aimé Fragments du passé et il me tarde de la découvrir dans un autre registre à travers ses autres séries : Le tournoi des immortels et Engrenage.




— Je vais te faire l’amour comme personne ne te l’a jamais fait.
— Ça ne va pas être compliqué, puisque je ne me souviens pas de l’avoir déjà fait.
— Aurora, grogna-t-il, exaspéré.



Tous ces gens que j’avais connus, puis oubliés. Répondre à toutes leurs questions alors que l’on ne répondait pas aux miennes était au-dessus de mes forces. Chaque fois que l’on me regardait avec pitié était un coup de poignard. Chaque fois que l’on parlait de moi comme si je n’étais plus la même, comme si j’étais une étrangère, une pestiférée, me faisait mal.



— Sors de là ! éructai-je, mon index pointé dans sa direction.
Au lieu de m’obéir, il baissa sa vitre, m’observa approcher avec le regard d’un prédateur qui se délecte de sa future proie.
— Jouer au flic et à la prisonnière sexy t’a tellement plu que tu ne dirais pas non à un second round ? ricana-t-il. Tu veux inverser les rôles cette fois ? Tu veux me fouiller ? Oh ! Je veux bien sentir tes mains sur mon corps, bébé.
— N’essaie pas de me déstabiliser. Et ce surnom est vraiment horrible.
— Tu pleures comme un bébé.
— Je ne pleure pas.
— Tu pleurniches.
— Tais-toi ! Sors de là !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires