menu 2

Mes dernières chroniques


samedi 21 août 2021

Moonshadow, Tome 1 : Le Sombre guerrier - Moonshadow, Tome 2 : Le Sorcier maudit de Thea Harrison



 

Moonshadow, Tome 1 : Le Sombre guerrier

Il veut l'utiliser pour avoir ce qu'il veut, mais elle n'est le pion de personne...

Elle ignore son passé et son futur est incertain...

Après avoir survécu à une fusillade, la sorcière Sophie Ross, consultante pour la police de Los Angeles, quitte son poste et rejoint le Royaume-Uni, où se trouvent les réponses sur son enfance. Lorsqu'elle rencontre un Daoine Sidhe chevalier à la Cour Obscure, elle se retrouve prisonnière de l'antagonisme opposant deux arcanes puissants.

Il a abandonné son corps et son âme pour défendre son peuple...

Exilé de sa terre natale ainsi que ses frères d'armes, Nikolas Sevigny est impliqué dans un conflit qui menace tout ce qui lui tient à cœur. Il n'y a qu'en réunissant les ressources de son peuple qu'ils ont une chance de l'emporter sur Isabeau, la cruelle Reine de la Cour Lumineuse.

Quand Nikolas rencontre Sophie, il ne voit qu'un pion sur l'échiquier.

La sorcière insouciante pourrait bien être la clé pour parvenir à franchir les passages qui ont été interdits aux chevaliers de la Cour Obscure.

Sophie n'a pas l'intention d'être le pion de qui que ce soit, mais le fier Nikolas est si convaincant qu'elle ne peut nier la tentation de son cœur.

Alors que la magie menace Lyonesse, la Reine Isabeau lâche ses cruels Chiens, et Nikolas et Sophie entament une course effrénée pour leur survie.

La passion qui s'éveille entre eux se révèle bientôt trop vive pour être niée...

Heureusement, ni l'un ni l'autre n'a l'intention de tomber amoureux...



Moonshadow, Tome 2 : Le Sorcier maudit


Une humaine captive, un puissant sorcier lié malgré lui à une reine cruelle... Un amour impossible.

Enlevée au cours de l’une de ses tournées, la musicienne Sidonie Martel se retrouve dans le mythique pays d’Avalon. Humaine, sans la moindre capacité magique, elle est à la merci des forces létales qui l’entourent.

Enfermée, brisée et incapable de jouer depuis qu’elle a été battue par ses geôliers, son seul espoir réside dans un murmure. Des mains tendres qui lui apportent des soins et un homme qui répugne à se dévoiler à elle, tout en lui offrant des conseils qu’elle n’oserait pas ignorer. Après avoir été un barde célèbre et le conseiller de rois, Morgan le Fae, l’un des sorciers les plus puissants et les plus craints de l’histoire, s’est retrouvé asservi à Isabeau de la Cour de la Lumière il y a des siècles de cela.

Au service d’une reine qu’il méprise, commandant de ses dangereux Chiens de garde, Morgan retrouve pourtant une sensibilité qu’il pensait avoir abandonnée au contact de Sidonie. Son caractère tempétueux fait renaître des sentiments qu’il croyait enterrés à jamais.

Pour Sidonie, prisonnière, la passion offre un réconfort auquel elle ne peut résister.

Mais Isabeau tient Morgan par un lien magique que seule la Mort peut briser. Dans la cour d’une reine cruelle et jalouse, l’unique chose qui brûle plus fort que l’amour est la vengeance...


 


 

J'ai lu les 2 opus à la suite. Les résumés me tentaient. C'est surprenant car au final ; je ne peux pas dire que je les ai apprécié outre mesure. C'est à dire que le contrat est rempli est tout est rondement mené mais il n'y a pas le plus...


Pourquoi avoir lu les deux romans, me direz-vous ? Et bien, c'est les vacances. A ce moment-là je suis plus cool à tous les niveaux. Je me disais en le lisant que ce n'était pas la série de l'année mais que c'était sympa de pouvoir se poser pour lire...


Je ne sais pas si cela vous sera d'un quelconque intérêt. Disons que si je devais parler du livre, je dirais que le contrat est tenu mais il n'y a rien de vraiment captivant et je ne lirais pas la suite. Le rythme du récit n'est pas assez captivant et la suite car les romances ne sont pas assez passionnées à mon goût.


Bref, deux lectures de vacances !





Thea Harrison, de son vrai nom Teddy Harrison, est auteur de romance paranormale et urban fantasy.

Elle écrit aussi sous le nom Amanda Carpenter.

Elle est diplômée en sciences de l'information et des bibliothèques et en Philanthropic Studies.

Elle vit en Californie.




Juste quand je croyais me faire à l’idée d’avoir embrassé un loup-garou, marmonna-t-elle. Juste quand je commençais à concevoir l’idée d’éventuellement, peut-être proposer d’avoir des relations sexuelles avec un loup-garou. J’essaie d’imaginer comment je pourrais raconter cette histoire à ma meilleure amie. Je crois que ça ressemblerait à ça : tu vois, je ne l’ai jamais vu à la lumière du jour. C’est ce loup-garou, je ne connais même pas son nom. Nom d’un chien, il est vraiment multidimensionnel. Tu sais ce qu’elle me répondrait ? Elle me dirait, fuis, Sid, fuis. Fuis loin, le plus vite possible. À côté d’elle, il s’était raidi.

Relations sexuelles ? demanda-t-il tout bas. Elle prit sa main avec emphase et la posa sur ses genoux. — Je t’apprécie et tu comptes pour moi, probablement trop pour mon propre bien. J’ai énormément d’empathie pour la situation dans laquelle tu te trouves et j’accepterai ton aide avec gratitude pour le sort de bataille de demain soir. Mais à part ça, soit tu me montres ton visage et tu me dis ton nom, soit tu dégages de ma chambre. Il rit sous cape. Il avait l’air en colère.

Tu ne retiens pas les coups quand tu t’y mets, hein ?

Non. Désireuse de mettre un peu de distance entre eux, elle se décala pour s’asseoir à la tête du lit, aussi loin de lui que possible. Il allait partir. Elle en était certaine. Ses secrets étaient trop importants pour lui. Cela lui faisait mal au cœur. Puis la pièce brilla d’une lumière dorée, la flamme de la bougie reprenant vie. Elle fixa cette dernière une brève seconde. Elle brûlait avec une intensité surnaturelle, haute de presque trente centimètres. Du coin de l’œil, elle aperçut l’homme, grand et large d’épaules, se lever du lit. Il se déplaça et mit un genou à terre devant elle, déposant ses deux mains sur le lit, de part et d’autre des cuisses de Sidonie. Elle l’observa, les yeux gourmands, se délectant avidement de chaque détail. Il était fortement bronzé, avait les cheveux châtains, un visage intelligent à la structure osseuse saillante et de brillants yeux noisette. De petites rides s’échappaient du coin de ses yeux et encadraient sa bouche, dénuée du moindre sourire. Il avait l’air d’avoir trente-sept ans. Il n’y avait pas le moindre signe de son âge avancé à part, peut-être, la restreinte sans fond, disciplinée, qu’elle lisait au fond de ces yeux brillants. Le regard de Sidonie papillonna partout à la fois, remarquant d’autres détails, comme si elle prenait un instantané de ce moment.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires