menu 2

Mes dernières chroniques


samedi 4 décembre 2021

Tale of the nine tailed

https://www.lachroniquedespassions.com/

 

Lee Yeon (Lee Dong-Wook) était autrefois l’esprit des montagnes de Baekdudaegan. Il a sacrifié sa vie de dieu de la montagne pour ressusciter la vie de la femme qu’il aimait A Eum. Lee Yeon vit maintenant sa vie comme un renard à neuf queues sous forme humaine. Il vit ainsi depuis des centaines d’années.
Pendant ce temps, Nam Ji-A (Jo Bo-Ah) travaille pour la chaîne TVC en tant que productrice d’émissions de type documentaire. Elle cherche des histoires sur le surnaturel. En 1999, ses parents ont été impliqués dans un accident de voiture à Yeou Gogae. Elle se souvient d’un homme qui l’a sauvée de cet accident. Lorsque Nam Ji-A examine des images de vidéosurveillance d’une salle de mariage où la mariée a disparu, elle voit l’homme qui l’a sauvée enfant sortir du mur du mariage avec un parapluie rouge. Son nom est Lee Yeon.

 




J'ai a-do-ré !




J'ai été emporté par cette belle histoire menée tambour battant. Il y a de tout pour passer un excellent moment - façon grand cinéma – car oui, si c'est un drama destiné à la télévision, on sent bien que c'est du lourd.


Pourquoi j'ai autant aimé ?


Essentiellement pour deux choses. La première étant l'histoire en elle-même et son déroulé. C'est à dire que Lee Yeon est un esprit centeanire qui a perdu son unique amour. Il erre depuis des siècles en guettant la future réincarnation de l'être aimé.

Quand il tombe sous Nam Ji-A, il ne la reconnaît pas et se désintéresse de cette mortelle qui comme toutes les autres lui est insignifiante. La réciproque n'est pas vraie car la jeune femme se rappelle que l'homme lui a sauvé la vie quand elle était enfant.


Elle le recherche, il la la fuit.


Pourtant dans cette dynamique, ces deux êtres contraires vont développer une alchimie qui fera toute la magie du drama.


La deuxième raison de ce coup de cœur est la qualité du jeu des acteurs. Ils ont réussi à m'embarquer dans cette histoire dont je n'avais pas les codes. Ici, le renard à neuf queues appartient au floklore coréen mais aussi asiatique. Beaucoup de codes, de références m'étaient inconnus du fait de ma méconnaissance d'une partie de la culture asiatique. Pourtant, cette histoire d'amour universelle m'a été accessible en grande partie grâce à la qualité de jeu des comédiens et notamment celui du couple principal.


Bref, un drama magique qui m'a fait vivre un moment hors du temps

que je vous conseille vivement.

 

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires