menu 2

gfMes dernières chroniques

mercredi 11 février 2015

Désir Fatal Tome 1 : De tout mon être de Abbi Glines





Elle a seulement dix-neuf ans.
Elle est la fille de son nouveau beau-père.
Elle est encore naïve et innocente dû aux trois années qu'elle vient de passer à prendre soin de sa mère malade.





Mais pour Rush Finley, vingt-quatre ans, elle est la seule chose qui ait jamais été hors limite. L'argent malhonnête de son père, le désespoir de sa mère de gagner son amour et son charme sont les trois raisons pour lesquelles on ne lui a jamais dit non.
Blaire Wynn a quitté sa petite ferme de l'Alabama après la mort de sa mère, pour emménager avec son père et sa nouvelle femme dans leur maison de Floride sur la plage le long de la côte. Elle n'est pas préparée à ce changement de style de vue et elle sait qu'elle ne s'habituera jamais à ce monde-là. Et puis il y a ce sexy demi-frère avec lequel son père la laisse pour l'été alors qu'il voyage à Paris avec sa femme. Rush est aussi gâté qu'il est séduisant. Il l'intrigue également beaucoup. Elle sait qu'il est tout sauf bien pour elle, et qu'il ne sera jamais fidèle à qui que ce soit. Il est aussi las et a des secrets que Blaire sait qu'elle ne connaîtra probablement jamais. 


Mais malgré ça... 
elle pourrait bien être déjà amoureuse de lui. 
 Kissing pics Seduce Your Partner!
  (Traduction BdP - Merci à elles!)



Une lecture inégale mais au final très addictive.
 

Les points forts

L’intrigue. Le livre tient sur UN SECRET dont bien sûre je ne parlerai pas parce que le livre n'aurait plus alors aucun intérêt mais moi il m'a complètement bluffé...La trame narrative m'a semblé (trop) simple mais vers le dernier tiers du livre je me suis rendue compte qu'il n'en était rien. Ça a complètement relancé l'intérêt de ma lecture. J'ai trouvé qu'Abbi Glines avait bien « sa botte secrète ».

Le personnage masculin. Le récit se fait du point de vue de Blaire, l'héroïne. J'ai trouvé que ça donnait une perception très intéressante de Rush, le héros masculin. Elle ne sait pas où elle va avec lui et pourquoi tout est si compliqué. Son point de vue enrichit le « brouillard ». Elle n'a aucune réponse ...donc nous aussi. Tant mieux car tout la vérité lui est cachée tout comme à nous. Rush est un héros tourmenté vraiment très intéressant dont la personnalité se dévoile de façon très progressive. Je l'ai trouvé vraiment bien fichu.

Je ne sais pas si l'héroïne m'a plu tout le long du livre mais la fin la met vraiment en valeur et elle explose (au niveau de son charisme!) avec le dénouement.


D’ailleurs la fin est MAGNIFIQUE ...un très grand moment de romance.

Les points faibles.

Y'a t-il eu un problème de traduction mais j'ai trouvé que certains passages étaient vraiment ampoulés. « Douce Blaire, si douce... ». J'avais l'impression de lire que Barbara Cartland ! Je ne suis pas sûre que le fils d'une rock star tatoué et percé parle comme le Darcy de Jane Austen. Je préfère penser qu'il s'agit d'un problème de traduction.



Blaire est un peu trop « Cosette » (du nom d'un syndrome très connu en romance):j'ai perdu ma mère, ma sœur (jumelle!), mon père s'est barré, j'ai du m'occuper seule de ma mère atteinte d'un cancer, j'ai du vendre la maison, j'ai plus d'argent... On a compris que c'était une pauvre fille, n'en rajoutez pas plus. J'ai trouvé donc que c'était un peu trop « stéréotypé ». D'ailleurs Rush ne brille pas non plus par son originalité : Bad boy, rocker, briseur de cœur, dieu du sexe, tatoué...ça te rappelle rien ! Il va falloir que je m'attelle à trouver l'alter ego de ma Cosette...

Bref

Une lecture qui cache bien son jeu. Elle s'est révélée bien plus complexe, intéressante et addictive que le début ne le laissait paraître. La fin est génialissime et j'enrage de savoir qu'il faudra attendre SEPTEMBRE 2015 !! pour avoir la suite (6 mois).
Franchement les éditions J'ai lu, la suite est sortie il y a deux ans aux Etats-Unis...
 



La dernière scène qui est juste magnifique qui donne tout la beauté au livre mais à ne SURTOUT pas lire, simplement Relire pour celles qui l'ont déjà lu.

Je ne détournai pas les yeux alors que je m’accrochai à lui, et laissai ce sentiment de bonheur total m’envahir. Il ouvrit la bouche et un grondement qui résonna dans sa poitrine se fit entendre. Deux allers-retours plus tard, il se fit entièrement immobile. Il ne m’avait quittée du regard à aucun moment.

Nous avions encore tous deux le souffle court tandis que j’exprimai tout ce qui devait l’être sans qu’un mot ait besoin d’être prononcé. Mon regard était suffisamment éloquent. S’il y prêtait assez attention.

Ne fais pas ça, Blaire, supplia-t-il.
Au revoir, Rush.
Il secoua la tête. Il était encore profondément enfoui en moi.
Non. Ne nous fais pas ça.
Je n’ajoutai rien. Je laissai retomber mes mains le long de mon corps et mes jambes de sa taille jusqu’à ne plus me tenir à lui. Je ne discuterais pas avec lui.
Je n’ai pas eu l’occasion de faire mes adieux à ma sœur ou à ma mère. Ce que nous venons de vivre était le salut que je n’avais jamais vécu, et dont j’avais besoin. Cette unique fois entre nous sans mensonges.
Il agrippa les couvertures sous moi des deux mains et serra les paupières.
Non. Non. S’il te plaît.
Je voulais caresser son visage. Lui dire que tout irait bien. Il dépasserait tout cela, il nous dépasserait, nous. Mais je n’y serais pas parvenue. Comment pouvais-je le réconforter alors qu’en moi, c’était le néant ?
Il se retira et je grimaçai au vide qui y fit écho dans mon corps. Il se leva sans me lancer un regard. Inversement, mon attention ne se relâcha pas alors qu’il s’habillait. Voilà. Est-ce que le vide était supposé faire mal ? Quand la douleur cesserait-elle de se faire sentir ?
Une fois qu’il eut renfilé sa chemise, il leva les yeux vers moi. Je m’assis et ramenai mes genoux à ma poitrine pour cacher ma nudité et me reprendre. J’avais peur de m’écrouler littéralement.
Je ne peux pas t’obliger à me pardonner. Je ne mérite pas ton pardon. Je ne peux pas changer le passé. Tout ce que je peux faire, c’est d’obéir à ce que tu exiges. Et si c’est ce que tu veux, je m’en irai, Blaire. Cela me tuera, mais je respecterai ta volonté.
Quel autre choix m’était offert ? Je ne serais plus jamais la même. La fille dont il était tombé amoureux n’existait plus. Il s’en rendrait compte bien assez vite s’il restait. Je n’avais pas de passé. Pas de fondations. Tout avait disparu. Rien n’avait de sens, et je savais qu’il en serait toujours ainsi. Rush méritait mieux.
Au revoir, Rush, dis-je une dernière fois.
La souffrance qui assombrissait son visage était trop dure à supporter. Je baissai la tête et me mis à étudier la couverture bleue sous moi.
Je l’écoutais progresser vers la sortie. Ses pas étaient étouffés par la vieille moquette usée. Lorsqu’il passa le seuil, le clair de lune inonda la chambre sombre. Il y eut une pause. Je me demandais s’il allait ajouter quelque chose. Je ne le souhaitais pas. Chacun de ses mots ne rendrait la situation que plus difficile.
La porte se referma. Je levai le regard pour voir la chambre de motel vide autour de moi. Les adieux n’étaient pas aussi déchirants qu’on le prétendait. Je le savais, maintenant.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires