menu 2

gfMes dernières chroniques

mercredi 9 mars 2016

Trois soeurs et un prince Tome 3 : J'ai aimé le prince des rebelles de Katharine Ashe





 Elle est une vraie demoiselle, 
destinée à épouser un prince. 
Alors pourquoi ne peut-elle résister au charme d'un voyou?









Tessa...:
Elle est une vraie demoiselle, destinée à épouser un prince. Alors pourquoi ne peut-elle résister au charme d'un voyou?
Elle peut servir du thé, tenir une maison, et fabriquer une jolie robe. En bref, Eleanor Caulfield est la parfaite fille du pasteur. Pourtant, il fut un temps où elle aurait tout risqué pour le gitan aux yeux noirs qui l'a laissée le coeur brisé. Le voilà maintenant devant elle - sombre, viril, et prêt à l'accompagner dans le voyage qui lui fera découvrir le secret sur son héritage.
Partir onze ans auparavant aurait dû donner à Taliesin l'impression d'être libre. Au lieu de cela, il est revenu vers Eleanor, déterminé à l'avoir pour lui seul, la tentant de ses baisers et lui promettant une passion à laquelle elle s'est longtemps refusée. Mais alors qu'il est déjà sous le charme, il est bien loin d'être prêt pour ce qu'il arrivera lorsqu'Eleanor décidera d'abandonner les conventions, et de vivre vraiment...

(Trad' BdP – Merci à elles!)



 
 
Cliquez sur la couverture
pour lire les autres chroniques de la série. 
 





Katharine Ashe 

    Professeure d'histoire, elle écrit de la romance Régence. En 2014, elle est sélectionnée pour le RITA Award. Ses romans ont été traduits dans de nombreux pays.



     
    Lecture finie

Il s'agit du troisième et dernier tome de la série Trois sœurs et un prince. En deux mots : une réussite !



Chaque sœur avait droit à sa propre histoire et nous finissons la série avec celle d'Eleanor. Elle est pourtant l'aînée de la fratrie. Elle est restée aux côtés de son père adoptif toutes ces années mais ce dernier vient de se remarier et elle se sent maintenant de trop. Elle prend l'excuse de la quête familiale sur leurs origines pour prendre la relève des sœurs .

Elle part à l'aventure mais pas seule. Ses sœurs l'obligent a être accompagné par Taliesin, le gitan mais aussi son amour d'enfance...

Le héros masculin est présent dès le premier tome. On sait que le feu couve entre ces deux-là mais honnêtement je ne m'attendais pas à un tel embrasement.

J'ai retrouvé un peu de la même magie que dans L'étreinte de l'aube de Lisa Kleypas qui est aussi une romance où le personnage masculin est un gitan qui aime depuis longtemps l'héroïne mais refuse de le lui avouer car il s'en sent indigne.



J'ai été surprise par ce tome parce qu'il tranche énormément avec le deuxième. Dans J'ai adoré un lord, j'avais vraiment l'impression de lire un romantic suspense historique tant l'intrigue policière était présente. J'avais d'ailleurs beaucoup apprécié cette touche. Ici, on est dans la romance pur jus. Le héros est tourmenté. Les quiproquos qui s’enchaînent éloignent d’autant nos héros maudits par le destin.



Bien sur , le secret sur les origines des sœurs va être levé. Franchement, je ne m'y attendais pas du tout. Je n'en dirais pas plus mais vous serez certainement surpris.



J'aime quand une série se finit en feux d'artifice et c'est franchement le cas ici même si j'aurai aimé que nos héros se déchirent de manière moins répétée. Certes, on a des scènes entre eux MAGNIFIQUES mais peut-être un peu trop nombreuses. Comment vous l'expliquez : la romance est vraiment magnifique mais j'aurais qu'elle s'équilibre plus avec l'intrigue général.



Il n'es reste qu'il s'agit d' une très très très belle romance que je vous conseille vivement.








Elle lui jeta le chocolat à la tête.

Elle n’aurait su dire comment cela se produisit. L’espace d’un instant une étrange et frénétique bouffée de panique la traversa. L’instant d’après, un démon la posséda, la poussant à lui lancer le contenu de sa tasse. Du chocolat éclaboussa le mur, la porte, et le beau ténébreux sur lequel elle avait versé des larmes durant des mois.

Bon sang, qu’est-ce…

Il n’acheva pas sa phrase, avança vers elle, lui attrapa le poignet et secoua la main qui tenait la tasse entre eux.

Que crois-tu que tu fais ? articula-t-il.

Du chocolat coulait le long du poignet d’Eleanor, et sur les joues et les lèvres de Taliesin, qui la contemplait avec stupeur.

Je gaspille mon chocolat.

Elle essaya de se dégager d’une secousse, mais il resserra sa prise, la gardant tout près de lui. Et ce n’étaient pas ses yeux qu’il regardait. C’était sa bouche. Les ombres dans ses iris étaient plus profondes, et embrasées d’un éclat fiévreux si brillant qu’elle y vit les mouchetures brunes qu’elle avait découvertes quand elle était petite.

Comment vas-tu depuis tout ce temps, Eleanor ? demanda-t-il d’une voix rugueuse.

Qu-quoi ?

Comment se passe la vie au presbytère ?

Il ne quittait pas ses lèvres des yeux, ne desserrait pas les doigts autour de son poignet.

Est-ce toujours comme il y a onze ans, lorsque je suis parti ?

Précipitamment, chuchota-t-elle. Sans prévenir. Sans un mot.

Les syllabes résonnèrent dans le silence.

Précipitamment. Sans prévenir, répéta-t-il.

La peau d’Eleanor, ses os, son sang, tout n’était que sensations de lui.

Tu te moques de moi, dit-elle. Arrête.

Tu as réclamé mon attention. Tu l’as. La désires-tu ou non ?

Ce qu’elle désirait, c’était goûter le chocolat sur ses lèvres. Se souvenir du danger et de l’exaltation qu’elle avait éprouvés la dernière fois qu’elle avait été complètement vivante.

Tu me tiens.


Elle ne voyait plus que ses yeux, si proches qu’elle aurait pu compter ses cils un par un.

Pourquoi me tiens-tu ?

Un breuvage brûlant. Mon visage. Cela ne te rappelle rien ?

Ses lèvres et sa mâchoire étaient couvertes de sucre. Des lèvres entrouvertes. Une mâchoire contractée.

Mais si c’est cela pour toi, tenir quelqu’un, pirani, tu as raté bien des choses de la vie, cloîtrée dans ce presbytère.

Elle resta muette, incapable de confirmer ou de nier. Pour la première fois en onze ans, il l’avait appelée par le surnom qu’il lui donnait autrefois.

Il scruta son visage, et le pli entre ses sourcils s’accentua.

Nom de Dieu, grogna-t-il avant de la lâcher.

Il traversa la pièce à grandes enjambées et sortit. L’air froid s’enroula autour d’Eleanor. Elle jeta un coup d’œil dans la tasse. Au mépris de toutes les règles de bonne conduite, elle resta là, et lécha la tasse jusqu’à ce qu’elle soit propre.









Elle croisa les bras sur sa poitrine, Athéna se protégeant de son armure.

Je crois que j’ai perdu ce défi, dit-elle d’une voix tremblante.

Et moi je suis convaincu du contraire.

Encore maintenant, elle n’avait aucune idée du pouvoir qu’elle exerçait sur lui.

Je… je te regarde, bredouilla-t-elle, je regarde ton torse et tes bras, et je te touche… Tu es si beau… Et les choses que tu me fais… c’est si bon… Et pourtant j’ai l’impression qu’à l’intérieur de moi, quelque chose… ne va pas. Comme si j’allais exploser.

Eleanor…

Ce ne sont pas mes poumons, je pense.

Sa poitrine se soulevait, son souffle était saccadé.

Mais…

Il la reprit dans ses bras. Sa main glissa sur la courbe de sa hanche, et elle se plaqua contre lui. Il glissa la main entre ses jambes.

Ici.

Elle étouffa un petit cri.

Oui.

Son regard affolé.

N’aie crainte, murmura-t-il.

Les yeux dans les siens, elle dit :

Non.

Faisant taire son propre désir, il caressa sa douce féminité.

Autorise-toi à ressentir.

Elle demeurait rigide dans ses bras.

Je… j’en ai envie, mais…

Touche-moi, Eleanor. Maintenant.

Sa main vola jusqu’à son torse, doigts écartés, lui brûlant les chairs, puis elle les promena sur ses côtes. Ses muscles se contractèrent. Il avait faim d’elle, de sa peau contre la sienne, il nourrit son désir à elle jusqu’à ce qu’il n’y ait plus en lui que l’envie d’elle. En lui donnant du plaisir, il s’oublia.

Elle battit des cils et un gémissement lui échappa.

Oui.

La tête inclinée vers son visage, il explora son intimité comme il rêvait de le faire depuis des années. Il dénicha la petite crête, source de son plaisir, et lui donna ce que son corps voulait. Impatiente et passionnée, elle n’eut pas besoin de davantage d’encouragement. Ses hanches trouvèrent leur cadence et elle jouit vite, brutalement, en tressaillant dans sa main avec un cri de stupeur et de plaisir mêlés. C’était la première fois. Il était le premier. Le seul.

Le paradis devenait de plus en plus beau. Et devant Taliesin, un gouffre béant s’ouvrait.

Le souffle erratique, elle noua les bras autour de son cou et posa les lèvres sur les siennes, puis le taquina de la langue.

Il la plaqua de nouveau contre lui, contre son sexe dressé. Elle lui embrassa la mâchoire, puis lui murmura à l’oreille :

C’est moi qui gagne.

Son rire était péché et soleil.

Il l’empoigna aux hanches et la colla à lui tandis que ses lèvres folâtraient sur son cou. Il avait encore plus besoin d’être en elle que de respirer. Pour la sentir maintenant, pour ne faire qu’un avec elle, il donnerait tout ce qu’il possédait. Tout.

Quel gage vas-tu réclamer ?

Il ne reconnut pas sa propre voix. Vaincue, étrangère, esclave.

N’était-ce pas cela, le gage ?

Il inhala son odeur, emmagasina son parfum de chèvrefeuille et de passion comme un voleur. Puis, quand il fut prêt :

À moi de te lancer un défi.

Cela me paraît juste.

Elle lui caressait la poitrine. Le désir de la soulever contre le mur et de la faire sienne le consumait. Mais même cela ne suffirait pas. Cela ne suffirait jamais.

Quel sera-t-il ? voulut-elle savoir.

Au prix d’un effort surhumain, il la repoussa et s’écarta d’un pas.

Je te mets au défi de partir.

Il prit une profonde inspiration.

Maintenant.

Il s’obligea à prononcer les mots :

Et de ne jamais plus revenir.

Son rire mourut. La perplexité emplit son regard.

Puis la trahison.

Et, enfin, la douleur.

Il recula. Récupéra sa chemise et sa redingote. Impossible de la regarder. Elle ne comprenait pas, mais il ne pouvait le lui expliquer alors qu’elle se tenait devant lui, les seins nus, échevelée et comblée. Alors qu’elle se trouvait dans sa maison, où il avait cru qu’elle ne viendrait jamais. Alors qu’il n’avait cessé d’en rêver.

Demain, peut-être, en plein jour, tout habillée, il lui expliquerait. Ou peut-être jamais. Jadis, il lui avait fait une promesse. Mais il s’en était fait une autre à lui-même ; et il avait bâti sa vie sur cette promesse-là. Quelle que soit la tentation, quelle que soit la perte, il ne la briserait pas.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires