menu 2

Mes dernières chroniques


mardi 14 septembre 2021

Winner, Tome 2 : The Crime et Winner, Tome 3 : The Kiss de Marie Rutkoski


 

Tome 2 :

Gagner peut être la pire des malédictions...

Fille du général le plus titré de l'Empire, Kestrel a eu la faiblesse, alors qu'elle réprouve l'esclavage, d'acheter dans une vente aux enchères un jeune homme du nom d'Arin. Pire encore, elle a eu la bêtise de lui permettre de devenir son ami... et de laisser la ville entière s'en émouvoir. Elle n'a compris qu'au dernier moment son erreur, en découvrant l'impensable : espion aux ordres de son peuple oppressé, les Herranis, le jeune homme était là depuis le début pour la trahir, pour renverser le pouvoir.

À présent, tout a changé. Kestrel a été contrainte de lutter pour sa survie. Elle a vu ses amis tomber autour d'elle et a dû supporter la douleur de la trahison d'Arin - elle dont l'éducation entière lui souffle de tout faire pour se venger. Mais, quand il a fallu choisir son camp, elle a préféré, à son tour, l'impensable : sacrifier son bonheur pour celui des Herranis, céder à un terrible chantage qui la force à tourner le dos à Arin une bonne fois pour toutes. Elle est désormais la fiancée du fils de l'Empereur. S'ouvre, à la cour, un terrible jeu d'échec où Kestrel doit mentir à tout le monde, depuis le monarque - un homme sans pitié qui se délecte de la souffrance d'autrui - jusqu'à Arin lui-même, en passant par la masse des courtisans qui n'espèrent que sa chute.

Gagner sera-t-il pour elle la pire des malédictions ? Jeux de pouvoir, coups de bluff et pièges insidieux : dans un monde nouveau, né de l'imagination d'une auteure unanimement saluée pour son talent, deux jeunes gens que tout oppose se livrent à une partie de poker menteur qui pourrait bien décider de la destinée de tout un peuple !







Tome 3 :

La guerre a éclaté. Arin se retrouve au centre des affrontements, avec l'Orient comme allié et, pour ennemi, l'Empire qui l'avait réduit en esclavage. Il est enfin parvenu à fermer son esprit au souvenir obsédant de Kestrel, même s'il ne parvient pas tout à fait à l'effacer de sa mémoire. Mais sa décision est prise : il n'a plus que faire de celle qui, le croit-il, soutient l'Empereur envers et contre tout, malgré les innocents massacrés, malgré le danger qui menace Arin et les siens... Mais la vérité est tout autre. C'est loin au nord, dans un des nombreux camps de travail impériaux, que dépérit peu à peu Kestrel, fiancée déchue de l'héritier de l'Empire. Droguée - une façon de s'assurer de son obéissance -, elle risque de perdre un peu plus chaque jour, comme les prisonniers qui l'entourent, tout souvenir de sa vie passée. Déjà, plus au sud, les combats font rage, et les vies d'Arin et de Kestrel se retrouvent prises entre le marteau et l'enclume... Pour elle comme pour lui, l'heure est venue de jouer cartes sur table. Mais quand les enjeux sont aussi élevés, est-il vraiment possible de remporter la mise ? Dans un monde nouveau, né de l'imagination d'une auteure unanimement saluée pour son talent, découvrez les jeux de pouvoir, les coups de bluff et les enjeux vertigineux de la partie de poker menteur à laquelle se livrent deux espions pris dans les nasses de deux causes ennemies !





Régulièrement classée dans les listes des best-sellers du New York Times, Marie Rutkoski entame avec The Curse sa troisième série – toutes trois multi-récompensées, notamment par le Bank Street Best Children's Book of the Year, un prix centenaire. Née dans la banlieue de Chicago, l'aînée de quatre enfants, elle a suivi les cours de creative writing du prix Pulitzer James Alan McPherson à l'université de l'Iowa. Elle a ensuite vécu à Moscou et à Prague. Après une thèse à l'université de Harvard, elle y a donné des cours de littérature anglo américaine et d'histoire. Spécialiste de Shakespeare, elle est actuellement professeur au Brooklyn College, où elle enseigne trois domaines : le théâtre à la Renaissance, la littérature jeunesse et l'écriture. Elle vit à New York avec son mari et ses deux enfants.

Un énoooooooorme coup de cœur pour cette série qui m'a complémentent embarquée. J'ai failli passé à côté de winner.

Il faut dire que j'avais lu le premier tome presque au moment de sa sortie. Je l'ai lu et il faut croire que je n'aurais pas du le lire à ce moment car je n'ai pas accroché outre mesure. Et puis je ne sais pas, je m'étais rendue compte que je l'avais lu trop rapidement. Et pour la première – je ne suis pas coutumière de ça – j'avais pris le temps de le relire...Et là : c'est la révélation. D'une j'adore mais en plus je suis devenue accroc !



Je me suis demandée après coup comment j'avais pu passer d'un « bof bof » à un « génial ». Force est de constater que l'état d'esprit au moment de la lecture y fait beaucoup. Ainsi si on est pas disposé à rentrer dans sa lecture et bien celle-ci aurait beau être bonne, on y sera forcément hermétique. Je ne dis pas que je dois relire toutes mes lectures qui m'ont laissé indifférente mais plutôt celles que j'appelle mes « rendez-vous manqués ». Je le dis souvent : « Il y avait tous les ingrédients mais la sauce n'a pas pris.... »



Bref, arrêtons de parler de moi et revenons à notre série. J'ai enchaîné les tomes 2 et 3 parce que le deuxième se finit sur un cliffangher que je ne pouvais pas gérer. C'est dire comment je suis devenue accroc.

Il faut dire que ce roman qui s'inscrit dans la young Adult y trouve sa place dans le sens où la romance même si elle est très belle et passionnée reste très chaste. J'ai adoré l'histoire de Kestrel et Arin mais le plus du livre se trouve dans l'ambiance qui n'est pas du tout fleur bleue mais beaucoup plus dans des intrigues, je dirais mêmes des stratégie de cour...

Tout est un jeu de dupes et on ne peut de fier à personne. Tout le monde à un double visage. Le récit suit la mouvance car plus un secret est dévoilé plus un autre vient prendre sa place. Il y a une forme de tension permanente dans le sens où nos deux héros sont toujours en danger et cela quasiment jusqu'à la dernière page.

On a du mal à reprendre son souffle et c'est pour cela aussi que j'ai enchaîné les deux opus.



La magnifique romance est complètement embourbée dans les mensonges des uns et des autres. Je peux vous assurer que le récit est vraiment très enlevé.

J'ai adoré les personnages. Kestrel est Arin passent leur temps à se sacrifier l'un pour l'autre. C'est vraiment du pain béni pour les romantiques !



La fin pour ce type de trilogie est loin d'être évidente parce qu'elle doit vraiment être à la hauteur et je dois avouer que le pari est gagné !



Bref ! Ne passez pas à côté !





Je doute que l'ignorance soit synonyme d'innocence.





La jeune fille s'était levée de son siège.

- Alors je me tairai, termina-t-il, et tu remueras ton thé en silence. J'en boirai une gorgée et tu m'imiteras. Voilà.... c'est bien comme ça que se dérouleront nos entrevues, Kestrel ?

La tête de la Valorienne lui tournait.

- Va-t'en... murmura-t-elle alors que c'était elle qui était debout.

Arin ne bougea pas. Il leva les yeux vers elle, la mâchoire serrée, et elle s'émerveilla de lire encore sur son visage cette expression si particulière : << Ne me trahis pas, disait son regard. Ne te trahis pas toi-même. >>

Elle quitta la table.

- Tu vaux mieux que ça ! lui lança-t-il.

Un bibliothécaire sortit de la réserve pour lui demander de parler moins fort. Kestrel s'éloignait déjà à grands pas.

- Comment l'inconséquence de ta propre existence peut-elle ne pas te faire honte ? jeta-t-il. Ce vide en toi ne te fait donc pas horreur ?

Bien sûr que si, pensa-t-elle en poussant la porte de la bibliothèque qui retomba derrière elle avec un bruit sourd.

Si tu savais...





La loyauté est la plus haute forme d'amour qui soit.







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires