menu 2

gfMes dernières chroniques

jeudi 20 février 2020

L'Art du meurtre de Chrystel Duchamp



 

Quatre victimes. Et aucun coupable.
Des relations amoureuses sans lendemain. Une mère possessive et intrusive. Des nuits entières à errer. La vie d’Audrey, 34 ans, pourrait se résumer à une succession d’échecs. Seul son métier de lieutenant à la PJ lui permet de garder la tête hors de l’eau.
En ce jour caniculaire de juillet, Audrey et son équipe sont appelés sur une scène de crime. Le corps de Franck Tardy, avocat à la retraite, est retrouvé dans son luxueux appartement du XVIe arrondissement. Son corps a été torturé, mutilé, partiellement écorché, puis mis en scène sur une table dressée pour un banquet. Pour compléter cette vanité, un crâne humain lui fait face : celui de sa défunte épouse, dont la tombe a été profanée quelques jours auparavant.
Audrey et son équipe découvrent rapidement que l’homme est un habitué des clubs sadomasochistes parisiens et que, richissime, il a dépensé sa fortune en achetant des œuvres d’art. Au point de finir ruiné.
Quand un deuxième meurtre est commis dans des conditions similaires, Audrey sait qu’elle fait face à un psychopathe. À elle de plonger dans les milieux interlopes parisiens, des maisons de vente aux clubs SM, pour débusquer ce tueur, dont les méthodes extrêmes n’ont d’égale que son appétit meurtrier.


Née en 1985, Chrystel Duchamp se passionne très tôt pour la littérature de genre, notamment le fantastique et la série noire. Elle et son conjoint, Eric Barge, montent la maison d’édition Le Miroir aux Nouvelles, où ils publient plusieurs romans illustrés de Chrystel : La Boîte aux objets perdus (2013), 47°9’S - 126°43’W (2014), La Vallée dérangeante (2015). Son dernier roman, À l’ombre des sureaux, a paru en 2018. Elle habite près de Saint-Étienne.



Tout est dit dans le titre. Ce thriller définit le meurtre comme un art. Le meurtrier est donc un artiste de toute beauté !
D'ailleurs, je ne sais pas si je dois le dire mais j'ai adoré ce tueur en série. C'est le gros point fort de ce roman. Il est génialement fou.
L'écriture est vraiment addictive, on ne voit pas se tourner les pages.

Le postulat de départ est assez classique. C'est à dire que le roman commence par un meurtre et l'enquête est dévolue a une policière qui deviendra le personnage central du livre. Audrey. Malgré le fait que ce soit une femme, son profil est celui de l'enquêteur blasé qui est tombé dans l'alcool et la drogue.

Autant vous dire que le roman ne brille pas par sa joie de vivre comme on pouvait s'en doutait. La noirceur est entretenue de tous les côtés. Les victimes, « le coupable » et même la police. Il y a une plongée dans les vices humains de façon très nette et très dérangeante. Le premier mort tout comme le deuxième sont les archétypes d'une bourgeoisie débauchée bourrée de déviances.

La plume de l'auteure propose une ambiance suffocante. D'ailleurs, elle place l'histoire dans un Paris caniculaire. Mais c'est le monde de l'art qui est le cadre des meurtres. Pas besoin d'avoir les codes du milieu pour e, comprendre tous les tenants. On suit Audrey dans ce monde et on s'initie en même temps qu'elle.

Je dois avouer que ce personnage des plus rêches m'a déstabilisée. Elle est, par beaucoup d'aspect, assez répulsive ce qui est assez surprenant comme choix de la part de l'auteure. Je n'ai pas réussi a créé un lien avec elle.
Après, j'ai pris beaucoup de plaisir à suivre l'enquête en me basant sur des indices « artistiques ». Cela m'a semblé très réussie même si j'avoue que j'ai très (trop) vite débusqué le coupable.

Chrystel Duchamp signe son premier roman avec brio. C'est un premier coup réussi malgré quelques petits bémols qui n'ont pas gâché le plaisir de découvrir cette auteure des plus prometteuses.




À l’heure où ce quartier bourgeois s’éveille, un appartement reste plongé dans le calme et la pénombre. Une bougie posée sur un guéridon off re de timides lueurs à l’obscurité. La cire fond et coule dans un bougeoir ébréché.
Le silence règne dans la salle à manger, interrompu chaque seconde par le tic-tac d’une horloge. Sur une grande table en chêne, sont disposés un vase – dans lequel fanent les roses d’un bouquet – et une corbeille – où pourrissent trois pommes et deux poires. Les fruits dégagent une odeur pestilentielle qui se mêle à des effluves de tabac.



Se faire agresser est traumatisant. Au-delà du choc émotionnel, une agression éveille en vous une pathologie qui ne vous quitte plus : la paranoïa. Un sentiment incessant de vulnérabilité.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires