menu 2

Mes dernières chroniques

ù

vendredi 19 novembre 2021

Black Haters, Tome 1 : Action de Manon Donaldson


 

 https://2.bp.blogspot.com/-6P9EFxGvn-w/WrZpl8838rI/AAAAAAAAae8/DjLfq1Y2fMw1ZA_sOzfDT_tHnQUqgQx8QCLcBGAs/s320/le%2Br%25C3%25A9sum%25C3%25A9.jpg

Son avenir à elle était tout tracé, son futur à lui ne pouvait être plus incertain.

Appartenir à l’Élite est synonyme d’une perfection dénuée de libre-arbitre.

Nellyanna, fille du Conseiller Mavoy, s'apprête à célébrer le mariage fastueux de sa sœur aînée.

À cette occasion, elle croise Lander, un homme mystérieux, déterminé à brouiller tous ses repères.

Mais l’événement de l’année est perturbé par un attentat perpétré par les Black Haters, un groupuscule œuvrant dans l’ombre, réclamant justice et vérité auprès de ce gouvernement qui les opprime autant qu’il les dissimule au peuple.

Le destin de Nellyanna, kidnappée par les rebelles, bascule quand elle comprend que son monde est bâti sur des secrets inavouables.

Lander signera-t-il sa perte ou sa liberté ? Et quelle est cette vérité qui lui échappe ?

Manon Donaldson est une auteure de romance à suspense. Originaire du Canada, elle avait déjà enfant, une imagination débordante... Chevaliers, princesses, sorcières, vilains... Elle adorait inventer ses propres histoires dont elle était l'héroïne. Puis, la lecture arriva à elle d'abord sous forme de suspenses, puis de romances qu'elle dévora sans modération. Elle n'avait jamais envisagé écrire jusqu'à ce qu'un simple défi lancé la convainc de tenter le coup.

C'est comme ça qu'en 2015 elle termine son premier romantic suspens qui aura attiré l'oeil de Black Ink Édition, une maison d'édition française. L'année suivante, les deux tomes de Steel Brothers seront nommés best-sellers en Europe. Ainsi, la Québécoise d'origine, désormais adulte, réussit à s'évader dans des mondes où les princes sont des bikers, les princesses, des héroïnes bad ass et les vilains, des mafieux endurcis.


 

 
 
 

J’arrête de marcher, offre mon visage au déluge en ouvrant la bouche pour attraper sur ma langue cette liberté liquide.

J’effectue un tour sur moi-même en riant comme une enfant quand mon regard croise celui de Lander qui m’observe, adossé à un arbre, l’air amusé et une lueur indéfinissable brillant dans ses prunelles.

— Il pleut, hurlé-je par-dessus le son de la pluie avant de partir d’un grand éclat de rire et d’ajouter : monsieur météo !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires