menu 2

Mes dernières chroniques

ù

vendredi 19 novembre 2021

La Ronde des saisons, Tome 1 : Secret d'une nuit d'été de Lisa Kleypas


 

 

Comme ses amies Evangeline,Lilian et Daisy,Annabelle Peyton est à la recherche d'un mari.Or la tache s'annonce ardue pour les quatre demoiselles:la timide Evangeline est affligée d'un bégaiement.Les soeurs Bowman sont américaines et peinent à s'intégrer dans la haute société londonienne.Quand à Annabelle,l'inexistence de sa dot constitue un lourd hindicap.Pourtant,il lui faut dénicher un riche époux;membre de l'aristocratie,bien sur.Autant dire que ce malotru de Simon Hunt n'a aucune chance.Dire qu'il a eu le culot de lui prédire qu'elle serait bientot sa maitresse! Mais qu'attendre d'un fils de boucher? Non,meme s'il s'est enrichi àmillions dans l'industrie,il n'est pas un parti envisagable.Et tantpis si elle ne peut oublier le baiser qu'il lui a volé jadis...



https://4.bp.blogspot.com/-ShvwlxsIMSE/XNaO9At29sI/AAAAAAAAego/9FojEqY5OhEZDCYJ_TYNsUdPYh_INjkzgCLcBGAs/s320/l%2527extrait.jpg

Je soupçonne qu'il s'agit d'autre chose que d'une cheville tordue, répliqua Hunt.
— Vous croyez que c'est l'infusion d'écorce de bouleau ?
— Non, l'écorce de bouleau ne provoquerait pas une telle réaction. J'ai ma petite idée sur la question, mais je ne pourrai la confirmer avant que Mlle Peyton soit dans sa chambre.
— De quelle manière avez-vous l'intention de «confirmer» votre idée? s'enquit Annabelle, méfiante.
— Je ne ferai rien de plus que de jeter un coup d'oeil à votre cheville, répondit Hunt en souriant. Et je pense que je le mériterai après vous avoir portée sur deux étages.
En vérité, l'escalier ne lui demanda aucun effort. Quand ils atteignirent le palier, sa respiration n'était même pas altérée.
Annabelle le soupçonnait d'être capable de la porter dix fois plus haut sans même transpirer. Lorsqu'elle lui en fit la remarque, il répondit d'un ton détaché.
— J'ai passé une partie de ma jeunesse à transporter des quartiers de boeuf et de porc jusqu'à la boucherie de mon père. Vous porter est bien plus agréable.
— Comme c'est aimable, marmonna Annabelle, les yeux fermés. Toute femme rêve de s'entendre dire qu'on la préfère à une vache morte.




https://4.bp.blogspot.com/-ShvwlxsIMSE/XNaO9At29sI/AAAAAAAAego/9FojEqY5OhEZDCYJ_TYNsUdPYh_INjkzgCLcBGAs/s320/l%2527extrait.jpg

Espiègle, elle lui montra ses cartes.
- Regardez la main qu'on m'a octroyée. Auriez-vous un conseil judicieux à me donner ?
Glissant les mains sur les accoudoirs de son fauteuil, Simon inclina la tête pour lui chuchoter à l'oreille :
- Oui... Termine la partie rapidement.
Consciente du regard intéressé des autres femmes, Annabelle s'efforça de conserver une expression impassible, alors même qu'une onde de chaleur lui montait au visage.
- Pourquoi ? souffla-t-elle.
- Parce que je vais te faire l'amour dans exactement cinq minutes. Où que nous soyons... Ici... Dans notre suite... ou dans l'escalier. Alors, si tu préfères avoir un peu d'intimité, je suggère que tu perdes avec la plus grande célérité possible.



https://4.bp.blogspot.com/-ShvwlxsIMSE/XNaO9At29sI/AAAAAAAAego/9FojEqY5OhEZDCYJ_TYNsUdPYh_INjkzgCLcBGAs/s320/l%2527extrait.jpg

Elle prit une profonde inspiration avant de répondre:

- Parce que je t'aime.

Bien que Simon gardât le visage détourné, ces mots le prirent visiblement de court. Sa grande main se crispa sur le couvre-lit tandis que ses défences se fissuraient.

- Je mourrais mille fois pour t'épargner la moindre douleur, dit-il d'une voix tremblante. Et le fait que tu étais prête à sacrifier ta vie sans aucune nécessité est plus que je ne peux en supporter.

Les yeux d'Annabelle la picotèrent tandis qu'elle le contemplait, en proie à une bouffée de tendresse et de désir si puissante qu'elle en était presque douloureuse.

- J'ai compris quelque chose, déclara-t-elle d'une voix rauque, alors que j'étais à l'extérieur de la fonderie, à la regarder brûler en sachant que tu étais à l'intérieur...

Elle déglutit avec peine, puis reprit:

- Je préfèrerais mourir dans tes bras, Simon, plutôt que d'affronter la vie sans toi. Toutes ces années interminables... Tous ces hivers, ces été... Cent saisons à te vouloir et à ne jamais t'avoir. Devenir vieille alors que tu resterais éternellement jeune dans mon souvenir...

Elle se mordit les lèvres en secouant la tête, les yeux brillants de larmes.

- Je me suis trompée quand je t'ai dit que je ne savais pas où était ma place. Je le sais. Elle est auprès toi, Simon. Rien ne compte à part être avec toi. Tu m'as sur les bras pour toujours, et jamais- jamais, tu m'entends? - je ne t'écouterai quand tu m'ordonneras de m'en aller. Alors, conclut-elle avec un sourire tremblant, autant te résigner de cesser de te plaindre.

Avec une soudaineté qui la surprit, Simon se tourna pour l'attirer brusquement contre lui. Il enfouit le visage dans ses cheveux emmêlés, et d'une voix sourde, étranglée par l'anxiété, il murmura:

- Mon Dieu, je ne peux le supporter ! Je ne peux pas te laisser sortir jour après jour en redoutant à chaque minute qu'il t'arrive quelque chose, en sachant que ce qui me reste de raison repose entièrement sur ton bien-être. Je ne peux pas ressentir cela... C'est trop insupportable. Bon sang! Je vais tourner au fou furieux. Je ne servirai plus à rien ni à personne. Si seulement c'était un peu moins fort... Si je pouvais t'aimer seulement à moitié... je pourrais peut-être réussir à vivre avec.

Cet aveu brutal emplit Annabelle d'une joie sauvage, et c'est avec un petit rire chevrotant qu'elle répondit:

- Mais je veux ton amour tout entier.

Quand Simon releva la tête pour la regarder, son expression lui coupa le souffle. Il lui fallut plusieurs secondes pour se remettre.

- Ton coeur et ton esprit tout entier, continua-t-elle, avant d'ajouter d'une voix basse, provocante : Et tout ton corps, aussi.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires