menu 2

Mes dernières chroniques

La fierté des Highlanders, Tome 2 : Une passion rebelle de Sharon Cullen


 
Tombé aux mains de l’ennemi après la bataille de Culloden et condamné à la potence, Colin MacLean réussit à s’enfuir avec son compagnon de cellule, un gamin maigrichon. Or, débarrassé de ses oripeaux et de sa crasse, celui-ci se révèle être la plus belle fille que Colin ait jamais vue ! Et aussi la plus singulière : Maggie Sinclair jure comme un charretier et se bat à l’épée avec l’habileté d’un vrai guerrier. Colin sait bien qu’il doit la ramener saine et sauve à son clan, mais comment ne pas brûler de passion face à cette intrépide diablesse ? 



 
Après avoir obtenu un diplôme en journalisme de l’Université de l’Ohio, Sharon a découvert que les récits qu’elle avait en tête étaient plus intéressants que ce qui se passait dans le monde qui l’entourait. Pourtant, ce n’est que des années plus tard qu’elle décide de poursuivre son rêve secret d’écrire un roman. Depuis lors, elle est écrit du suspense romantique, romance paranormale, romance contemporaine et romance historique.
Elle vit dans le sud-ouest de l'Ohio avec ses trois enfants, son mari et ses deux chiens.
Son rêve serait d'un jour se rendre à Saint-Martin et de vivre sur la plage.




Grand fan de romances historiques, je suis toujours à la recherche de nouvelles auteures. Sharon Cullen me tentait énormément. Les résumés de sa série, la fierté des Highlanders me tentait à chaque fois - mais franchement, ce titre ne m'a pas convaincue.

Si je dois être honnête, je dois avouer que le style de n'a pas plu. J'ai trouvé ça un peu pompeux et cela manquait d'énergie.

Je ne me suis pas attachées aux personnages et leur romance, vous l'aurez compris ne m'a pas captivé.

Bref, une déception !




Colin se désaltérait de plus belle lorsqu'il entendit un bruit d'éclaboussure sur sa gauche, non loin de lui. Il se figea en réalisant qu'il ne s'était pas muni de son épée - il n'avait même pas un poignard sur lui.
Lentement, il leva la tête. S'il s'agissait de ces "maudits Anglais", ainsi que Sinclair les appelait, il pourrait peut-être se glisser dans les buissons et disparaître.
Mais il ne s'agissait pas des Anglais - c'était Sinclair lui-même procédait à ses ablutions, le dos tourné vers lui. Ce garçon avait décidément besoin de faire du muscle, songea-t-il en observant ses maigres épaules et les os qui pointaient sous la chair. Naturellement, le régime de la prison n'aidait pas à garder la forme, l’occupant anglais étant connu pour mal nourrir ses prisonniers.
En voyant Sinclair lever les bras, Colin fronça les sourcils, intrigué. Qu'est-ce qui clochait chez ce gamin, fluet au point d'être maigre ?
Lorsqu'il se retourna d'un coup, lui donnant sans le savoir la réponse qu'il attendait, Colin en tomba sur les fesses, les yeux écarquillés, la bouche arrondie sur un cri silencieux. Sinclair ne l'avait pas vu et ignorait tout de sa présence à quelques pas de lui... ou plutôt d'elle, car ce drôle de garçon n'en était pas un, du simple fait que c'était une fille !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Laissez vos commentaires