menu 2

Mes dernières chroniques

mardi 9 février 2021

À nos démons intimes, Tomes 1 et 2 de J.M. Darhower

 


 

 

Tome 1 :

Ignazio Vitale n’est pas un homme bon.

Je le soupçonne dès notre première rencontre, je sens le danger qui entoure cet homme. Il a une façon d’exiger l’attention, de prendre le contrôle, de savoir ce que je pense avant même que je le sache.

C’est à la fois inquiétant et attirant. C’est sombre et redoutable. C’est tout ce que j’ai toujours voulu, et pourtant la dernière chose dont j’ai besoin. Une obsession.

Il ne lui faut pas longtemps pour m’attirer dans sa toile, me charmer jusque dans son lit et me prendre au piège de sa vie, une vie dont j’ignore tout avant qu’il soit trop tard. Il a des secrets, des secrets que je ne peux percer et qui m’empêchent de partir, même si je le supplie de me laisser m’en aller. Je l’aperçois parfois dans ses yeux, cette noirceur terrifiante et fascinante à la fois. C’est un monstre dans un emballage somptueux, et ce que je découvre en le démasquant change absolument tout.

J’ai envie de le haïr.

Parfois même, j’y parviens.

Et pourtant, ça ne m’empêche pas de l’aimer.



Tome 2 :

Ne le dis pas si tu ne le penses pas...

C’est un concept simple, que j’ai répété à de nombreuses reprises, mais les gens ne semblent pas le comprendre. Il faut choisir chaque syllabe avec précaution, parce qu’on ne sait jamais quand quelqu’un risque de vous prendre au mot.

Quelqu’un comme moi.

Je ne suis pas un homme bon. Pas du tout. Je le sais. J’ai assez de ténèbres en moi pour débarrasser le monde de chaque rayon de lumière. Pourtant, il y en a un auquel je ne ferais jamais de mal, une lumière que je ne pourrais me résoudre à éteindre.

Karissa.

Elle me prend pour un monstre, et elle a peut-être raison. Je l’attise par mes caresses, je prends mon pied en torturant son âme. Mais je ne suis pas le seul. Le monde grouille de monstres et je ne suis pas le plus dangereux d’entre eux.

Loin de là...

Que Dieu me vienne en aide, parce que je l’aime.

D’un amour sincère.

Et que Dieu vienne en aide de quiconque essaierait de me la prendre.




 

Lecture finie


Grosse claque avec ce livre qui m'a mise très mal à l'aise mais faute est d'avouer que j'ai beaucoup mais vraiment beaucoup aimé.


Ignazio, le héros n'a rien pour lui à commencer par son nom. Son surnom est même Naz...Je me moque mais c'est vrai qu'il est un être totalement immoral. Certes beaucoup de choses explique son comportement mais de là à l'excuser....

Il jette son dévolu sur Karissa qui est beaucoup plus jeune que lui. Là n'est pas le problème. C'est surtout qu'il va littéralement faire voler la vie de cette femme en éclat. Elle va tout perdre à cause de lui. Alors certes, leur amour est magnifique mais la morale est vraiment mise à mal dans cette romance.

C'est à dire que de nombreux éléments du récit ne peuvent pas trouver grâce aux yeux de la dite moral et c’est peut-être là le génie de la littérature : tout ce qui peut paraître inacceptable dans la vraie vie, peut-être imaginé et accepté dans le monde la fiction.

Après, j'avoue qu'il faut prendre beaucoup de distance et voir Ignazio comme un homme sexy mais également comme un psychopathe.


Ce n'est pas le type de personnage qui m'attire. D'ailleurs je pense que si je m'étais mieux renseigné sur le roman et ce personnage, je n'aurais pas pu dépasser mon aversion instinctive pour ce type de héros. Mais bon comme j'ignorais tout de lui, je me suis lancée. Force est de constater que j'ai très vite accroché car l'auteure avant de nos présenter les déviances de l'homme nous montre à quel point, il tombe sincèrement amoureux de Karissa. Toute la première partie nous pousse à l'apprécier et quand on comprend la réalité de son son machiavélisme, il y a une forme d'attachement du lecteur qui nous empêche de réellement le condamner.


C'est certainement une des premières fois où cela se produit et où je l'apprécie. Souvent en romance, on a le salaud mais - soyons honnête – c'est le salaud qui nous fait baver car il est so sexy. Là franchement ce n'est pas le cas. ON peut même dire que si on tombe sur Ignazio dans la rue, il faut mieux fuir au plus vite. Donc c'est une première que d'être dans une romance ou le héros est un vrai psychopathe qui ne détient aucune dose d'empathie.


Le premier tome se passe du point de vue de Karissa et le second de celui de Ignazio. C'est très intéressant et très juste dans le déroulé de l'histoire.


Il reste que cela reste une romance à part, immorale, passionnelle, déroutante et définitivement addictive !


Bref, un OVNI romantique à découvrir.

 

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Laissez vos commentaires