menu 2

Mes dernières chroniques

jeudi 18 février 2021

Les MacCoy, Tomes 1, 2 et 3 d'Alexiane Thill

 


https://4.bp.blogspot.com/-iwOgyCJWvkk/WqEVFWNzr6I/AAAAAAAAaPs/u-1PxfYwoCAC35ZgaufD-XBMAV1Ya0J2ACK4BGAYYCw/s1600/5.jpg

 

Tome 1 :

Et si les clans d'Ecosse n'avaient jamais disparu ? Et s'ils continuaient à diriger les Highlands à l'insu du reste du monde ?

Quand Phèdre arrive à Édimbourg pour respecter les dernières volontés de son père, elle se retrouve malgré elle entraînée dans ce monde de clans et de querelles sanglantes qui lui est inconnu. Recueillie par le fougueux et irascible Caleb, chef du clan MacCoy, elle se révèle bientôt être une pièce maîtresse sur l'échiquier du pouvoir...



Tome 1.5 :

Riam, m'eudhail - À jamais, mon amour

L'Ogre. Voilà le surnom qui colle à la peau de Caleb MacCoy depuis des années. Depuis cette terrible nuit où son destin a basculé. Désormais, sa voie est toute tracée : protéger son Clan, en tentant de sauver ce qu'il reste de son honneur.

Mais tout change lorsqu'il pose les yeux sur une Française aux yeux d'acier. Une inconnue, mais dont le nom familier réveille en lui les échos du passé. Phèdre MacLeod... La seule femme qui lui soit interdite.

Par un concours de circonstances, il se voit contraint d'en revendiquer la tutelle et de la faire venir sur l'île d'Inchkeith, le territoire de son Clan. Tiraillé entre les alliances qui garantissent la sûreté des siens, les sentiments qui naissent en lui et sa culpabilité, Caleb pourra-t-il éviter le drame ?



Tome 2 :

Après avoir découvert le terrible secret de Caleb MacCoy, Phèdre a rejoint le château de Dunvegan pour enfin prendre possession de l’héritage de son père. Désormais à la tête des MacLeod, elle découvre la vie de Chef de Clan... Mais sa position est fragile : depuis son fief d’Inveraray, le bourreau de son enfance, Henry Campbell, est à l’affût de la moindre opportunité pour la faire chuter...

Et pour cela, il est prêt à se servir de Caleb. Car aux yeux des Clans, Phèdre est toujours la Pupille de ce dernier, et elle est donc censée respecter ses ordres...


Tome 3 :

Après plusieurs années de voyage autour du monde, Elisabeth MacCoy est de retour à Inchkeith, l’île de son Clan, bien décidée à prendre la place qui lui revient de droit en tant que sœur du Chef. Écartée de l’action depuis son plus jeune âge, elle veut enfin avoir son mot à dire, surtout alors que le spectre d’une guerre à venir plane sur les siens...

Mais revenir à Inchkeith implique pour Elisabeth de devoir se confronter à Duncan, son premier amour, dont un fossé d’amertume la sépare désormais... Devenu le bras droit de son frère, il a toujours placé sa loyauté envers le Clan MacCoy au-dessus de toute autre considération, y compris son propre bonheur. Cependant, face à la femme qu’il n’a jamais pu oublier, qu’adviendra-t-il de ses allégeances ?




Maman de vingt-quatre ans, Alexiane Thill écrit depuis qu’elle a neuf ans, lit... depuis qu’elle sait lire, et tient un blog autour de ses passions. Passionnée par l’Ecosse et amusée par l’admiration de sa grand-mère pour les romans d’amour, elle a décidé de combiner ces deux inspirations en imaginant l’histoire de son premier roman, Les MacCoy - l'Ogre et le Chardon.



Gros gros gros coup de cœur pour les deux premiers tomes de cette série consacrés à Caleb et Phèdre. J'avoue que le tome suivant consacré à la sœur du héros m'a moins enthousiasmé.

Mais d'abord revenons au début de cette série atypique. J'ai été captivé par le talent de l'auteure à nous plonger dans une Écosse alternative qui prend l'apparence d'une dystopie sans fouiller (vraiment) de ce côté là.


Cependant dans cette réalité alternative, l’Écosse est un pays régi par les clans et leurs codes. C'est à ce titre que ceux-ci s’opposent entre eux pour des quêtes de pouvoirs.


Notre héroïne, Phèdre est Française. Elle va en Écosse pour connaître ses origines car son père qui ne l'a pas élevé appartient à ce pays. C'est une jeune femme fragilisée par un traumatisme qui se rend là-bas. Il faut dire qu'enfant, Phèdre a été enlevé. Elle n'est pas arrivé à dépasser cette blessure. La violence des clans lui fait horreur mais c'est dans ce cadre qu'elle va évoluer pour le meilleur et pour le pire ;

Si j'ai autant apprécié ma lecture, c'est effectivement pour son côté original mais également pour la construction du récit qui est parsemée de rebondissements géniaux qui m'ont tenue en haleine tout le long de la lecture des deux premiers tomes.

J'ai également lu le tome 1.5 mais qui apparaît plus comme un bonus qui revisite le début de l'histoire du point de vue du héros. C'était très agréable mais je le range du côté des « plus » optionnels. L'ogre et le chardon et l'ours et le taureau se centre sur l'histoire d'amour contrariée de Phèdre et de Caleb. C'est pour moi un énooooorme coup de cœur et je ne peux que vous conseiller de le lire.


Cependant au vu de mon engouement, je pensais retrouver le même niveau de lecture avec le tome 3 La louve et le glaive et...non.

Je n'y ai pas cru et je me demande si l'auteure y a cru. Toute la magie, la romance et la passion des débuts ont déserté cette suite et cela a été pour moi un douche froide. Il s'agit de l'histoire d'amour impossible entre la sœur de Caleb et son meilleur ami. L'auteure la vendait comme une passion interdite. J'en bavais d'avance au vu de la qualité de la précédente mais franchement cela n'a pas été le cas et j'ai trouvé ça tiède et trèèès long.


Bref, je suis enchantée d'avoir découverte Alexiane Thill qui est une auteure à découvrir d'urgence si ce n'est pas déjà fait. Même si le troisième tome ne m'a pas convaincue, j'avoue attendre impatiemment la suite de la série




C’est en sonnant la retraite d’une bataille perdue d’avance que l’on gagne la guerre.



Il n’y a que lui.

Il n’y a que moi.

Il n’y a que nous.

Nous ne sommes plus que tous les deux sur ce parvis, bercés par le vent, le soleil et les senteurs de l’Ecosse. Par le loch à quelques mètres de nous. Ma tête se vide, mon coeur s’apaise, soudain soulagé de toutes les émotions néfastes qu’il couve depuis des semaines. Mes muscles se détendent. Je perds conscience des escarpins qui me meurtrissent les pieds et du froid qui s’engouffre sous mon tartan.

J’ai chaud. Et c’est divin de me sentir aussi légère.

Libérée. Rien qu’un instant.









Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Laissez vos commentaires