menu 2

gfMes dernières chroniques

mercredi 29 avril 2015

Forces d'Élite Tome 3 : En pleine course de Julie Ann Walker




Il ne rate jamais une cible
Elle est prête à le faire ramper








Il ne rate jamais une cible

Jake "le Serpent" Sommers a reçu son nom de code quand il était un SEAL, parce qu'il frappe rapidement et discrètement, avec la même efficacité mortelle que le fameux reptile. C'est de cette manière qu'il a brisé le coeur de Michelle Carter. C'était pourtant le seul moyen de la préserver, de garantir sa sécurité. Quatre longues années plus tard, Jake est déterminé à obtenir une seconde chance. Mais pour regagner le cœur et les bras de Michelle, Jake va devoir prouver qu'il peut prendre les choses comme elles viennent, lentement. Très lentement ...

               Passion 

Elle est prête à le faire ramper

Michelle Carter n'a jamais pardonné à Jake d'avoir fait sien l'adage si cliché "Aime-la et quitte-la". Mais quand son frère, le chef des Black Knights, l'agence 5 étoiles des forces spéciales, provoque un dangereux truand, elle commet l'inimaginable : placer sa vie entre les mains de Jake. Peu importe son surnom, cet homme est loin d'être un être à sang-froid. Et une fois qu'il aura regagné son cœur, il ne laissera plus jamais partir. 



 Traduction BdP

 
Avis très mitigé.



J'avais beaucoup aimé le premier opus de cette série et le deuxième bien que moins bon m'avait poussé à connaître la suite des BKI. On est dans un univers ultra codifié en terme de romantic suspense avec des militaires officieux mais très patriotiques qui ne vivent que pour défendre l'oncle Sam des méchants. La description est assez grossière mais je m'éloigne peu de celle de l'auteure. C'est peut-être une des choses qui d'ailleurs m'a le plus embêté dans ma lecture. Tout est très (trop) caricatural.
Jake est un militaire traumatisé par son passé de soldat et c'est pour cela qu'il n'arrive pas à s'engager avec la femme de sa vie qui est aussi la sœur de Boss (le héros du deuxième tome).

Pourquoi pas...

Mais j'ai eu du mal avec la justification de l'auteure quant aux difficultés du Serpent à s’engager. C'est trop léger pour qu'on y croit vraiment. Le personnage n'est pas assez fouillé et profond pour que ses crises de consciences soient crédibles.
Le héros reste éloigné de sa Belle pendant plusieurs années. Il aurait pu en rester là ... mais non.

Que va-t-il faire ?

Il va la pousser dans les bras de son meilleur ami. Et oui ça surprend comme logique...



À ce moment là, j'ai posé mon livre avec un gros doute quant à suite de ma lecture.Mon sentiment a été renforcé par la réaction de la jeune femme. Shell aime sans restriction Jake. Il est L'HOMME de sa vie. Pourtant quelques jours après avoir été éconduite par le Serpent, elle épouse le « copain roue de secours ». Que fait Jake en découvrant que la FEMME de sa vie va en épouser un autre. RIEN.

C'est vrai qu'en romance, il y a beaucoup d'incohérences mais pour que tout ça prenne, il faut la magie de la plume de l'auteure ce qui n'est malheureusement pas le cas ici.

Alors c'est vrai que le dernier quart du roman est meilleur. Essentiellement parque ce que de bons rebondissements ont relancé mon intérêt mais ils sont arrivés trop tard. Ils donnent juste une accélération, une finalité trop abrupte. Je pense que l'auteure aurait du amener cela bien en amont pour justement étoffer les rapports Jake/Shell.

Alors même si je n'aime pas dire du mal d'une auteure et d'un livre . Je dois quand même avouer que la construction du récit et des différentes étapes de l'histoire ne m'ont pas convaincu.

Une déception




Non, Jake, murmura-t-elle.
Elle ferma les paupières, elle faisait de son mieux pour respirer malgré l’étau d’angoisse qui lui écrasait la poitrine.
Non, tu ne m’aimes pas, dit-elle.
Dis-moi qu’il reste une chance ! supplia-t-il. Dis-moi que tu ressens encore quelque chose pour moi.
Elle ouvrit les yeux pour scruter ses traits. Sa gorge la brûlait comme les braises rougeoyantes du feu derrière lui. Elle déglutit avant de lui répondre d’une voix étranglée.
Tu as eu ta chance. Plusieurs même. Mais tu les as toutes gâchées. Maintenant, c’est trop tard.
Bien trop tard.
Non, répliqua-t-il en secouant la tête. Je refuse de croire ça.
C’est la vérité.
Elle refoula l’océan de larmes qui menaçait de l’emporter, déterminée à ne pas céder à cette voix en elle qui lui hurlait de s’abandonner aux bras de Jake, de le croire malgré ses mensonges usés qu’elle avait déjà entendus auparavant. Puis elle proféra à son tour un mensonge :
Je ne t’aime plus.
Le voyant se figer, elle estima qu’il valait mieux lui donner le coup de grâce pendant qu’elle en avait encore le courage.
Je ne suis même pas sûre de t’avoir jamais aimé, murmura-t-elle d’une voix rauque.
Est-ce qu’il… ? Était-ce des larmes dans ses yeux ? Mon Dieu, mais oui ! Et lorsqu’elle crut que ces larmes allaient se mettre à couler – ce qu’elle n’aurait jamais pu supporter – tout le visage de Jake se durcit.
La buée dans son regard se résorba si vite qu’elle en resta interdite et fit un nouveau pas en arrière.
Je peux te faire changer d’avis, déclara-t-il.
Menton baissé, il gardait les yeux braqués sur elle sous ses sourcils froncés.





Tout cela était divin. Shell n’avait jamais connu un tel délice avec qui que ce soit et elle avait conscience que cela ne se reproduirait sans doute jamais à l’avenir.
Parce qu’il s’agissait de Jake. L’amour de sa vie.
C’était effrayant de l’admettre enfin, surtout en sachant qu’ils ne seraient jamais ensemble. Que ce serait la seule et unique fois qu’elle s’autoriserait à faire l’amour avec lui.
Elle aurait voulu que cela dure une éternité. Que le monde cesse de tourner, que le temps s’arrête, afin qu’elle puisse demeurer au cœur de ce moment. Ici, maintenant.
Shell, dis-moi tout ce que tu veux.
Ce qu’elle voulait ? Elle voulait l’impossible.
Je t’en prie, supplia-t-elle, je t’en prie, n’arrête pas.
Je n’en avais pas l’intention, gronda-t-il.
Il accéléra la cadence, ses reins allant et venant en rythme. Et c’était tout à fait ça. Exactement ce dont elle avait besoin pour se retrouver de nouveau aux limites du septième ciel. Oh oui. Oh oui. Oh…
Shell…
Elle capta le tressaillement dans sa voix, perçut la tension dans les muscles de son dos, à l’endroit où les doigts de Shell agrippaient son échine mouvante. Il se redressa pour la regarder et elle put lire le désespoir dans ses yeux tandis qu’il luttait pour ne pas jouir.
Elle aussi résistait de son mieux à l’orgasme. Car si elle s’y abandonnait, elle savait qu’elle l’emporterait avec elle et qu’ensuite tout serait fini. Ce moment magnifique et merveilleux prendrait fin. Et elle n’était pas prête pour ça.
Les muscles intérieurs de Shell se resserrèrent autour de Jake et elle lutta pour ne pas céder au plaisir. Des gouttes de sueur perlaient sur le front de Jake, assombrissant les pointes de ses cheveux blonds.
S’il te plaît… supplia-t-il. S’il te plaît, Shell, jouis avec moi.
Il n’en fallut pas plus.
Elle explosa.
Il n’y avait pas d’autre mot pour ça.
Son univers tout entier parut s’embraser, son corps frissonnant cramponné à Jake qui continuait à s’enfoncer au plus profond d’elle. Elle eut l’impression de se dissoudre en un million de fragments de plaisir et il la suivit immédiatement avec une série de « je t’aime ! » criés d’une voix forte.
Puis, aussi vite qu’ils s’étaient dispersés dans l’orgasme, tous les fragments de son être se reformèrent.
C’étaient ses bras, si férocement agrippés à Jake. C’étaient ses talons, serrés contre son délicieux postérieur. C’étaient ses lèvres, déposant des baisers brûlants au creux de son cou.
Lorsqu’il baissa la tête vers elle, elle dut monopoliser toutes ses forces pour résister à la chaleur de son regard.
Je t’aime, répéta-t-il.
Et, plutôt que de répondre, elle ravala ses larmes.

Laisse-lui du temps, se dit Jake en voyant Shell se fermer de nouveau face à sa déclaration d’amour. Donne-lui simplement le temps de voir que tu ne vas pas la rejeter et l’abandonner comme tu l’as fait il y a quatre ans. Alors elle changera d’avis. Alors elle verra…
En tout cas, il l’espérait. Pour être sincère, il commençait à avoir des doutes, lesquels menaçaient de le briser. Des larmes de frustration lui brûlaient le gosier et… franchement, il n’était pas prêt à devenir l’un de ces mecs qui s’effondraient en pleurant après l’orgasme.
Il faut que…
— … tu t’occupes de la capote, termina-t-elle.
Au moment où il se retira d’elle, il eut l’impression d’abandonner son âme. Une fois le préservatif jeté dans la poubelle de la salle de bains, il lança un coup d’œil à son reflet dans le miroir.
Elle va changer d’avis, se rassura-t-il. Après tout, elle vient de te faire l’amour.
Il était persuadé qu’elle n’aurait pas fait ça sans ressentir au moins quelque chose pour lui. Le sexe pour le sexe n’était pas le genre de Shell.
Rassuré par le retour d’une bonne partie de sa confiance, il ressortit de la salle de bains pour découvrir Shell à genoux sur le lit avec l’étui métallisé du deuxième préservatif entre ses doigts et un demi-sourire langoureux sur les lèvres.
Ouais, elle va clairement changer d’avis.
En fait, c’était déjà le cas. Même si elle ne s’en était sans doute pas encore rendu compte.


L’expression de Boss trahissait son hésitation. De quoi mettre Jake encore plus en rogne.
Écoute, mec, grinça-t-il, c’est pas parce qu’elle m’a brisé le cœur et m’a caché l’existence de mon fils que je vais laisser quoi que ce soit lui arriver. Elle reste la mère de mon enfant, après tout.
La mère de son enfant. Encore un autre concept auquel il allait devoir s’habituer…
Il ressentit soudain l’envie de cogner dans quelque chose. Fort. Malheureusement, le mur ne paraissait pas assez solide pour encaisser de manière satisfaisante.
Boss dévisagea Jake, les yeux plissés. Puis le colosse fit quelque chose de totalement inattendu : il saisit Jake par l’épaule et l’attira contre lui dans une étreinte digne d’un ours.
Q… Qu’est-ce que tu fous ? bredouilla Jake.
Il fit mine de se dégager, mais autant essayer de déplacer une montagne.
Je suis désolé, chuchota Boss à son oreille. Je suis tellement désolé que ça se soit passé comme ça. Si j’avais su…
Il laissa sa phrase en suspens. À ce moment, la colère et la frustration qui avaient empêché Jake de s’effondrer en une flaque de larmes et de morve s’évanouirent comme une colonne de fumée dissipée par le vent.
Oh, putain de merde !
Le premier gros sanglot lui secoua la poitrine et il enserra le dos de Boss avec assez de force pour lui couper le souffle.
Comment a-t-elle pu faire ça ? s’étrangla-t-il, des larmes brûlantes plein les yeux et la gorge. Comment a-t-elle pu me faire ça ?
Boss lui tapota gentiment le dos de sa grosse paluche.
Je sais pas, vieux. C’est pour ça qu’il faut que tu lui parles. C’est de ça qu’il faut que tu lui parles.
Lui parler ? Je n’arrive même pas à la regarder, avoua Jake.
Il se recula pour s’essuyer le nez.
Comment le pourrais-je après ce qu’elle a fait ?
En te rappelant que c’est Shell, répondit Boss sans se laisser arrêter par les grosses larmes qui coulaient sur les joues de Jake. Elle est peut-être tombée du piédestal super perché sur lequel tu l’avais mise, mais elle n’est pas non plus la harpie sans cœur que tu imagines à présent.
Et c’était bien là tout le problème, non ? Parce qu’il savait bien qu’elle n’était pas une harpie.
Il connaissait Shell. Elle n’avait pas une once de méchanceté ou de rancune en elle.
Ce qui voulait dire qu’elle avait pris sa décision quatre ans plus tôt, parce qu’elle considérait effectivement qu’elle faisait pour le mieux, comme l’avait dit Boss. Ce qui, par conséquent, signifiait qu’elle l’estimait incapable ou réticent à prendre ses responsabilités vis-à-vis d’elle et de leur enfant à naître. Une idée qui l’obligeait à admettre la possibilité qu’elle ait eu raison. Peut-être se serait-il montré incapable ou réticent à assumer ses responsabilités.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires