menu 2

gfMes dernières chroniques

vendredi 10 avril 2015

Les Larmes Rouges, Tome 1 : Réminiscences - Georgia Caldera





« Le temps n’est rien…
Il est des histoires qui traversent les siècles… »




Après une tentative désespérée pour en finir avec la vie, Cornélia, 19 ans, plus fragile que jamais, est assaillie de visions et de cauchemars de plus en plus prenants et angoissants.
Elle se retrouve alors plongée dans un univers sombre et déroutant, où le songe se confond à s’y méprendre avec la réalité.
Peu à peu, elle perd pied…
Mais, la raison l’a-t-elle vraiment quittée ? Ces phénomènes étranges ne pourraient-ils pas avoir un lien quelconque avec l’arrivée de ce mystérieux personnage dans sa vie ? Cet homme qui, pourtant, prétend l’avoir sauvée, mais dont le comportement est si singulier qu’il en devient suspect… Et pourquoi diable ce regard, à l’éclat sans pareil, la terrorise-t-il autant qu’il la subjugue ?! 

 
Lecture finie

Alors je vais faire une chronique très courte.



Pourquoi ?



J'avais adoré dentelle et nécromancie qui avait été un très très gros coup de cœur. J'avais découvert une auteure, un univers dont je suis devenue fan et c'était avec impatience que j'attendais de lire d'autres livre de Georgia Caldera. D'autant que les critiques sur les Larmes sont dans la majorité très bonnes.

Mais je dois dire que je suis passée à côté de ce livre récompensé par le prix Merlin.



Est-ce moi ?

Je ne sais pas.
 

En tout cas, je ne peux pas déconseiller cette auteure de talent.

Disons que les ressors de l'intrigue ne m'ont pas tenté. J'ai trouvé ça long. Dans tous les cas, je n'ai pas été happé par l'intrigue, ni par la romance.



Donc je suis déçue mais en même temps, je lirai sa romance contemporaine Hors de portée pour me faire un réel avis.

Bref
Une surprenante déception.




Henri? chuchota-t-elle dans un sanglot. Je t'en prie, dis-moi quelque chose...
Un silence funeste lui répondit.
-Henri! Non! gémit-elle en le secouant. Tu ne peux pas être mort...
-Ne sois pas bête...articula-t-il avec peine, gardant les paupières closes. Je suis mort depuis longtemps, tu le sais bien..

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires