menu 2

gfMes dernières chroniques

mardi 30 juin 2015

Damnés, Tome 1 : Damnés - Lauren Kate


-Je viendrai toujours te rejoindre.
Et je ne te laisserai pas partir avant que tu le comprennes. 
-Alors je refuse de comprendre.








Lorsque Luce entre à Sword & Cross, un lycée d’éducation surveillée, elle est d'emblée attirée par le ténébreux Daniel. Dans cet endroit sinistre où les portables sont interdits, où les élèves ont un passé lourd et où des caméras surveillent les moindres faits et gestes de chacun, Daniel devient une obsession. Mais le jeune homme évite Luce, qui est aussi courtisée par Cam, un beau brun aux yeux verts.



Malgré sa fascination pour Daniel, Luce n’arrive pas à résister à Cam. Ce dilemme perturbe la jeune fille, déjà déstabilisée par la présence incessante d’ombres, qui la poursuivent et l’inquiètent depuis l’enfance. Tout est conçu pour que l'ordre règne à Sword & Cross, pourtant, ce lieu deviendra le théâtre de drames troubles et mystérieux... 

 


 



Avant qu'elle ait pu reprendre son souffle, il revint sur ses pas.
-Une dernière chose, souffla-t-il en glissant un bras sur ses épaules.
Elle inclina la tête en arrière tandis qu'il se penchait en avant. Sa bouche se posa sur la sienne. Il avait les lèvres aussi douces qu'elle en avaient l'air.
Ce ne fut pas un baiser profond, juste une petite bise, mais Luce réagit très fort, sous le choc, l'excitation, le risque d'être vu pendant ce baiser si long et innatendue...
Elle en eut tout simplement le souffle coupé.
-Qu'est-ce que...?
Sa tête partit sur le côté, puis il se plia en deux en se tenant la machoire. Derrière lui, Daniel se massait le poing.
-Bas les pattes!
-J'ai pas entendu, grommela Cam en se redressant lentement.
Seigneur! ils étaient en train de se battre, dans la bibliothèque! Pour elle...
Soudain, Cam se précipita vers Luce et l'enlaça. Elle poussa un cri. Daniel fut cependant plus rapide. Il écarta brutalement Cam et le projeta contre la table informatique.
Cam gémit lorsque Daniel l'attrappa par les cheveux pour lui clouer la tête sur la table. 

           


 
Il fixa l'océan.
- Je... J'en ai tellement marre, de tout ça, avoua-t-il épuisé.
- De quoi?
Il l'observa d'un air triste, comme s'il avait perdu un bien précieux. C'était le Daniel qu'elle connaissait, même si elle ignorait où et quand elle l'avait rencontré. C'était le Daniel qu'elle... aimait.
- Montre-moi, murmura-t-elle.
Il secoua la tête, mais ses lèvres étaient à quelques centimètres des siennes. Et son regard était si attirant... On aurait dit qu'il voulait que ce soit elle qui lui donne l'exemple.
Impressionnée, elle se hissa sur la pointe des pieds et se pencha vers lui. Quand elle posa une main sur sa joue, il tiqua, mais resta immobile. Tout doucement, comme si elle redoutait de l'effrayer, presque pétrifiée, elle posa sa bouche sur la sienne, les yeux fermés.
Leurs lèvres se touchaient à peine, mais jamais Luce ne s'était embrasée à ce point. Elle en voulait davantage. Elle voulait Daniel tout entier. C'était trop demander qu'il ressente la même chose, qu'il la prenne dans ses bras ainsi qu'il l'avait fait tant de fois dans ses rêves, qu'il lui rende son baiser avec ardeur...
Or il le fit.
Il l'enlaça. Le souffle court, elle sentit leurs corps se fondre l'un dans l'autre, jambe contre jambe, hanche contre hanche. Daniel l'immobilisa contre la rambarde, sans interrompre une seule fois le contact de leurs lèvres. C'était son rêve…
Enfin, il se mit à la couvrir de baisers. Légèrement, d’abord avec de petits claquements subtils et irrésistibles, puis plus tendrement, sur la joue en glissant jusqu'au cou. Elle gémit et rejeta la tête en arrière. En le sentant tirer un peu ses cheveux, elle rouvrit les yeux et aperçut les premières étoiles dans le ciel nocturne. Jamais elle ne s'était sentie aussi proche du paradis.
Daniel l'embrassa de nouveau, avec intensité. Il dévora sa lèvre inférieure avant d'insinuer le bout de la langue dans sa bouche. Elle s'ouvrit à lui, avide. Elle ne redoutait plus de lui montrer son désir, de répondre à ses baisers avec ferveur.
L’air salé lui donnait la chair de poule et, au fond de son cœur. Elle se sentait délicieusement envoûtée.
En cet instant, elle aurait pu mourir pour lui.
Daniel s'écarta et l'observa comme s'il s'attendait à ce qu’elle lui dise quelque chose. Elle lui sourit et déposa un petit baiser sur ses lèvres. Il n'y avait pas de mots, pas de meilleur moyen d'exprimer ce qu'elle ressentait, ce qu'elle voulait.
- Tu es encore là, murmura-t-il.
- Personne n'a réussi à m'en traîner de force, fit-elle en riant.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires