menu 2

Mes dernières chroniques

samedi 26 décembre 2020

Le Carnet rouge, Tome 1 : Renaissance de Meredith Wild




Tristan Red est un tueur à gages…
Certaines personnes mesurent leur vie en heures. En jours. En semaines. Je mesure la mienne en contrats. Une opération militaire secrète qui a mal tourné m’a volé ma mémoire et tout ce qui me rattachait à mon passé. Et voilà mon existence aujourd’hui. Je tue pour survivre. Rien de plus, rien de moins. J’allais ajouter le nom d’Isabel Foster à mon carnet des âmes infortunées quand elle a prononcé l’unique mot capable d’arrêter la balle que je lui destinais. Mon nom.
Elle connaît mon visage. Elle sait qui je suis. Elle est la clé de la porte des souvenirs que je ne suis pas certain de vouloir ouvrir. Plus rien n’est simple. J’ai toujours un boulot à faire, et mon âme ne vaut pas la peine d’être sauvée. Je ne suis pas celui qu’elle croit. Je suis incapable de l’aimer. L’épargner a fait de nous deux des cibles.





Auteure américaine, elle est connue en France grâce à la série Hacker
Le premier roman de sa série " Hacker " a été un best-seller immédiat, classé dans les listes du New York Times et de USAToday.
Elle fait aujourd'hui partie des auteurs de fiction les plus populaires aux États-Unis. Elle vit dans le New Hampshire avec son mari et ses enfants.
Twitter : https://twitter.com/wildmeredith
Site de l'auteur : http://www.meredithwild.com/


Une belle découverte

J'étais passée un peu à côté de ce livre même si je suis la plupart du temps à l'affût des sorties mais celle-ci m'était passée sous le nez... Ne faites pas lamême erreur que moi ?

Heureusement une copine qui me connaît bien me l'a conseillé et franchement : MERCI !

C'est un romantic suspense comme je les aime.
Tristan est un tueur à gage. Sa dernière mission est d 'éliminer une femme. Pourtant, très vite il se rend compte qu'elle est reliée à son passé.

Oui car le nœud de ce livre tient dans l'amnésie du héros. Il ignore son passé et il vit depuis 3 ans sans but précis sinon celui d'éliminer des individus qu'une mystérieuse organisation lui demande.
Cela lui convient, jusqu 'au moment où son chemin croise celui d'Isabel. Entre les deux, il y a un passé oublié qui est pourtant leur histoire d'amour.

C'est vraiment bien fichu. J'ai adoré la romance, elle propose tout ce que j'aime. Tristan est un tueur froid qui renaît au contact de cette femme qui au fil des pages devient son monde.
J'ai été happé parle rythme de cette belle histoire d'amour.

L'intrigue est haletante mais j'avoue que le rythme n'est pas toujours égal et l'ensemble comporte des maladresses.

Ça c'est pour les p'tits couacs mais l'ensemble est vraiment réussi et je le conseille à tous les adeptes de romantic suspense et même autres !

PS : il s'agit d'une trilogie intégralement édité. Je compte très bientôt enchaîné sur le tome 2.


— Tu veux bien me parler, s’il te plaît ? je le supplie.
Il secoue doucement la tête.
— Tu as fait ce qui te semblait juste. J’ai fait de même, finit-il par me dire.
— Mais tu m’en veux.
Il pince les lèvres.
— Il y a certaines choses dont je dois m’occuper, Isabel. Tu vas devoir te débrouiller seule un moment. Je pense que tu devrais quitter La Nouvelle-Orléans. Je n’ai pas confiance en cette Martine pour te garder en sécurité ici. Plus maintenant.
— De quoi dois-tu t’occuper ?
Il esquive ma question dans un silence encore plus pesant. J’aimerais pouvoir lire dans ses pensées.
— Ils veulent me reprendre, dit-il.
L’air quitte mes poumons. Mes membres deviennent glacés.
— Jay ?
— J’ai accepté de revenir s’ils me donnaient des renseignements sur Boswell. C’est comme ça que j’ai su pour Kolt.
— Mais tu ne peux pas y retourner ! Tu as dit que tu arrêtais !
— Qu’est-ce que ça peut bien faire ? me lance-t-il avec un regard froid. Soyons réalistes. Tu ne peux pas être avec quelqu’un comme moi.
— Ce n’est pas vrai.
— Tu l’as dit toi-même. Tu veux retrouver une vie normale. Bientôt, tu le pourras. Fais juste profil bas pendant quelques semaines encore. Je m’assurerai qu’il n’y ait plus de tensions, et Lucia trouvera une solution pour te ramener à la vie. Erreur d’identification ou un truc dans le genre.
Ma mâchoire se décroche. Je n’arrive pas à croire ce qu’il est en train de me dire.
— Pourquoi tu fais ça ?
— Parce que tu ne peux pas devenir quelqu’un d’autre, pas plus que je ne le peux, moi.
Il ferme les yeux un long moment, expirant par le nez.
— Ce que tu as fait aujourd’hui était courageux. Stupide, mais courageux. Martine avait raison sur une chose : je t’ai sous-estimée. Mais tu as déjà vu assez de massacres pour toute une vie. Et tu as bien plus à offrir à ce monde que servir de punching-ball et d’appât pour coincer Boswell. Tu as fait ce que tu avais à faire pour en finir. Maintenant, c’est terminé et tu peux rentrer chez toi.
— Je ne veux pas de mon ancienne vie si je ne peux pas être avec toi.
De nouvelles larmes roulent le long de mes joues.
Il les voit et détourne le regard.
— Je dois y retourner. C’est non négociable. Si je m’échappe, ils te traqueront et nous reviendrons à la case départ.
Je n’arrive pas à le croire. Il a vendu sa liberté. Pour la mienne…
— Où vas-tu aller ?
— New York. Je surveillerai tout de là-bas.
— Tu peux m’emmener.
Il secoue la tête.
— C’est trop dangereux.
— Et c’est moins dangereux de me laisser ici ?
Il hésite.
— Martine a des contacts. Elle peut te cacher quelque part jusqu’à ce que la voie soit libre.
Son indifférence à l’idée de m’abandonner accentue ma détresse.
— Tristan, non. Je n’aurais pas dû partir de DC. C’était une erreur, et peut-être que ce plan avec Boswell l’était aussi. Mais ce que tu es en train de dire est insensé. Tu fais n’importe quoi.
Je parle à toute vitesse, à deux doigts d’exploser avec toutes ces pensées qui fusent.
— Isabel… Tu n’as pas besoin de t’excuser. Tu dois juste accepter de regarder la situation en face. Nous le devons tous les deux.
Je suis tentée de le supplier, mais je sais que ça ne le fera pas changer d’avis. Il a pris sa décision. Il l’a même prise depuis des jours, depuis que j’ai perçu un changement dans son comportement.
Alors je décide de riposter de manière déloyale parce que c’est ce qu’il ferait lui.
— Si tu retournes avec Jay, dans ce cas peut-être que moi aussi. Je sais où la trouver.
Il me fixe de son regard froid et argenté.
— Ne t’avise pas de t’approcher de cet endroit, putain. Tu m’entends ?
— Dans ce cas, emmène-moi.
Il serre les dents.
— Bon sang, Isabel. Je ne peux pas faire ça.
— Pourquoi pas ?
— Parce que je n’arrive pas à me contenir avec toi. Et ce n’est bon pour aucun de nous deux.
— Moi je ne vois pas où est le problème.
— Putain, Isabel, tu penses vraiment pouvoir mener cette vie ? Tu penses pouvoir aimer un meurtrier ? Quelqu’un dont le boulot est d’assassiner des gens ?
Il fait de grands gestes des mains, comme si la simple idée que je puisse l’envisager le dégoûtait.
— C’est déjà le cas.
Il s’agrippe fermement au volant.
— Tu n’appartiens pas à cette vie, prononce-t-il doucement.
— Je t’appartiens à toi, Tristan. On trouvera une solution pour le reste. Je te le promets.
La frustration et le désespoir se propagent dans mes veines : il ne cède devant aucune de mes suppliques.
— Dis-moi que tu ne m’aimes pas, je le défie.
Même s’il n’arrive pas à me dire qu’il m’aime… même si ce sentiment est étranger et nouveau pour lui… Je sais qu’il m’aime.
Il regarde par la vitre, la mâchoire crispée.
— Tu sais que je ne peux pas faire ça, Isabel.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires