menu 2

gfMes dernières chroniques

vendredi 17 avril 2015

Morgan Kingsley, tome 1: Démon intérieur - Jenna Black

 


 
Adam laissa Dominic plié sur la table, le cul nu exposé aux yeux de tous, pendant qu'il choisissait un battoir parmi la grande variété exposée.










L'exorcisme n'est pas un job, c'est une vocation... une malédiction. Demandez à Morgan Kingsley qui est plus puissante que la plupart des démons. Enfin c'est ce qu'elle croyait, jusqu'à ce qu'elle se retrouve elle-même possédée, le comble pour une exorciste ! Mais pas par un simple démon. Celui-là est beau à mourir et de fait il pourrait bien entraîner la mort de son hôte. Car dans un monde où certains humains haïssent les démons et où d'autres les idolâtrent, celui de Morgan mène une guerre de succession sur le plan démoniaque. Être possédée par un superbe démon rebelle quand on veut vivre une vie à peu près normale et qu'on sort avec le petit ami parfait, cela entraîne certaines complications.



Il s'agit d'un énième livre écrit à la première personne. Sans doute dans le
soucis de nous faire nous sentir proche de l'héroïne.
Raté
Le livre m'a plus autant qu'il m'a déplu.
J'ai apprécié la présence d'un couple gay. La relation entre les deux hommes est bien construite et les personnages bien dépeints. Par contre, j'ai eu du mal à accrocher avec la personnalité de Morgan et sa relation avec Adam (qui est tombé dans le chaudron magique du SM quand il était petit)...
Je n'y ai pas cru. 
 Ce sont des mondes diamétralement différents et le pont qui les reliait m'a semblé complètement bancal.
L' univers n'est pas inintéressant mais pas addictif. 
A vous de vous faire votre avis.
La première scène montre l'aspect sadique d'Adam...Bof .






Adam laissa Dominic plié sur la table, le cul nu exposé aux yeux de tous,
pendant qu'il choisissait un battoir parmi la grande variété exposée. Il en fit claquer un premier sur la paume de sa main. Le bruit, beaucoup plus puissant que ce à quoi je m'étais attendue, me fit sursauter. Adam fronça les sourcils et reposa le battoir pour en choisir un autre. Il en essaya plusieurs, sa main plus rouge chaque fois qu'il la frappait. Se punissait-il? ou bien se contentait-il vraiment de les tester? Je n'en savais rien.
Son choix fait, il revint vers la table et passa sa main rougie sur le postérieur de Dominic d'un geste qui était incontestablement tendre.
- Tu es prêt? demanda-t-il?
- Ouais.
Les mains de Dominic se serrèrent en poings. Une boule de la même taille que ses poings se forma dans ma gorge et je me recroquevillai autant que possible dans le coin, grimaçant à l'avance.







Épilogue

Andrew survécut à sa blessure par balle. Les médecins étaient surpris qu'il s'en soit sorti. Malheureusement, son esprit, lui, ne s'en est sortit pas. Son cerveau avait probablement subi des dommages quand son cœur s'était arrêté de battre. Ou bien c'était la perte de Raphaël... on ne peut faire la différence, ou du moins les humains ne savent pas encore la faire. Quand il reprit conscience après l'opération, son regard était complétement vide. Ma famille est dévastée. Je sais que mon père et ma mère me regardent en pensant que j'aurais dû prendre cette balle. Dur, mais vrai. Si seulement ils savaient...

Je demandai à Lugh s'il savait pourquoi certains hôte comme Dominic s'en sortaient sans dommages et d'autres, comme Andrew. Il ne me répondit pas, ce qui je suppose veut dire qu'il sait mais ne me le dira pas. Les démons aiment les secrets. A mon avis, Raphaël s'est enfui sans se soucier de ce qui pouvait arriver à Andrew, ce qui l'a brisé. Mais je me trompe peut-être. Si Raphaël revient dans la Plaine des mortels et que je le rencontre, cela ne sera pas joli-joli. J'ai pas mal de comptes à régler.

Je rends visite à Andrew au moins une fois par semaine en m'arrangeant pour éviter tout autre membre de ma famille. Le peu d'hôtes qui se sont sortis de la catatonie disent qu'ils ont tout le temps été conscients même s'ils ne pouvaient contrôler leur corps, alors je lui parle et je lui fais la lecture. N'importe quoi pour le divertir, pour éviter que son cerveau s'atrophie, en supposant que son esprit est toujours là. Et le lui dis que je l'aime... quelque chose que je n'ai pas fait depuis des lustres.

Le carnage à la ferme de Jérémy Wyatt n'a été découvert que plusieurs jours plus tard, après qu'une pluie torrentielle eut lavé toutes les preuves. Parce qu'une majorité des victimes étaient membres de Colère de Dieu et en raison de la nature des blessures de ceux qui n'avaient pas été exécutés, la police a cru qu'ils avaient été assassinés par des démons voulant se venger. Pas loin de la vérité, finalement. Adam m'a assuré que personne ne suspecterait jamais Andrew d'être l'un des tueurs. Il faut admettre que je vois où il veut en venir.

Ce qui m'amène à Brian. Les drogues injectées par les partisans de Wyatt lui ont laissé un souvenir très flou de sa captivité. Il gardera à jamais les cicatrices physiques, mais son esprit semble intact. Grâce à une autre jolie histoire inventée par Adam, la police a cru qu'Andrew l'avait torturé pour me punir du différent qui nous opposait, mon frère et moi. Mes parents ont fermement refusé de croire que le démon d'Andrew ait pu faire une chose pareille.

J'aime Brian plus que jamais, mais j'ai tenu bon dans a décision de rompre avec lui pour son bien. J'ai loué un appartement dans le centre-ville sans lui donner ma nouvelle adresse. J'ai essayé de faire la même chose avec mon bureau. Il a trouvé les deux et m'envoie des lettres au moins une fois par semaine. Il nourrit l'espoir de me faire changer d'avis, de pouvoir me récupérer. Il essaie tous les moyens romantiques, les fleurs, les poèmes, les sérénades. C'est une des personnes les plus têtues que je connaisse. Mas moi aussi, je le suis.

Je ne sais pas ce qui va se passer ensuite. Pour le moment, Lugh me laisse me remettre des épreuves que j'ai traversées. Je vais bien finir par enfiler encore une fois ces chaussures d'héroïne qui ne me vont pas. Parce que les démons de Dougal sont toujours là et, tant que se sera le cas, je ne serai pas en sécurité. Ni moi ni la race humaine.

Le destin de l'humanité reposerait sur mes épaules ? L'ironie est si palpable qu'on pourrait la déguster à la petite cuillère. Lugh me dit que je suis meilleure héroïne que je le pense.

Pourvu qu'il est raison.