menu 2

gfMes dernières chroniques

lundi 3 mars 2014

Les Highlanders Tome 8 : Aux Portes du Songe de Karen Marie Moning

— Que... que se passe-t-il ?
— Je ne peux pas faire ça ! s'écria-t-il en se redressant. Ça fait trop mal !
— Aedan, c'est juste...
— Nay, lass ! l'interrompit-il vivement. Je ne peux pas, c'est tout !
Tremblant comme une feuille, il se détourna, mais pas avant que Jane ait pu plonger au fond de ses yeux agrandis par l'angoisse.
— Oh ! Tu sais..., murmura-t-elle tandis qu'il quittait la pièce en trombe.
Tu sais !





Le résumé :
"Into the dreaming" a pour héroïne Jane Sillee, une auteure de romances
comme Karen Marie Moning, qui galère depuis que son héros et son inspiration, un Highlander nommé Aedan MacKinnon,n'apparait plus dans ses rêves.
Un jour, après avoir reçu mystérieusement une tapisserie ancienne, Jane Sillee se réveille et se rend compte qu'elle se trouve en Ecosse médiévale, un pays plein de châteaux, de roi et de magie. Le bon côté de ce voyage dans le temps: elle se jette dans les bras de son Highlander perdu en rêve. La mauvaise nouvelle: Son Highlander de rêve et magique ne se souvient pas de son propre nom et ne se souvient plus d'elle, sans parler de l'amour qu'ils partageaient jadis dans ses rêves. Pour aggraver les choses, elle découvre que Aedean a été transformé en une créature intemporelle appelé Vengeance par un roi sombre et diabolique. Jane Sillee se retrouve dans une aventure où elle ne dispose que d'un mois seulement pour aider Aedean à se rappeler qui il est vraiment, à se souvenir d'elle et rallumer la passion et l'amour qu' ils ont tous deux ressenti auparavant dans leur propre lieu magique qu'elle avait créé dans ses rêves.



L' avis :
Je trouve que la romance érotique est certainement un des genres les plus compliqués à écrire. Une des raisons principales pour moi est qu'il y est difficile de sortir des clichés du genre. Et c'est pour cela que j'aie beaucoup Angela Behelle. Elle écrit de la littérature érotique mais il s'agit de la forme littéraire et elle n'oublie pas le fond. On a une vrai bonne histoire bien ficelée avec des personnages attachants comme c'est le cas de Lou.
Cet opus est vraiment un bon tome de sa série La société et il donne envie de connaître la suite de ce monde particulier.
Je vous mets un extrait.
Bonne dégustation !

L'extrait :
— Donne-moi la main, Aedan..., dit-elle. C'est tout ce que tu as besoin de faire.
— Tu ignores ce que ces mains ont fait...
— Prends ma main, Aedan.
— Fiche-moi la paix, lass ! Une femme telle que toi mérite mieux que... quelqu'un comme moi.
— Prends-moi la main, répéta-t-elle simplement. Tu peux le faire maintenant. Ou tu pourras le faire dans dix, vingt, trente ans, parce que je ne bougerai pas d'ici. J'attendrai que tu te décides à vouloir de moi. Je ne te quitterai pas. Je ne te quitterai jamais !
Son regard empli de souffrance vint se river au sien lorsqu'il demanda :
— Pourquoi ?
— Parce que je t'aime ! répondit-elle, les yeux de nouveau pleins de larmes. Je t'aime, Aedan MacKinnon ! Et je t'aimerai toujours.
— Qui es-tu ? demanda-t-il d'une voix rauque. Pourquoi te soucies-tu autant de moi ?
— Tu ne t'en souviens toujours pas, n'est-ce pas..., fit-elle d'une voix plaintive.
Aedan réfléchit intensément, explorant les zones les plus lointaines et inaccessibles de son être. Et là, tout au fond de sa poitrine, il découvrit cette part de lui où il avait édifié une brillante tour de glace. Il savait y avoir caché quelque chose, mais il eut beau s'y employer... impossible de se rappeler quoi. Désespéré, il secoua la tête.
Jane ravala sa déception en tentant de se convaincre que cela n'avait pas d'importance. Au fond, peu importait qu'il se rappelle ou non toutes leurs nuits d'amour dans le Songe. Elle pouvait vivre avec, si cela lui permettait de passer le reste de son existence sur cette île avec lui.
— Ça ne fait rien, assura-t-elle en lui souriant bravement. Peu importe que tu te souviennes ou non de moi, tant que...
Parce qu'elle se sentait soudain trop vulnérable pour achever sa phrase, elle s'interrompit brusquement.