menu 2

Mes dernières chroniques

Le Cercle des Canailles Tome 1 : Le Flambeur de Sarah MacLean




 Dix ans auparavant, le Marquis de Bourne a été chassé de la haute société, ne gardant que son titre. Désormais l'un des associés des plus fameuses tables de jeux de Londres, le froid et dur Bourne fera tout pour regagner son héritage - y compris épouser la parfaite Lady Penelope Marbury.












Résumé (Trad BdP)

Dix ans auparavant, le Marquis de Bourne a été chassé de la haute société, ne gardant que son titre. Désormais l'un des associés des plus fameuses tables de jeux de Londres, le froid et dur Bourne fera tout pour regagner son héritage - y compris épouser la parfaite Lady Penelope Marbury.

Des fiançailles rompues et des années à se faire gentiment courtiser ont laissé Penelope avec peu d'intérêt pour un mariage confortable... et le désir de quelque chose de différent. Quelle chance que son nouveau mari ait accès à toutes sortes de plaisirs inexplorés !

Bourne est peut être un prince de l'ombre dans Londres, mais il a juré de tenir Penelope éloignée de ses faiblesses - un défi bien difficile à relever lorsque la lady découvre ses propres désirs et est prête à tout pour les réaliser... même à parier son coeur.


L'avis :
Une lecture très agréable que je conseille. On est dans une trame classique
mais le style de l'auteure fait qu'on est rapidement happé par le livre.
Michael et Pénélope étaient des amis d'enfance avant que les turpitudes de la vie ne les éloigne. Plusieurs années plus tard, le marquis spolié de son héritage revient dans la vie de son amie pour le récupérer. Par quel moyen ? En l'épousant ….car la jeune femme l'a par un coup de chance/malchance intégrer à sa dot.
Les deux se retrouvent mais surtout se redécouvrent...
Le couple est vraiment bien ficelé même si je dois dire que l'optimisme inébranlable de Pénélope m'a énervé par moments. Quant à Michael «l'ange déchu » sa rédemption est très prévisible.
Je chipote mais si vous aimez le genre, je vous conseille vivement ce livre.
Bonne dégustation !


L'extrait :
— Vous n'avez rien que je désire.
Quel homme haïssable ! Elle avait elle-même. Elle avait leur mariage. Elle avait leur avenir, mais rien de tout cela n'avait de valeur pour lui.
Thomas avait dit vrai, songea-t-elle - elle avait toujours préféré Michael, le garçon qui la faisait rire, avec qui elle avait grandi et qu'elle avait pleuré lorsqu'il avait cessé de répondre à ses lettres. Celui qui avait disparu, laissant la place à un homme ténébreux tout aussi attirant à sa façon.
— Laissez-moi partir, dit-elle, soudain lasse de cette discussion vaine.
Il se pressa un peu plus contre elle et lui souffla à l'oreille :
— J'aurai ma vengeance. Plus vite vous l'admettrez, moins pénible sera notre mariage.
Elle garda le silence, s'interdit de protester.
— Vous voulez vraiment partir ? demanda-t-il d'une voix rocailleuse.
Non. Je veux que vous vouliez que je reste.
Oh, pourquoi fallait-il qu'il ait un tel pouvoir sur elle ? Elle prit une profonde inspiration.
— Oui.
Sa main quitta son cou, il recula, et aussitôt elle eut froid.
— Allez-y.
Sans hésiter, elle ouvrit la porte et s'éloigna dans le couloir, avec l'impression qu'il venait de se passer quelque chose entre eux et qu'il n'y avait pas de retour en arrière possible. Le brouhaha provenant de la salle de jeu lui parvenait, assourdi.
— Lady Bourne ?
Elle sursauta et se plaqua contre le mur tandis qu'un homme immense sortait de l'ombre et esquissait un salut.
— Je m'appelle Cross, dit-il. Tenez, voici vos gains.
Il lui tendit une bourse, et il fallut un moment à Pénélope pour comprendre de quoi il s'agissait, pour se rappeler qu'elle était venue ici en quête d'aventure et de plaisir. Le poids de la bourse la surprit. Il s'en aperçut.
— Trente-cinq livres, ce n'est pas rien, commenta-t-il en riant. Et à la roulette ! Vous avez beaucoup de chance.
— Je n'en ai pas du tout.
En tout cas, pas ce soir.
— Eh bien, peut-être est-ce en train de changer.
J'en doute.