menu 2

gfMes dernières chroniques

Riley Jenson, tome 9: Ultime vengeance - Keri Artur






Voulez-vous m'épouser, Quinn O'Connor?














Le résumé :
Après avoir tué Kye, son âme sœur, Riley est dévastée.
Au point que même Quinn, son amant vampire, ne parvient plus à la réconforter. La jeune femme n’a qu’une envie : tout plaquer. Mais quitter le Directoire n’est pas si simple. Et tandis que Riley se lance dans une nouvelle enquête, un vieil ennemi refait surface, bien déterminé à lui arracher tout ce qui donne un sens à sa vie : son amant, son frère et même son identité. Riley survivra-t-elle à cette ultime attaque ?


L'extrait :
"Je me pressai un peu contre lui et demandai :
- Tu veux que je vienne te tenir compagnie sous la douche ?
- Voilà une autre raison de déménager, dit-il, les yeux pétillants de malice.
Bon sang, j'aurais pu me noyer dans ces yeux.
- La douche est bien trop petite pour deux.
- C'est marrant quand on est serré, répliqua Liander, il faut juste faire preuve d'un peu d'imagination.
- Oh, Riley a assez d'imagination pour nous deux, crois-moi sur parole. ( Le ton de Quinn était ironique, mais le sourire qui flottait sur ses lèvres me fit fondre.) Mais ça me rend pas l'expérience plus confortable.
- Tu oublie que tu parles à un vieux vampire pépère, dis-je souriant de plus belle tandis que je sentais le désir s'épanouir en moi au contact de sa main sur ma hanche. Et tu sais comment sont les personnes âgées, elles ont besoin de leur petit confort.
Quinn me regarda en plissant les paupières, l'amour et la tendresse brillant dans ses yeux.
- Alors comme ça, je suis un vieux vampire pépère?
Il bougea si rapidement que ses contours devinrent flous, et avant que j'aie pu réagir il m'avait jetée sur son épaule. Heureusement pour moi, il avait pivoté de façon que ma tête ne heurte pas la porte du réfrigérateur Et avec mon nez au milieu de son dos, de sorte que chaque inspiration était emplie de son odeur, une partie de la tristesse qui avait teinté cette matinée s'évanouit.
J'avais ça.
Je l'avais lui.
La vie n'était pas si moche.
- Je pense, commença-t-il sur le ton lourd de menaces, que ce louveteau mérite un bonne leçon sur la politesse due aux aînés."