menu 2

gfMes dernières chroniques

samedi 26 avril 2014

Décroche-moi la lune - Sarah Dessen




 Emaline a le petit ami idéal. Luke est beau, gentil et drôle, et, comme elle, il a grandi à Colby, une petite ville balnéaire. Soudain, pendant l’été qui précède son entrée à l’université, Emaline se demande si cet idéal est bien le sien, surtout lorsque Théo fait son entrée.










Le résumé :
Emaline a le petit ami idéal. Luke est beau, gentil et drôle, et, comme elle, il a
grandi à Colby, une petite ville balnéaire. Soudain, pendant l’été qui précède son entrée à l’université, Emaline se demande si cet idéal est bien le sien, surtout lorsque Théo fait son entrée. Ambitieux, sophistiqué, cool, New Yorkais, il est assistant pour un documentaire sur une célébrité locale. Son arrivée chamboule le coeur d'Emaline qui se met à douter de ses sentiments pour Luke... Le père de la jeune fille, souvent absent et indifférent à sa vie, se met pourtant à lui conseiller de partir étudier dans une université réputée mais éloignée. Devant toutes ces promesses d'avenir, Emaline ne sait que faire, entre son attirance pour cette nouvelle vie et les racines qui la retiennent auprès de sa famille aimante et de Luke. Saura-t-elle s’y arracher, et surtout, comment obtenir un équilibre entre là d’où elle vient et là où elle va ?

L'extrait :
Plus tard, en marchant dans Wall Street, je me rappelle ma matinée. Levée à sept heures, j’ai avalé une barre de céréales et revêtu mes vêtements sport. Après avoir élaboré à l’aide de mon iPad un trajet intéressant à proximité de mon hôtel, et avoir envoyé un bref courriel à Tristan pour lui souhaiter une belle journée, je suis allée courir. Pendant quarante minutes, je me suis concentrée sur ma respiration, le rythme de mes pas et la musique de Swedish House Mafia. Jogger le long du fleuve Hudson s’est révélé magique ! C’est là que j’ai remarqué le voilier. Après avoir couru mes six kilomètres, je suis retournée à l’hôtel pour me doucher. Ensuite, je me suis badigeonnée de crème solaire de la tête aux pieds et j’ai enfilé une jolie robe blanche à fleurs rouges.

J’ai ensuite passé la matinée à explorer le Financial District. J’ai rapidement repéré le Starbucks à cinq minutes de mon hôtel et avalé un grand café corsé. En déambulant dans les rues, j’ai découvert que le secteur était plutôt calme le dimanche. J’ai donc pris le temps, mon café en main, d’admirer l’architecture, de jeter un coup d’œil aux vitrines, de découvrir d’autres hôtels et de me promener sur le quai pour admirer le fleuve. Un sentiment de paix m’a alors immédiatement submergée. En observant le soleil se refléter sur la surface de l’eau, je caressais mon collier du bout des doigts et prenais de grandes inspirations. Pour la première fois depuis mon opération, je vivais pleinement le moment présent.