menu 2

gfMes dernières chroniques

dimanche 15 mars 2015

Ten Tiny Breaths, tome 1: Respire de K.A. Tucker




 


Je ne te déteste pas, Kacey. Je ne pourrai jamais te détester. Confie-moi ton cœur, Kacey. Je prendrai tout ce qui vient avec.










 La vie de Kacey Cleary a été anéantie quatre ans plus tôt après un accident de voiture. Désormais, elle travaille dur pour laisser tous les morceaux de son passé derrière elle - tout sauf sa petite soeur, Livie. Elle supporte la désapprobation de sa tante, elle supporte son oncle qui a flambé au jeu leur héritage et l'argent de leurs études. Elle a juste besoin de garder la tête haute jusqu'à ce que Livie devienne majeure, et elles pourront rapidement se sauver de Grand Rapids, dans le Michigan.

Mais quand l'oncle Raymond se glisse dans le lit de Livie une nuit, Kacey décide qu'il est temps de fuir. Armée de deux tickets de bus et le rêve de vivre près de la côte, Kacey et Livie commence une nouvelle vie dans un appartement de Miami entre un propriétaire grincheux, un pervers à l'étage du dessus, et une voisine dont le nom de scène va parfaitement avec sa "profession". Mais Kacey n'est pas inquiète. Elle peut leur faire face. Celui à qui elle ne peut faire face, en revanche, c'est Trent Emerson, de l'appartement 1D.

Kacey ne veut rien ressentir. C'est plus simple ainsi. Pour tout le monde. Mais le sexy Trent trouve le moyen de s'immiscer dans son cœur, lui rendant la faculté d'aimer à nouveau. Elle commence à croire que, peut-être, elle pourrait laisser le passé derrière elle et recommencer du début. Peut-être qu'il n'est pas trop tard.




(Trad BdP - Merci à elles)




 Cliquez sur la couverture pour lire les autres chroniques de la série.


Je viens de finir ce livre qui m'a vraiment énormément touché.
Un livre vraiment à part qui n'a pas volé son succès.






Les points forts


L'écriture. C'est beau. Trois mots simples mais qui traduisent vraiment le style de cette auteure qui avec sa plume élégante et pudique arrive à nous faire plonger dans une multitude de sentiments profonds. Il s'agit du premier livre de cette auteure traduit en français mais d'ores et déjà je sais que je suis conquise. J'aurai plaisir à la lire de nouveau. J'ai vraiment été « submergé », plongé dans ma lecture grâce à son talent d'écriture.


Les personnages. Magnifiques ! Je fais encore plus court avec un seul mot. Kacey, Trent...mais aussi Storm, Livie et les autres...Je les ai aimé. Bien sûre, Trent et kacey sont les personnages principaux mais les autres sont loin d'être bâclé. Quant à Kacey, elle m'a beaucoup fait pensé à la Joss de Samantha Young. Tout aussi réussi en étant jamais larmoyant. Loin d'aller dans le syndrome Cosette (dont je parle souvent quand je suis énervée en trouvant une héroïne affligée tous les malheurs inimaginables), on a une vraie leçon de courage et plus que tout un hommage à la vie même quand celle-ci peut-être si cruelle.
Trent. C'est difficile de parler de ce personnage mystérieux sans trop en dévoiler de l'histoire. Je dirais qu'il est par de  nombreux aspects très atypiques. Peut-être trop d'ailleurs. Certains traits de sa personnalité l'ont d'ailleurs décrédibilisé. Cependant K.A. Tucker a su lui donner une force, une « aura » vraiment très prenante.


La romance. Dire qu'elle est complexe serait l'euphémisme du siècle. C'est ce que j'ai apprécié. L'originalité. Malgré des ressors au niveau de l'histoire bancals, j'ai été happé par leur passion. Elle est compliquée et même malsaine par moments mais elle est aussi inaltérable et très très belle au final.


http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/
Les points faibles


Je ne peux pas détailler cette partie sans dévoiler l'histoire. Disons que certains éléments, choix m'ont déplu. Je dirai seulement que le « secret » est un peu trop tordu pour moi. Je n'y ai pas cru. C'est comme si arrivé à la fin de ton histoire où tu t'attends à lire « Ils sont heureux comme jamais... » arrive un MAIS il y a toujours un MAIS...mais celui là je l'ai trouvé trop MALSAIN. Ça m'a fait prendre beaucoup de distance avec ma lecture, les personnages, l'histoire. J'ai trouvé ça violent pour mon petit cœur de guimauve.


Bref


Hormis ce revirement ou plutôt ce dernier virage dans l'histoire auquel je n'ai pas adhéré ( qui m’empêchera d'en faire un livre coup de cœur), j'ai vraiment adoré et je conseille très fortement cette nouvelle plume...
Une découverte à ne pas louper !


 








Respirer.
– Dix petites inspirations, je murmure ironiquement, tandis que je sens un sourire se dessiner sur mes lèvres.
– Pardon ?
Le Docteur Stayner se penche en avant, remettant ses lunettes sur son nez avec son index.
Je secoue la tête.
– Non, rien. C’est quelque chose que me disait ma mère : Prends dix petites inspirations.


– Quand disait-elle ça ?
– Quand j’étais triste, énervée ou angoissée.
Le Docteur Stayner se frotte le menton.
– Je vois. Et est-ce qu’elle disait autre chose ? Tu te souviens ?
Je ricane. Bien sûr que je me souviens. C’est ancré profondément dans ma tête.
– Elle disait « Respire, Kacey. Dix petites inspirations. Saisis-les. Sens-les. Aime-les. »
Il y a un long silence, puis il dit :
– Et à ton avis, qu’est-ce qu’elle voulait dire ?
Je fronce les sourcils, irritée.
– Elle me disait de respirer.
– Hmmm…
Il fait rouler un stylo sur son bureau, comme s’il était perdu dans ses pensées.
– … Et comment dix petites inspirations pourraient-elles aider ? Pourquoi petites ? Pourquoi pas grandes ?
Je frappe mes mains sur son bureau.
– C’est ce que je me suis toujours demandé. Vous comprenez, maintenant ?
Mais il ne comprend pas. Étant donné le petit sourire en coin qui se dessine sur ses lèvres, il semble comprendre autre chose. Quelque chose que je ne saisis pas.
– Tu crois que le fait qu’elles soient petites plutôt que grandes change quelque chose ?
Je grimace. Je n’aime pas ce genre de jeu.
– À votre avis, qu’est-ce qu’elle voulait dire ?
– Et toi, à ton avis, qu’est-ce qu’elle voulait dire ?




L'extrait :
J’ai l’impression d’inspirer pour la première fois après avoir été sous l’eau pendant des années.
Malheureusement, ça s’arrête. Brutalement. Il rompt le baiser et recule, haletant, tout en baissant les yeux vers moi d’un air incrédule. Ses yeux ne quittent jamais les miens, pas même une seconde. Si c’était le cas, ils verraient que la serviette est tombée et que je suis complètement nue sous lui. Nue, corps et âme.
– C’est pas pour ça que je t’ai sortie de la douche, murmure-t-il.
Je déglutis avec difficulté, cherchant ma voix. Celle que je trouve est sèche.
– Non, mais au final tu t’en sors pas mal, non ?
Sa bouche esquisse ce sourire en coin qui me fait fondre. Mais son regard froid inspecte mon visage.
– Tu ne trouves pas ça épuisant ?
Il caresse doucement mon cou avec son pouce.
– Quoi ?
– De ne laisser personne t’approcher ?
– C’est pas le cas, je réponds rapidement, mais ma voix tremblante trahit mes mots alors que les siens me font l’effet d’une douche froide.
Comment parvient-il à voir ce que je ne souhaite pas qu’il voie, ce que j’essaie tant de cacher ? Il a trouvé un moyen de m’approcher, voilà tout. Comme un intrus. Il a envahi mon espace, déjoué toutes les alarmes et pris ce que je ne lui ai pas offert.
La flamme qu’il a fait jaillir en moi avec tant d’aisance brûle encore, cependant je ressens désormais le besoin de lutter.
– Je ne veux pas de ça. Je ne te veux pas.
Ces paroles ont un goût amer car je sais que je ne le pense pas vraiment. Je veux ça. Je te veux toi, Trent.
Trent m’embrasse fougueusement, et mon corps me trahit de nouveau en lui cédant et en révélant mon mensonge. Cette fois-ci, il garde ses mains de chaque côté de ma tête, agrippant l’oreiller comme s’il essayait de se contrôler. Pour ma part, je me rends compte que j’ai perdu tout contrôle au moment où mes mains glissent sous sa chemise pour griffer son dos et mes jambes enveloppent sa taille.
– Tu ne veux pas ça, Kacey ? grogne-t-il dans mon oreille, pressant son érection contre moi.
– Non… je murmure, alors que ma bouche trace une ligne sur son cou.
Puis je commence à rire de moi-même et de mon entêtement. Je dois avoir l’air ridicule de dire ça alors que mon corps cherche désespérément le sien. Ce petit rire est ma bouée de sauvetage. Je la saisis et me bats pour rester à la surface. Je lutte pour arracher ma bouche de son cou, et grogne à mon tour :
– Sors d’ici.
Il pose trois autres baisers légers le long de ma mâchoire, puis caresse ma joue.
– D’accord, Kacey.
Il se relève et se tient debout à côté du lit. Je prends une profonde inspiration alors que ses yeux me regardent de la tête aux pieds, l’air affamés et sombres. Ça ne dure qu’une seconde, mais c’est suffisant pour réveiller une envie dans mon bas-ventre. Il se tourne et se dirige vers la porte.
– Je vais dire à Tanner que je suis responsable des portes.
– Des portes ? Au pluriel ?
Il ne s’est toujours pas retourné.
– Ouais. Ta porte d’entrée et celle de la salle de bains. S’il doit foutre quelqu’un dehors, ça doit être moi.
Puis il s’en va.