menu 2

gfMes dernières chroniques

jeudi 25 juin 2015

Backstage, Tome 1 : Déchaîne-moi - Tracy Wolff





Jamison Matthews désire Ryder Montgomery depuis qu'elle est adolescente.





Jamison Matthews désire Ryder Montgomery depuis qu'elle est adolescente. Mais aujourd'hui, Ryder et le groupe de son frère, Shaken Dirty, connaît le succès, et elle est juste une de ces groupies fantasmant sur le chanteur du groupe. Quelle pitié que Ryder la voit encore comme une petite soeur. Non pas que cela importe. Son frère ne la laisserait jamais faire, et la dernière chose que désire Jamison est d'être une énième conquête de la rock star.

Ryder ne mérite pas le bonheur. Après que son succès ait détruit sa dernière petite amie, il a juré de ne plus jamais tomber amoureux. Alors quand Jamison, la fille qu'il était prêt d'aimer depuis des années, rejoint le groupe sur la route, il fera tout pour ne pas reconnaître l'étincelle entre eux... même après une nuit ensemble. Mais Jamison est déterminée à montrer à Ryder qu'il mérite d'être aimé - son amour à elle - et qu'elle a bien grandi et est prête à jouer.

(Traduction Forum BdP – Merci à elles !)

 Not Porn
Cliquez sur la couverture 
pour lire les autres chroniques de la série. 
                                             http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2014/11/backstage-tome-1-dechaine-moi-tracy.html http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2015/03/backstage-tome-2-enleve-moi-de-tracy.html



 
Lecture finie



Je ferai une très courte chronique. Pour faire court, je n'ai pas apprécié ma lecture. Alors je ne vais pas épiloguer. Je dirai succinctement ce qui m'a déplu.

Premièrement, je m'attendais à une lecture New Adult dans l'air du temps, un peu à la manière de S.C Stephens, Klylie Scott et autres Abbi Glines. Je les cite car elles ont pris les mêmes ingrédients que Tracy Wolff : de la romance New Adult dans le milieu du rock...

...mais pour Déchaîne-moi la sauce n'a pas pris. L'écriture est plate et « vieillotte ». Il y a peu d'action...

Je n'en dirai pas plus.

Une déception.









La question de Jamison demeura suspendue dans l’air entre eux. Il avait beau savoir qu’elle attendait sa réponse, Ryder peinait à la lui donner. Ce n’était pas qu’il ne trouvait pas ses mots. Mais plutôt – et cela pour la première fois depuis qu’il était adulte – qu’il n’avait vraiment pas envie de les prononcer. Pas envie d’assombrir encore cette sale journée.

Mais que cela lui plaise ou non, il fallait bien que les mots sortent à un moment. Jamison avait failli se faire violer pendant cette tournée, elle avait dû subir les assauts des groupies, et assister à l’overdose d’un de ses meilleurs amis. Ajoutez à cela la tourmente de Ryder, et tous les ingrédients étaient réunis pour une foirade en bonne et due forme. Jamison allait souffrir – par sa faute – même s’il ne voulait pas en arriver là. Il ne pouvait pas – il ne voulait pas – bousiller sa vie comme il avait bousillé celle de Carrie. Ou encore celle de sa propre mère.

Après avoir ordonné au vigile de ne pas le déranger, Ryder fit asseoir Jamison sur une chaise contre le mur de la chambre. Il vérifia que son ami dormait toujours paisiblement et que l’infirmière venait de passer.

Autrement dit, ils étaient tranquilles pour un moment. Le timing était parfait. Du moins, il ne pouvait pas rêver mieux. Ainsi, et bien que cela lui déchire le cœur plus qu’il ne l’aurait imaginé, Ryder entrouvrit ses lèvres et se força à prononcer les paroles qui allaient tout changer.

— Je crois que ce truc entre nous arrive en bout de course. La fête est finie, Jamison, et on va tous prendre des chemins différents désormais. C’est probablement le moment pour nous de redevenir de simples amis.

Durant de longues secondes, elle ne dit rien et se contenta de le dévisager de ses grands yeux améthyste. Il attendit qu’elle l’engueule, qu’elle le traite de salaud, qu’elle lui hurle dessus en lui reprochant de l’avoir allumée comme il allumait toutes les femmes qui avaient croisé sa route jusque-là.

Mais finalement, Jamison ne fit rien de tout cela. Rien du tout. Elle se contenta de hocher la tête comme s’il venait simplement de lui annoncer la météo. Ou comme si elle s’était attendue à ces paroles depuis le début.

Sans un mot, elle se leva et vint se planter devant lui. Avant de déposer un baiser sur sa joue.

— D’accord.

D’accord ?

C’était donc tout ? Il avait l’impression qu’il venait de s’arracher le cœur et tout ce qu’elle trouvait à dire, c’était « d’accord » ?

— Je ne veux pas te blesser, Lollipops. En fait…

Elle posa deux doigts sur ses lèvres.

— Chut… Je t’ai dit quand on a commencé que j’étais une grande fille et que je saurais me débrouiller. Tout va bien. Je vais bien. Mais je ferais sans doute mieux d’y aller. Je dois m’occuper de Jared. Et m’assurer que Victoria ou Micah lui fichent la paix, murmura-t-elle avant de rejoindre le lit où dormait Wyatt. Quand il se réveillera, dis-lui que je suis passée le voir et que je reviendrai demain.

À ces mots, elle embrassa Wyatt sur la joue.

Puis, en regagnant la porte, elle s’arrêta de nouveau devant lui pour lui déposer un dernier baiser sur sa joue.

— Bonne nuit, Ryder.

L’instant d’après, elle disparut, et il se retrouva les yeux dans le vague, à essayer de comprendre ce qui venait de se passer. Avant qu’il puisse trouver une ébauche d’explication, la voix de Wyatt, faiblarde mais empreinte d’une note autoritaire, résonna dans la chambre.

— Tu es un putain d’abruti, mec, tu sais !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires