menu 2

gfMes dernières chroniques

jeudi 22 novembre 2018

Les amants papillons de Benjamin Lacombe



 
Le jour de ses quatorze ans, Naoko, une jeune Japonaise, apprend qu'elle doit quitter son village natal pour l'immense ville de Kyoto. Son père a prévu qu'elle y complète son éducation pour devenir une 'jeune fille convenable'. Mais l'art de servir le thé, de jouer du luth ou de faire danser les éventails n'intéressent pas Naoko. Naoko aime lire et écrire de poèmes. Avec l'aide de sa servante Suzuki, elle se déguise en homme et parvient à entrer à l'université... 


 
 
Benjamin Lacombe est un artiste que j'apprécie beaucoup. J'ai la plupart de ses albums. C'est un univers singulier qui m'attire beaucoup.
Il a l'esthétique baroque des romantiques du 19ème siècle. Un côté désenchanté qui me plaît.
Benjamin Lacombre nous propose une belle histoire d'amour qui revêt la forme d'un conte, d'une légende. Généralement, les amants ne sont jamais heureux et ne finissent pas par un beau mariage.
Cette vie les empêche de réaliser leur vœu le plus chère. La mort devient presque la seule alternative « heureuse »...

Alors dit comme ça, on a pas trop envie de le lire à un jeune public. Pour ma part, je ne le conseillerai pas avant 8/9 ans. Le texte ne me semble pas accessible avant. Cependant ce récit doux amer a plusieurs niveaux de lectures. On peut éviter le côté mélancolique de la légende et voir les autres aspects. Ainsi on voyage dans le temps et l'espace. Direction la Chine d'hier avec tous ses symboles et ses codes... C'est assurément une lecture enrichissante qui m'a appris beaucoup de choses sur cette destination que j'aime tant.

C'est un album qui emprunte les codes de la poésie. Le coup de crayon apporté est très beau. Les couleurs sont très justes. Elles oscillent entre deux nuances très manichéennes. Ainsi le décor est souvent très sombre alors que le personnage féminin est très lumineux. Mais pour ceux qui connaissent les codes, ce n'est pas synonyme de vie comme nous le montre le dernier habit de notre héroïne qui meurt tout de blanc vêtu. Quand aux papillons, c'est un plaisir de voir les différents références qui parsèment le livre tout comme les lampions. Ils sont symboliques et donnent plusieurs niveaux de lectures . C'est un livre pour les plus jeunes mais assurément un livre pour les plus grands également.

Bref, je me suis régalée comme toujours grâce au travail de cet artiste de grand talent.