menu 2

gfMes dernières chroniques

samedi 24 novembre 2018

EZEL

 

 Nationalité : Turquie
Création : 2009-2011
Statut : Terminé

Créateur : Uluç Bayraktar
Genre :Romantisme, drame
Format : 2 saisons
saison : 1 (33 pisodes de 120 minutes)


Ömer Uçar (İsmail Filiz), le héros de la série, travaille dans un garage comme apprenti. Monsieur Mümtaz (Beyazıt Gülercan), le père d’Ömer, est un menuisier. Madame Meliha (İpek Bilgin), la mère d’Ömer et femme au foyer, est aveugle. Ali, dit "Kerpeten Ali", pour Ali la tenaille (Barış Falay), et Cengiz (Yiğit Özşener) sont ses amis les plus proches. Eyşan (Cansu Dere) est une fille dont il est tombé amoureux. Toutes ces personnes sont d'origine modeste et souhaitent une vie meilleure.
En 1997, Ömer rentre de son service militaire. Il envisage de se marier avec Eyşan. Mais pendant qu'Ömer passait son service militaire, certaines choses ont changé. Cengiz a commencé à travailler pour un casino. Bahar (Sedef Avcı), la sœur d’Eyşan, était malade. Elle avait besoin d’une thérapie qui coutait très cher. Le père d’Eyşan (Salih Kanyon) a mis en place un plan afin de trouver l’argent dont sa fille avait besoin. Ce plan consistait à braquer le casino dans lequel travaillait Cengiz. Pour cela, quatre personnes furent nécessaires : La première personne (Cengiz) doit fournir les renseignements concernant le casino, la deuxième personne (Kerpeten Ali) doit avoir le courage d'effectuer un crime, la troisième personne doit être un faux coupable qu'ils accuseront, en l'occurrence Ömer, et la 4e personne (Eyşan) doit se charger de toute l’organisation. Le braquage a lieu et le plan se déroule sans difficulté. Ömer est mis en prison comme prévu. Ali, Cengiz et Eyşan sont devenus riches.
Huit années plus tard. Une rébellion a lieu dans la prison où Ömer est incarcéré. Ömer, lors d'une altercation, est terriblement blessé au visage au cours de cette rébellion. Ramiz Karaeski, surnommé "l'oncle" (Tuncel Kurtiz), aide Ömer en envoyant celui-ci à l'hôpital. Dans cet hôpital, il se fera greffé un nouveau visage qui lui permettra de sortir de prison. Ömer prend le soin de changer de nom, et prend l'identité de Ezel Bayraktar. À partir de maintenant, le seul but dans la nouvelle vie d'Ezel (Kenan İmirzalıoğlu) sera de se venger de la « mort » d'Ömer.





Voilà ma quatrième série turque de fini. Je précise le nombre car je suis toute nouvelle dans le domaine. Pourtant je suis déjà complètement accroc. D'ailleurs à l'heure où je vous propose ma chronique d'Ezel, je regarde Gönül, une autre série turque et qui est un autre coup de cœur.

Car oui Ezel est un très très très gros coup de cœur. Je dois avouer qu'en voyant les 72 épisodes défilés sur la page de programme Netflix, j'ai eu très peur et c'est d'ailleurs une des raisons de ma lenteur à me lancer dans une nouvelle série.

Dans la télévision turque, la plupart des épisodes oscillent sur une durée de 2 heures avec cela un nombre conséquent d'épisodes. Je ne suis clairement pas de celles qui peuvent regarder une série aussi longtemps...

J'avais cependant envie de retourner du côté d'Istanbul puisque jusqu'à présent je n'ai eu que des coups de cœur.

Alors comme je vous le disais, Ezel rentre dans le club des séries chouchous. Il s'agit d'une relecture très très très libre du comte de Monte-Cristo d'Alexandre Dumas. Il ne reste plus grand chose du classique sinon l'éternelle histoire de l'homme trahi par les gens qu'ils aiment et qui revient incognito se venger plusieurs années après. Il a été trahie par la femme qu'il aime et par ses deux meilleurs amis. Pour ce jeune homme droit et loyal, c'est juste le monde qui s'est effondré. Cependant toute l'histoire montre comment la victime endosse les habits du bourreau pour se faire justice lui-même. D'ailleurs, il y a bien un Ezel qui naît après que le naïf Ömer soit mort en prison.

Le scénario est hautement improbable mais je dois dire qu'au lieu de lever les yeux au ciel, je me suis dit que justement c'était vraiment chouette de voir une histoire se dérouler de manière aussi romantique et passionnelle.

Car oui, si j'ai aimé Ezel c'est avant tout pour sa romance qui est plus que magnifique ! Elle est poignante. Tout tourne autour d'un amour impossible et maudit mais dont les deux héros sont incapable de s'extirper. C'est un peu le sentiment de cette tragique histoire d'amour. On les sent possédés l'un par l'autre et même s'ils s'aiment, ils se haïssent tout autant.

J'ai vraiment été touché par les comédiens. Certaines répliques sont presque cultes tant elles sont fortes et emportent cette histoire du côté de la légende.

Je ne vous parlerai pas plus que ça de l'histoire qui est une succession de rebondissements pour certains prévisibles mais pour d'autres complètements scotchant.

J'ai dévoré mes plus de 70 épisodes quand je me suis rend compte qu'il s'agissait là uniquement de la première saison et que celle-ci se finissait sur un cliffangher !!!! Alors autant vous dire que ma frustration a littéralement explosé. D'autant que la saison 2 n'apparaît pas sur le catalogue Netflix qui est d'ailleurs assez pauvre en la matière !

Bref, ce drama est un chef-d’œuvre et c'est certainement pour cela que je reste autant sur ma faim à la fin de la première saison !