menu 2

Mes dernières chroniques

Psi-Changeling, HS : Beat of Temptation - Nalini Singh



Lui saisissant la taille, il la fit asseoir sur le comptoir, ouvrant ses genoux dans le même mouvement. Quelque chose tomba sur le sol et se brisa, mais il s’en foutait.

— Tu veux baiser, on va baiser.





La jeune Tamsyn a toujours eu une place particulière dans le coeur de Nate, un puissant membre de la meute. Mais en tant que mâle léopard dominant, Nate est bien plus expérimenté et ne souhaite pas piéger Tamsyn dans les demandes intenses du lien nuptial - un lien guidé par les instincts animaux - alors qu'elle a à peine eu la chance de devenir une femme. Mais Tamsyn sait ce qu'elle veut pour Noel, et elle va tout faire pour l'avoir...





Une nouvelle parfaite.



Et ce n'est pas peu dire pour moi qui ne suis pas adepte de ce format qui souvent donne des récits bâclés et incomplets.



Ici, la nouvelle ne met pas en place les personnages et leur rencontre. Tant mieux. On rentre rapidement dans le vif de la romance et j'ai trouvé que ça enlevait beaucoup de défauts à la nouvelle (comme de rencontrer l'héroïne et de tomber amoureux d'elle au bout de la cinquième page). On évite les facilités, en axant la romance sur un moment précis de la vie de ce couple emblématique de la série dont toutes les lectrices voulaient connaître. Nalini Singh ne propose qu'un épisode mais c'est tant mieux. Le format nouvelle prend tout son sens et j'ai littéralement dévoré cette nouvelle qui se lit très rapidement.L' écriture de Nalini Singh est très inspirée.

Bref

Une très belle découverte.







— Ça ne marche pas, Nate.

Le changement rapide de sujet le déconcerta. Il posa la nourriture, prenant conscience un peu tard des poches sous ses yeux, du manque de lumière sur son visage.

— Ça passera.

— Pas en vivant si près. Elle secoua la tête. L’un de nous doit partir.

Il avait pensé à ce qu’elle soit libre d’errer, mais maintenant qu’ils en venaient à ça, il pensa qu’il ne pouvait pas la laisser partir.

— Ne prends pas de décisions impulsives. Cela s’apaisera.

— Non, ça ne le fera pas. Ne me mens pas. Elle renifla, pliant ses bras. On est en train de vivre les étapes finales de la danse nuptiale et cela va continuer à empirer, spécialement si nos bêtes sentent continuellement la présence l’une de l’autre. Je pensais que je pourrais aller à…

— Juste attends. Il prit ses mains pour continuer de la toucher. Je parlerai à quelques autres membres liés. Peut-être qu’il y a quelque chose que nous pouvons faire pour minimiser l’impact.

— Je croyais que tu voulais que j’aille explorer le monde ? Sa voix était douce, sa peau rouge de besoin. Ce n’est pas ce pourquoi tu continues de me repousser ?

— Reste.

Ce simple mot tendit son cœur.




— Le sexe ? C’est vraiment ça dont il est question ?

Il se poussa plus durement contre elle, broyant la douceur de ses cuisses contre les siennes.

Au lieu de se dégager, elle se rapprocha de lui.

— Oui ! Oui ! Oui ! C’est assez clair pour toi ?

— D’accord.

Lui saisissant la taille, il la fit asseoir sur le comptoir, ouvrant ses genoux dans le même mouvement. Quelque chose tomba sur le sol et se brisa, mais il s’en foutait.

— Tu veux baiser, on va baiser.

Une pointe d’incertitude passa sur le visage de Tammy.

— Nate…

Il ferma ses mains sur la peau nue du dessus de sa cuisse.

— Tu recules ? Tu ne me veux plus maintenant que tu es face à la réalité la réalité ?

Sa lèvre du bas trembla.

— Pas comme ça, murmura-t-elle, pourquoi es-tu si méchant ?



Son cœur de mâle protecteur ne pouvait pas supporter de la voir si émotionnellement éprouvée, mais ils devaient avoir ce face à face. Il ne pouvait pas supporter d’être repoussé de la façon dont elle l’avait fait depuis qu’elle était revenue de New York.

— J’essaye de te donner quelque chose, j’essaye de t’aimer de la seule façon dont je sais faire et tu rejettes ça parce que tu veux du sexe ?

Cela le blessait. Sa liberté était le plus beau cadeau qu’il pouvait lui laisser. Il y avait des jours où le coût que cela lui demandait, menaçait de lui faire commettre des meurtres.

— Non, Nathan, non. Elle prit son visage en coupe dans ses mains. J’ai juste besoin de toi, toi tout entier, à un point que j’en deviens folle. J’ai besoin de ton rire. J’ai besoin de ta compagnie. J’ai besoin de dormir auprès de toi et j’ai besoin de toi quand je me réveille. J’ai besoin de tout de tout mon être.

— Alors arrête de parler de sexe. Ce n’est pas toi.

Ses mains retombèrent sur ses épaules.

— Ce n’est pas moi ?

Une question simple.

— Non. Tu es chaleureuse, pratique et loyale. Tu ne te promènes pas en t’affichant comme…

Il se rattrapa avant de dire quelque chose d’impardonnable.

— Pourquoi ne finirais-je pas pour toi ? Comme une pute en chaleur. C’est ce que tu allais dire, n’est-ce pas ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Laissez vos commentaires