menu 2

gfMes dernières chroniques

jeudi 7 juin 2018

Y : le dernier homme, Tome 1 : No man's land de Brian K. Vaughan et Pia Guerra


 
Sortie : 12 janvier 2004
Éditeur : Semic
Collection : Semic Books
Nombre de pages : 128 pages
 
Y.
Les Français l'appellent « i grec ».
Grec comme la tragédie, comme le destin qui frappe à l'improviste.
Les Anglais le prononce « why ».
Pourquoi ?
Comme l'interrogation devant la mort qui surgit.
Y.
L'initiale de Yorick Brown, le dernier homme vivant sur une Terre ravagée par un mystérieux virus qui n'a laissé à sa surface que des femmes.
Y.
Le chromosome qui donne aux enfants mâles leur sexe, croix incomplète qui les distingue des femmes, désormais dirigeantes d'un monde dans lequel Yorick Brown se retrouve l'objet de toutes les convoitises et de toutes les détestations.
Y.
Croisée des chemins, fourche des destins, tournants des vies...
Carrefour où Yorick Brown et son capucin Esperluette devront choisir quelle voie suivre, vers quelle direction se diriger...


Scénariste issu de Vertigo, le label "adulte" de DC Comics, Brian K. Vaughan a suscité l'engouement à la parution des premiers épisodes de Y : the last man. Précédemment, ses récits ont été publiés dans Swamp Thing, the Hood, Batman, Doctor Octopus, Runaways ou Mystique. Empruntant aux genres prédéfinis que sont le super-héros ou l'horreur des structures classiques facilement identifiables, il donne la part belle à ses personnages, qui luttent contre des situations extrêmes et cherchent leur destinée. Ce faisant, il rédige des scènes de dialogues où sa science de la caractérisation est mise en valeur. Sur Y : the last man, sa série-phare, il a déjà prévu cinq ans d'histoire. Nouvelle venue dans la bande dessinée, Pia Guerra, après de nombreuses années à voyages en Europe (Finlande, notamment...), a développé son talent de manière autodidacte, étudié la communication graphique et le cinéma, puis travaillé dans l'illustration de jeux, avant d'entamer une longue marche vers le succès, qui a duré dix ans. Depuis qu'elle a dessiné le premier épisode de Y : the last man, Pia se réjouit des conventions de BD américaines, qui lui permettent de découvrir son public, mais aussi de rencontrer des acteurs comme Adam West

Pour moi cette série est une des meilleurs du genre. Elle m'a embarquée et m'a tenue en haleine du début jusqu'à la fin.
Yorick est le dernier homme sur Terre. Il faut pouvoir le tenir ce postulat de départ. Et bien je peux vous dire que les auteurs y arrivent haut la main et ils m'ont embarqué dans cette course poursuite où tous les codes ont été déconstruits et reconstruits pour donner une société uniquement basée sur les femmes.

Et oui Mesdames. Souvent on entend dire que les femmes sont plus douces moins belliqueuses mais je peux vous dire que dans cette série le concept est mis à mal. On a l'impression que c'est surtout une histoire de place à prendre...

Yorick est donc dans ce premier volume, le dernier homme. Tout le monde le veut pour des raisons très différentes. Lui même est ici un peu dépassé par ce qui lui tombe dessus .
Le livre va très vite. Le personnage principal est toujours en mouvement. Il avance vite tout comme l'intrigue. Toutes les questions sont posés (ou presque) et le découpage très chronométré des chapitres donne un rythme très haletant.

Alors je vous dis tout de suite que la fin du 1er livre va vous laisser sur votre faim et vous rendre complètement accroc !


Tu es là pour qui ce soir ?
Moi ? Je ne sais pas, pour tous les types à qui je n'ai pas dit adieu...
[...]
Et toi ?
Mick Jagger.
Sérieux ?
Oui. Bien sûr, ceux qui manquent vraiment, ce sont mes amis, mais ça m'a frappé aujourd'hui..
Les Rolling Stones sont morts. »






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires