menu 2

gfMes dernières chroniques

dimanche 6 octobre 2019

Prophétie d'automne de Sarah M. Carr



Ailsa, jeune femme du clan Cameron, passionnée, rebelle, (et pourtant fidèle à l’honneur des siens), se retrouve malgré elle porteuse d’une prophétie qui va bouleverser son existence.
Duncan MacLean, futur héritier du clan MacLean, a toujours été rejeté par un père rongé par la jalousie, car convaincu que son fils était le fruit d'un adultère.
La mort du patriarche délivrera le jeune laird de ses démons et lui ouvrira les portes d'une rédemption dont il se croyait proscrit.
Deux êtres que tout oppose, un guerrier sombre et une jeune femme solaire, se retrouvent à jamais liés par le destin, lorsque leurs chemins se croisent par hasard, un jour d'automne sur les bords du Loch Linnhe.



Parisienne depuis toujours, juriste dans une autre vie, maman de deux petites filles surnommées affectueusement "les suppôts de la reine des neiges", elle a décidé de se consacrer à l’éducation de ses enfants… et sa passion pour la romance à travers l’écriture.
Addicte aux basquettes et au chocolat, elle a choisi de ne pas se soigner… après tout, on n'a qu’une vie.



Lecture finie

C'est une magnifique romance historique !

J'attendais avec impatience de découvrir la pétillante plume de Sarah M. Carr dans ce registre là. Il y a quelques temps, j'avais lu, comme on déguste une glace en plein été, Daphné, le premier tome Des demoiselles d'Arisaig. Je n'avais pas boudé mon plaisir devant cette romance contemporaine feel-good qui m'avait vraiment enthousiasmé.

Ici, changement de registre. L'auteure rebrousse chemin dans le temps et nous plonge dans le passé : direction l' austère Écosse.
La prophétie d'automne nous narre l'histoire d'un héros maudit par le destin qui ne devra son salut qu'à une femme qu'il désire et qu'il rejette en même temps...
Je ne vous en dis pas plus sinon que la romantique en moi a très souvent fait une danse de joie. Premièrement, car Duncan est arghhhh....


Le grognement est une manifestation de plaisir ! C'est un homme torturé, froid, cruel par moment... mais tellement sexy qu'on a envie de le voir craquer. Mais il y a aussi Ailsa : la lumière. C'est une femme lumineuse qui va permettre à tout le monde de sortir de l'ombre. Enfin, sauf que c'est loin d'être aussi simple que cela...

C'est deux-là sont le gros point fort du livre. J'ai craqué pour ce héros charismatique mais également pour cette héroïne dès plus attachante.

Autre chose ; le livre est magnifique dans son format papier. La couv' est superbe ! Je trouve que cette maison d'édition se démarque vraiment des autres par la qualité et la beauté de ses livres.

C'est un magnifique écrin pour une histoire qui l'est tout autant.
Bref c'est une lecture et une auteure que je vous conseille chaudement .



Selon moi, la vie n’est autre qu’une infinité de nuances. Je ne vous cache pas que j’en ai une conception qui peut paraître simple, voire naïve à bien des égards. Toutefois, à mon sens, tout peut être réalisé dès lors que l’on s’en donne les moyens, et le moyen le plus sûr de fonder un couple solide est avant tout d’apprendre à se connaître, pour enfin se comprendre.


« Douce Ailsa, ton destin va se jouer dans les heures qui viennent. Ton rôle sera déterminant pour la paix de ton peuple. Malgré l’adversité, tu ne devras pas tourner le dos à ton devoir. Tu devras affronter bien des épreuves avant de trouver le bonheur, mais elles seront nécessaires à l’équilibre de ta vie future… »
La fille du laird écarquilla les yeux, stupéfaite. Une prophétie ?! Était-elle en train de rêver ou venait-elle véritablement de s’entendre prédire sa destinée ? Elle se frotta les paupières tandis que l’être irréel poursuivait avec douceur :
« La puissance de ton amour saura guérir un cœur trop longtemps meurtri. C’est la Providence, et non les hommes, qui t’a choisie pour demeurer à ses côtés, sois-en digne. »
Sans qu’Ailsa pût les retenir, des torrents de larmes se mirent à ruisseler sur son visage. Elle venait de comprendre que la prophétie de la bean sith sonnait définitivement le glas de son enfance. Elle devrait aujourd’hui laisser derrière elle la douceur de l’insouciance.
C’est alors seulement qu’elle parvint à prononcer par-dessus ses sanglots, ses premières paroles :
Pourquoi moi ?
« Seul un cœur pur et sans malice pourra le mener sur le chemin de la guérison. Tu seras son guide hors des méandres de la noirceur qui jalonne son existence. Sois sa lumière… et son espérance, mon enfant. »







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires