menu 2

gfMes dernières chroniques


The Hating Game, Tome 1 : Rebel Hearts de Laura Gardénia


 

Le père de Rose a été assassiné quand elle avait seize ans. Seul indice sur les lieux du crime : un flyer. Un ridicule flyer. Traumatisée par ce drame, Rose a tout fait pour se reconstruire.

Elle s’efforce de laisser le passé sombre là où il est, et lutte pour avancer un pas après l’autre dans l’océan de sa vie. Plus jamais on ne la fera souffrir. Plus jamais on ne l’atteindra. Elle a cadenassé son cœur et se protège derrière une carapace épaisse.

Le décès de sa grand-mère la ramène à Londres, là où elle a vécu les pires horreurs. Décidée à en terminer très vite avec tout ça, elle ne pensait pas tomber sur lui.

Kane. Bad boy aux iris océan, dont les mauvaises manières n’ont d’égal que son tempérament explosif.

Kane, celui qui lui a brisé le cœur, celui qu’elle déteste.

Kane, toujours aussi ténébreux et dangereux.

Kane, à la réputation douteuse.

Le passé, c’est le passé, n’est-ce pas ?

Mais quand elle est invitée à une soirée de combats illégaux de free fight, elle sait que ce n’est pas vrai. Que parfois, on ne guérit jamais du passé. Car il est là, sur le ring. Et il la veut. Et elle le veut aussi.

Peut-elle lui faire confiance ? Est-il qui il prétend être ?

Entre amour, passion et dangers, plongez dans The Hating Game !


 


 

 

Je vais faire court comme à chaque fois que je n'apprécie pas un roman. Je n'ai pas accroché au style de l'auteure. La quatrième de couverture me faisait de l'oeil et me disait qu'il y avait tous ce que j'aimais mais il manquait un je ne sais quoi pour donner vie à cette histoire.

J'ai eu l'impression d'une lecture ennuyeyse saupudrer d'éléments convenus.

Bref, je n'ai pas poursuivie la suite de cette série.


- Enchantée, Kane. Et pourquoi as-tu dormi au loft Kane ?

Une lueur d'intérêt brilla dans les pupilles de Belle, comme lorsqu'elle écrivait un article sur un sujet croustillant qui la faisait vibrer. La machine était lancée, on ne pourrait plus l'arrêter. Paix à mon âme.

- Hier, après avoir remis un type en place qui... collait d'un peu trop près cette demoiselle qui se baladait à deux heures du matin, en plein Londres, elle m'a supplié pour que je passe la nuit ici.

Je m'étouffai en entendant son petit discours, recrachant avec une grâce relative mon jus d'orange. Si je lui étais reconnaissante d'avoir édulcoré la vérité, il ne manquait pas d'air de prétendre que je lui avais forcé la main.

- Kane..., grondai-je, mes yeux s'arrondissant pour accentuer ma menace.

- Rose ? sourit-il en battant des cils de manière exagérée, n'éprouvant aucun remords à mentir.

Quel incroyable sourire narquois il avait. Dieu que je le détestais d'être si beau.