menu 2

gfMes dernières chroniques


Ultra de Lia Rose

 


 

Ultra, Tome 1 : Élevée en captivité

Paris 2250. Le monde tel que nous le connaissons a été réduit en cendres. L’humanité est alors divisée en deux : les humains et les mutants.

Izar se bat pour survivre dans la Sphère, une réplique de l’ancien monde où tout est factice. Lorsque le gouvernement l’accuse d’être une mutante, un être agressif et sanguinaire, sa vie bascule en enfer.

Enrôlée par les dirigeants de la Sphère, Izar va découvrir ses pouvoirs, qui elle est réellement mais va aussi se heurter à de nombreux secrets.

Jusqu’à ce qu’elle doive garder le sien : cet étranger aux yeux de démons qui vient la visiter chaque nuit. Son visage la hante. Il s’impose à elle sans prévenir, empoisonne son être, bouleverse ses songes.

Il lui est familier, éveille en elle des désirs incontrôlables. Rencontré dans ses rêves, il va pourtant devenir son pire cauchemar.

Nous sommes vos enfants.

Nous sommes vos amis.

Nous sommes vos voisins.

Nous sommes différents.

Nous sommes mutants.



Ultra, Tome 2 : Le Prix de la liberté

Izar se retrouve propulsée au coeur du Monde Oublié où tout lui est étranger. Ses croyances volent en éclats à l'apparition de ses pouvoirs et un ultimatum s'impose à elle : choisir son camp.

Tâche rendue d'autant plus difficile à cause de Lui.

Vega.

Désigné comme son Protecteur, il est censé lui apprendre à maîtriser ses facultés, qu'elle peine à canaliser. Il est l'homme de ses songes, celui qui hantait ses cauchemars. Aujourd'hui, il hante sa réalité.

Froid et cruel, Vega ne lui oppose qu'un lourd mépris, dans le but de verrouiller son coeur et de cacher ses pires secrets. Le percer à jour devient alors l'obsession d'Izar.

Qui est-il ? Pourquoi doivent-ils se haïr autant qu'ils se désirent ? Et alors qu'elle n'arrive pas à maîtriser ses pouvoirs, c'est peut-être en réalité son coeur qu'il lui faudra dompter si elle veut rester en vie.



Passionnée de lecture et d'écriture, de poésie et de littérature, elle écrit depuis toujours et s'entoure de bon livre.

Elle aime le fantastique, la romance, le classique.

À l’âge de onze ans, elle découvre Harry Potter et devient une fan incontestée de la saga.

Elle décide d’écrire à son tour, avec pour seul but, celui de faire rêver le monde comme ses auteurs fétiches y sont parvenus avant elle.





J'avais eu un énooooorme coup de cœur pour cette auteure et sa série Power Games. La série est vraiment géniale et je vous la conseille à 200%.

Ici, l'auteure est dans un registre très différent. Le postulat de départ est différent même j'aime ce genre.

Pourtant, je n'ai pas retrouvé la perfection la série dont je vous parlais plus haut. J'ai passé un excellent moment de lecture mais qui pâtissait de la perfection que j'avais lu auparavant.

Ici on a une dystopie avec deux héros : Izar et Vega. Ils proposent une belle romance mais il n'y a pas d'alchimie. C'est comme si le feu d'artifices n'avait pas lieu.

J'ai passé un bon moment moment cependant et je vous conseille cette série si vous aimez les dystopies romantiques.




https://4.bp.blogspot.com/-ShvwlxsIMSE/XNaO9At29sI/AAAAAAAAego/9FojEqY5OhEZDCYJ_TYNsUdPYh_INjkzgCLcBGAs/s320/l%2527extrait.jpg

Tu es née pour me torturer, c’est ça ? J’étais invincible, raisonné, en accord avec moi-même. Personne d’autre que moi sur cette maudite terre n’aurait pu se vanter de posséder une telle maîtrise de soi. Je m’étais forgé cette carapace indestructible. Et toi tu arrives et il te suffit de l’effleurer pour qu’elle tombe en ruines comme de vulgaires morceaux de papier mâché.



https://4.bp.blogspot.com/-ShvwlxsIMSE/XNaO9At29sI/AAAAAAAAego/9FojEqY5OhEZDCYJ_TYNsUdPYh_INjkzgCLcBGAs/s320/l%2527extrait.jpg

- Je te déteste de me faire ressentir ce qu’il m’est interdit de ressentir. Je préférerais ne jamais vous avoir rencontrés, toi et tout ce que tu représentes. Il m’a fallu vingt longues années avant de parvenir à ignorer, maîtriser, contrôler, dominer le moindre de mes sentiments et je hais le fait qu’en un foutu battement de cils, tu compromets tout. Tu me rends fou, ta seule présence me tourmente ! Dès que j’aperçois ton visage, je déraille. Chaque jour passé près de toi me met à l’épreuve, comment veux-tu que j’accepte ça ? C’est toi, là, ta bouche, tes yeux, ta voix, tes cheveux, ton odeur, toutes ces… marques. MERDE ! s’égosille-t-il, l’air dingue.

Je me ratatine sur moi-même face à son cri sorti de plus profond de ses entrailles.

- Tu représentes le diable en personne pour moi. Tu me rappelles constamment ce que je suis, ce à quoi je n’aurai jamais le droit, ce que je ne pourrai jamais te donner, te prendre, te faire…