menu 2

gfMes dernières chroniques

dimanche 6 avril 2014

Denazen, Tome 1 : Touch - Jus Accardo

Deznee, 17 ans vit seule avec son père, depuis la mort de sa mère. Un soir, elle tombe sur un garçon étrange, au détour d'une de ses balades nocturnes

















Le résumé :
Deznee, 17 ans vit seule avec son père, depuis la mort de sa mère. Un soir,
elle tombe sur un garçon étrange, au détour d'une de ses balades nocturnes.
Kale se révèle plus bizarre qu'elle ne le pensait. Il évite tout contact avec Deznee, comme s'il craignait de la réduire en poussière au moindre frôlement...
Lorsque le père de Deznee se retrouve nez à nez avec Kale et qu'il dégaine une arme, Deznee décide de fuir.
Elle apprend que son père est à la tête de la compagnie Denazen, qui recrute des ados aux pouvoirs extraordinaires pour s'en servir comme armes.

Et Deznee a un secret, un talent, dont elle n'a jamais parlé à personne.
Et si, elle faisait partie du plan de son père... ?



L'extrait :
Il examina la salle un long moment avant de me taper sur l’épaule et de désigner le premier étage. Une fille menue arborant un bustier en cuir bleu et des bottes vraiment sympas renversait un grand carton par-dessus la rambarde. Telle de la neige argentée, un million de confettis métalliques plut sur la foule. Un geste du poignet et ils se mirent à tourbillonner au-dessus de la piste au rythme de la techno. C’était magnifique.
Soudain, une forte explosion détourna mon attention. Un garçon trapu apparut à l’entrée, torse nu, les bras levés ; des étincelles jaillissaient du bout de ses doigts tandis qu’une fille d’une douzaine d’années le dévisageait avec admiration. Les étincelles dansèrent quelques secondes au-dessus de sa tête puis formèrent un mot. « Ambre ».
Devant notre table, un couple s’arrêta pour un long baiser passionné. La fille me rappelait quelqu’un… Elle ressemblait à une élève en cours de maths et d’anglais avec moi l’année précédente. Quand leurs lèvres se touchèrent, l’air crépita et se chargea de fumée.
Seul un « Waouh ! » sortit de ma bouche tandis qu’ils disparaissaient parmi la foule. Alex me sourit et je me dis que cette expression trop familière ne m’avait pas du tout manqué. Sous sa lèvre, Fred le smiley jaune me fit un clin d’œil. Je secouai la tête pour dissiper des idées stupides. Pas question de retomber dans le piège !