menu 2

gfMes dernières chroniques

vendredi 27 novembre 2015

Une enquête de Francesca Cahill, Tome 9 : Au pied du mur - Brenda Joyce





Au matin de ses noces, Francesca Cahill est éloignée de son propre mariage par la seule chose capable de détruire sa famille : un portrait nu d'elle-même.











Au matin de ses noces, Francesca Cahill est éloignée de son propre mariage par la seule chose capable de détruire sa famille : un portrait nu d'elle-même. Sa quête désespérée afin de trouver le portrait indécent et de préserver la réputation de sa famille l'a conduite dans le piège d'un dangereux voleur... avec aucun moyen de s'échapper avant qu'il ne soit trop tard. Son mariage est en ruine, tout comme la confiance et l'amour que Calder avait autrefois pour elle.

C'est alors que la peinture maudite disparaît complètement.

Parcourant les rues sordides de Manhattan, Francesca cherche des réponses : Qui est le psychopathe responsable du vol ? Comment regagner le coeur de Calder ? Et si leur relation passionnée était belle et bien terminée ?

Trad BdP - Merci à elles!







 
Brenda Joyce est l'auteur du best-seller quarante-quatre romans et cinq novellas. Elle a remporté de nombreux prix, et son premier roman, feu Innocent, a remporté un prix du meilleur roman de l'Ouest. Elle a également remporté le très convoité prix du meilleur roman historique pour la splendeur et deux Lifetime Achievement Awards de BOOKreviews temps romantiques. Il ya plus de 14 millions d'exemplaires de ses romans en version imprimée et elle est publiée dans plus d'une douzaine de pays étrangers.
Originaire de New York, elle vit maintenant dans le sud de l'Arizona avec son fils, les chiens et ses chevaux de reining arabes et demi-arabique. Brenda partage son temps entre son jumeau passions à écrire des histoires d'amour puissants et en concurrence avec ses chevaux aux niveaux régional et national.



Cliquez sur la couverture 
pour lire les autres chroniques de la série.

http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2015/01/une-enquete-de-francesca-cahill-tome-2.html http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2014/07/mortellement-votre-tome-3-vengeance.html http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2014/07/une-enquete-de-francesca-cahill-tome-4.html http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2014/07/une-enquete-de-francesca-cahill-tome-5.html
          http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2014/07/une-enquete-de-francesca-cahill-tome-6.html http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2014/07/une-enquete-de-francesca-cahill-tome-7.html
http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2014/07/une-enquete-de-francesca-cahill-tome-8.html
http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2014/07/une-enquete-de-francesca-cahill-tome-9.html






J'ai fait une chronique pour Songe d'une nuit d'été.


Vous la trouverez ici.

 
— Ton âme n’est pas noire, Hart. Au contraire. Non seulement je t’aime, mais je t’admire.
Cependant, elle savait combien il pouvait se montrer obstiné. Dès lors qu’il s’était mis en tête de la protéger, rien ne pourrait l’en dissuader.
— Tu as bien tort, répliqua-t-il.
— Préférerais-tu que je te voie comme quelqu’un d’égoïste et de méprisable ?
— Oui, je préférerais ! s’exclama-t-il. Comme cela, au moins, je n’aurai pas besoin d’anticiper le jour où cela te sautera aux yeux !
Francesca ne comprenait pas qu’il s’aveugle ainsi. Elle lui caressa la joue.
— Cela n’arrivera jamais, murmura-t-elle.
Il ne s’était pas rasé, et sa peau était rugueuse. Elle aurait voulu se jeter dans ses bras et s’enivrer de sa force physique.
Mais il recula.
— Ne fais pas cela, dit-il.
— Quoi ? Te tenter ? Parce que, dès que je te touche, tu as envie de moi ?
Il s’éloigna de quelques pas, les mains engoncées dans les poches de son pantalon, pour regarder par la fenêtre qui donnait sur Mulberry Street.
— La réaction de mon corps n’a aucune signification, décréta-t-il.
Francesca n’en croyait pas un mot.
— Tu me manques, dit-elle. J’ai besoin de toi.
Il se retourna, les mains toujours dans les poches.
— Je suis ici pour t’aider à résoudre cette enquête, dans la mesure où tout est de ma faute.
Francesca secoua la tête.
— Je suis la seule personne à blâmer. Je n’aurais jamais dû accepter de poser nue.
Il ne répondit rien, mais elle se doutait qu’il ne cesserait jamais de se considérer comme l’unique responsable.
Au moins, ils se parlaient. Et Hart se proposait même de lui apporter son concours.
— Ainsi, tu souhaites nous aider à retrouver le tableau ?
— Je ne veux pas ta ruine, Francesca.
— Donc, tu tiens toujours à moi.
Il paraissait sur la défensive, à présent.
— J’apprécierai toujours ta compagnie et ton intelligence. Alors, oui, d’une certaine manière, je tiens à toi. Tu n’es pas une femme ordinaire, Francesca. Et je suis venu ici en ami.
Elle soupira. Avait-elle vraiment cru pouvoir le manipuler pour le forcer à déclarer son amour ?
— Et quand nous aurons retrouvé le portrait et démasqué le voleur ?
— Je resterai ton ami. Et je continuerai d’approuver tes choix.
Francesca suspendit sa respiration.
— Suppose que tu demeures mon choix ?
Son regard se fit plus sévère.
— N’espère pas gagner.
— Alors, c’est vraiment fini ?
— Je suis désolé, Francesca. Mais c’était une erreur.
Et, baissant les yeux sur le diamant de huit carats qu’elle portait au doigt, il ajouta :
— Tu devrais enfermer ça dans un coffre.
Francesca désirait par-dessus tout que Hart lui revienne – elle n’avait aucun doute sur ce point. En revanche, elle ignorait totalement comment s’y prendre. Pour l’instant, la sincérité lui semblait la seule arme à sa disposition.
— J’emporterai ta bague dans la tombe.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires