menu 2

Mes dernières chroniques

Ne me lâche pas - Lil Evans




Elle l’envoûte.
Il la protège.

 







Louka va la rencontrer sur son territoire. Elle, cette jeune femme perdue et brisée qui réveille sa bestialité. Alors qu’il devrait la tuer, ses instincts de loup le poussent à la protéger, envers et contre tout.
Mais dans ce monde où les Métamorphes sont enfin libres de vivre, certaines personnes se révèlent être encore pire que des cauchemars. Leur violence n’aura d’égal que leur haine pour tout ce qui touche au surnaturel. Des événements tragiques forceront alors un Louka dévasté à prendre son destin en main. Il fera tout pour sauver la femme qu’il aime avant qu’il ne soit trop tard.




    - Lecture finie -

Premier livre de cette auteure qui enchaîne avec une nouvelle parution qui me plaît également Love and ...tome 1 : Chaos.

J'ai beaucoup aimé le postulat de départ qui certes, s'il n'est pas originale reste tout ce que j'aime. Ainsi Louka, le mâle alpha découvre sur son territoire une métamorphe qui visiblement a été maltraité. Il est attiré très fortement par Mara et va la protéger de ses anciens tortionnaires qui sont à sa recherche.

Le début du livre est très bon. Il y a un prologue qui permet de comprendre l'univers proposé par l'auteure qui m'a captivé. Il s'ensuit, la description de la vie de Mara à travers son propre regard. Elle subit la méchanceté d'un coupe d' « humains » racistes qui la séquestre dans une cage depuis une quinzaine d'années. C'est très bien fichue, la voix narrative est belle, forte et juste.
Je ne dévoilerai pas les ressors de l'intrigue mais elle est amenée à rencontrer Louka et je dois dire que j'ai beaucoup moins aimé ce personnage qui donne à l'histoire un cadre très convenu en matière de romance.
Il est LE MÂLE loup-garou qui trouve sa moitié. Je trouve qu'il manque de finesse. J'ai même préféré les passages où il n'était pas présent.

- Bref -
Une découverte plaisante. Un univers intéressant et original mais qui souffre d'une romance et d'un personnage masculin trop convenus.


Mes parents m’appelaient...
Louka se pencha à son oreille et murmura d’un souffle chaud :
Comment t’appelaient-ils, chaton ?
Ils me disaient...
Oui ?
Saloperie.
Derrière elle, les bruits cessèrent. Louka se recula et la regarda, les yeux étrécis par ce qu’elle pensait être de la colère. Un grognement s’échappa de sa gorge, la figeant sur place. Le regard de Louka s’assombrit et, aussitôt, elle serra ses bras contre sa poitrine et s’agenouilla devant lui, la tête baissée. Ses ongles pénétraient la chair tendre de son ventre, tant elle était crispée ; mais aucun coup ne lui brisa le dos. Rien.
Qu’est-ce que tu fais ?
Elle leva les yeux vers lui, troublée par ce qui était en train de se dérouler.
Tu es en colère.
Et alors ?
Tu vas me punir. Alors j’attends.
Pourquoi je te punirais ? Et pourquoi est-ce que tu t’agenouilles ?
Il se baissa près d’elle et toucha son visage. Un contact léger, mais qu’elleressentit avec une force incroyable. La chaleur du contact de Louka s’attarda sur sa peau un long moment, faisant naître un picotement agréable dans tout son corps.
Parce que c’est toujours comme ça que ça se passe... Je suis punie, je dois m’agenouiller, puis tu me frappes. Tu vas me frapper ? Je sais que je l’ai mérité.
Ça ne se passe pas comme ça, dans mon monde, chaton. Alors, relève-toi, s’il te plaît.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Laissez vos commentaires