menu 2

gfMes dernières chroniques

jeudi 5 novembre 2015

Most Wanted, tome 3 : T'envoûter - Julie Kenner



J’aime les montées d’adrénaline.
J’aime le défi.







J’aime les montées d’adrénaline. J’aime le défi.
Après plus de vingt années d’arnaques en tout genre, je pensais avoir tout vu, tout fait. Je pensais savoir évaluer le risque. Je pensais connaître la définition du danger.
Et puis je l’ai vu.
Brut et charnel, sombre et dangereux.
Je ne connaissais pas le risque avant de le rencontrer. Je n’avais rien compris au danger avant de plonger mon regard dans le sien, ni rien su de la passion avant qu’il me touche.
J’aurais dû résister à la tentation, mais il était tout ce que je désirais. Comment aurais-je pu ne pas succomber, alors que je le sentais capable de réaliser mes fantasmes les plus inavouables ?
Je le voulais, purement et simplement.
Et c’est ainsi que j’entrepris de jouer au plus dangereux de tous les jeux…

 




  Cliquez sur la couverture 
pour lire les autres chroniques de la série.
http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2014/06/most-wanted-tome-1-te-desirer-de-j.html http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2015/02/most-wanted-tome-3-tenvouter-julie.html http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2015/02/most-wanted-tome-3-tenvouter-julie.html


Julie Kenner (née en Mountain View , Californie ) est un auteure américain. Elle écrit aussi avec le nom de plume de JK Beck .
Originaire de Californie, Kenner a grandi dans le Texas et a reçu un baccalauréat en radio-télévision-cinéma de l' Université du Texas à Austin et plus tard à l'école de droit à l'Université Baylor à Waco, au Texas . Après avoir pratiqué le droit dans Los Angeles, en Californie, elle a quitté et a déménagé à Austin, au Texas et a continué à pratiquer. Pendant cinq ans, Kenner a pratiqué le droit et a écrit des romans, en 2004, elle a renoncé à exercer le droit de devenir un écrivain à temps plein et une mère.
Elle a écrit un certain nombre de livres, y compris les quatre parties Aphrodite série, et son rapport de 2005 nouveaux Démon Carpe . Les droits du film pour Démon Carpe ont été optionné par 1492 Photos et Warner Brothers dans un contrat de plusieurs livres.
Kenner a également remporté de nombreux prix. Elle a été certifiée en tant que USA Today auteur à succès et a remporté les romantiques Horaires Choice Award des examinateurs pour la Meilleure Fiction Paranormal contemporain pour son livre Kiss Aphrodite , a reçu deux prix PEARL mentions honorables, y compris Auteur Meilleur Nouveau, et son livre Fancy Le chat a remporté la Vénus Prix ​​de la Fiction Meilleur Paranormal de l'année, le Journal Romance ' s Award Francis, et a été finaliste du prix Sapphire.



- Lecture finie -

J'ai le sentiment, après avoir refermé ce livre, de n'avoir jamais vraiment lu de romance érotique BDSM et j'insiste sur le BDSM parce que certes c'est un genre qui s'est fort développé depuis les 50 nuances de Grey de E.L. James mais très peu d'auteurs au bout du compte vont au fond des choses (sans jeu de mots).
J'ai lu de la littérature M/M qui assume plus l'aspect BDSM de la littérature érotique. Dans la romance « traditionnelle » c'est quand plus difficile.
Donc en refermant ce livre, j'ai vraiment eu l'impression d'approcher un peu plus près de ce type de littérature érotique.
Avec Julie Kenner c'est érotique, il n'y a pas à se tromper et c'est vrai que les scènes de sexe sont bien faites mais elles sont peut-être un peu trop présentes et écrasent un peu le récit.
You are worth waiting for.: J'ai du mal vraiment à juger le travail de cette auteure. J'ai adoré le premier tome de la série. J'ai beaucoup moins accroché à sa suite et ici j'ai retrouvé avec plaisir ce qui m'avait plu dans le premier opus même si je l'ai trouvé moins bon. En fait, je ne sais pas s'il est moins bon, disons qu'on est 300% dans le BDSM et ça donne au livre une certaine marginalité. Certes ça piquante sacrément l'érotisme du livre mais ça m'a laissé de marbre à certains moments. Beaucoup de scènes de sexe peuvent dérouter...

J'ai apprécié l'aspect complexe qu'il peut y avoir dans une relation amoureuse avec un dominant et une dominée mais en lisant certains passages, je me suis dit : « Qu'est-ce que ça... ?! »

 
Bref

Une lecture plaisante avec de très bons ingrédients mais qui est tellement plongé dans le BDSM que vous n'apprécierez certainement pas si ce n'était pas ce que vous cherchiez au départ.



– Tout à l’heure, je t’ai dit que tu m’étais redevable, reprit-il. On pourrait dire qu’on est quitte. Ça t’irait ?
– Et toi, ça t’irait ?
Il resta silencieux quelques secondes, et encore quelques secondes de plus.
– Non, finit-il par admettre.
– Bien, dis-je en redressant la tête.
Son expression resta parfaitement stoïque, mais il approcha sa main de mon visage, puis suspendit son geste, comme un enfant sur le point de faire quelque chose de mal et soudain pris de remords.
– N’aie pas peur. (Ma voix n’était plus qu’un murmure.) Je ne casse pas.
– N’en sois pas si sûre, Boucle d’Or. Je suis connu pour bousiller même les choses les plus résistantes.


Ce n’est pas le sexe qui fout en l’air, mais le désir.
Quand on met la question du sexe sur la table, tout le monde a quelque chose à négocier. C’est comme un contrat, que chacun étudie soigneusement. Parfois le cul n’est pas génial, parfois il est époustouflant, parfois les parties en présence sont si empêtrées dans leurs névroses respectives que tout le reste s’en trouve éclipsé. Mais même dans ce cas, il existe un « minimum syndical », et chacun sait ce que l’autre attend de lui.
Avec le désir, ce n’est pas le cas.
Le désir est unilatéral. On ne peut se fier à rien, sinon à ses perceptions. Un sourire. Un hochement de tête. Une poignée de main qui dure un peu trop longtemps. Un doigt qui effleure – accidentellement ? – une chevelure.
Mais tous ces détails, on peut les simuler… ou les dissimuler.
Quand on grandit dans un milieu d’escrocs, on sait jouer toutes sortes de rôles, et voir clair dans le jeu des autres.
Du moins, on le croit.
Je pensais savoir interpréter l’attitude de Cole. Je pensais avoir repéré les signaux ténus qui concordaient avec mon propre désir. Les allusions discrètes, les gestes esquissés, les regards fortuits, et les contacts désinvoltes.
Je pensais avoir reconnu tout ça, sans pouvoir en être tout à fait certaine. Et si je voulais une confirmation, j’allais devoir me mouiller.
Voilà pourquoi le désir est un beau salaud.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires