menu 2

gfMes dernières chroniques

mardi 16 juillet 2019

La vallée du lotus rose de Kate McAlistair



 
1918. À 16 ans, Jezebel Tyler, orpheline issue de l’aristocratie anglaise, part aux Indes rejoindre son tuteur, un archéologue de renom. Ce dernier compte la marier au baron von Rosenheim, qui financera en échange ses recherches liées à une cité disparue.
À bord du luxueux paquebot qui la mène à Calcutta, Jezebel se lie avec Olga Obolenski, duchesse russe fantasque, qui lui enseigne les usages du monde, tout en l’encourageant à prendre en main sa destinée. Durant la traversée, elle fait aussi connaissance de Jan Lukas, un aventurier dont le charme la subjugue.
Au Bengale, elle découvre, prise au piège, que son futur époux est un trafiquant d’opium notoire, au caractère tyrannique. Et malgré la délicatesse du prince Charu, qui la courtise, elle ne parvient pas à oublier Jan...
Des jardins de Darjeeling aux mangroves des Sundarbans, ce premier volume de la trilogie du Lotus rose met en scène une héroïne attachante, déterminée à échapper au carcan de son éducation pour vivre sa vie.



Kate McAlistair est mariée et mère de deux enfants. Fascinée par un grand-père qui fut colonel dans la cavalerie, et qui vécut avec sa famille en Asie durant les Années Folles (une de ses tantes est d'ailleurs née à Tianjin en Chine), elle se passionne pour l'Inde, la Malaisie et la Chine. Après des études d'art et de cinéma, elle travaille un temps comme graphiste puis se lance dans l'écriture.
Source : amazon.fr



La vallée du Lotus Rose est le premier tome d'une trilogie parue aux éditions de l'Archipel. C'est le premier livre édité en France de Kate MacAlistair.
Ce très beau livre retrace le parcours d'une jeune anglaise privilégiée qui part rejoindre son fiancé en Inde. La jeune femme est loin d'avoir choisie son destin. Elle le subit. Elle est obligée de partir sans connaître rien de son promis. Elle est juste un objet de transaction marchande entre lui et son tuteur. Il se trouvera en plus que l'homme en question est l'un des pires hommes qu'elle ait connu...

Sur le chemin qui l'amène à son triste sort, elle rencontrera cependant une comtesse russe, un prince indien et surtout le beau et mystérieux Jan Lukas.
La jeune orpheline tombe sous son charme mais tout est loin d'être simple.

Jezebel nous fait vivre la grande et la petite histoire de l'Inde de ce début de 20ème siècle.

Est-ce que j'ai aimé ?

Oui mais je dois avouer que malgré de nombreuses aventures qui donnent de la consistance à ce petit pavé de presque 700 pages, il y a un manque de rythme qui génère un manque de tension. C'est pourtant primordial pour tenir le lecteur sur autant de pages.

Alors, j'ai aimé. J'ai aimé cet Inde qui fera rêver toutes les romantiques éprises de dépaysement, de prince. On est vraiment balancé dans ce pays aux mille couleurs où la beauté côtoie le plus vil. Cependant , j'ai souvent regretté qu'il n'y ai pas plus de rythme.

Ce livre s'inscrit comme une épopée historique et romantique avec pour personnage principal, une jeune anglaise qui devra se battre pour gagner sa liberté et son bonheur. Il m'aura donné un excellent moment de lecture sans être pour autant un coup de cœur. Il faut dire que le caractère et la légèreté de Jezebel m'auront (désagréablement) surprise à certains moments. Certes, elle n'a que 16 ans au début de l'histoire mais j'ai eu du mal à apprécier certains de ses traits de caractère...

Bref, c'est un roman que je vous recommande malgré certains écueils que je vous ai énuméré et qui ne m'empêcheront de lire la suite de cette trilogie !


La nuit indienne était merveilleusement différente. l’air avait une pureté originelle qui autorisait le regard à porter loin, très haut vers l’infini, vers ces milliards d’étoiles qui formaient une poussière luminescente. Face à un tel miracle, il était facile de redevenir un enfant et de croire qu’un immense géant avait jeté en l’air, le temps d’une nuit de la Saint-Sylvestre, des poignées de confettis lumineux qui créaient dans ce velours noir des amas de lumière, des lustres et des chandelles, et des myriades de dessins étranges qui portaient des noms de dieux grecs.