menu 2

gfMes dernières chroniques

mercredi 13 janvier 2016

Stage Dive, tome 4 :Slow - Kylie Scott

 


Ben sait que Lizzy est hors d'atteinte. Elle est la petite sœur de son meilleur ami, et malgré l'alchimie entre eux, il ne s'y risquera pas...





Positif. Avec les deux petites lignes sur un test de grossesse, toute la vie ordinaire de Lizzy Rollins est sur le point de changer à jamais. Et tout ça à cause d'une grosse erreur à Las Vegas avec Ben Nicholson, le bassiste irrésistiblement sexy du groupe Stage Dive. Alors que faire si Ben, le seul homme qu'elle ait jamais rencontré qui peut la faire sentir complètement en sécurité, aimée, et hors de contrôle avec le désir en même temps ne ressent pas la même chose ? Lizzy sait que la sublime rock star n'est pas à la recherche de quelque chose de plus sérieux qu'un peu de bon moment, peu importe à quel point elle aimerait que cela soit différent.
Ben sait que Lizzy est hors limites. Complètement et totalement. Elle est la petite sœur de son meilleur ami maintenant, et peu importe à quel point leur alchimie est torride, peu importe à quel point elle est douce et sexy , il ne va pas y aller. Mais quand Ben est forcé de faire sortir du pétrin à Sin City la seule fille pour qui il a toujours eu un faible, il apprend vite que ce qui se passe à Vegas ne reste pas à Vegas. 
cœur ?

Maintenant, Lizzie et lui sont connectés de la manière la plus profonde possible ...

mais cela mènera-t-il jusqu'à une connexion du cœur ?
Source : Coline15 booknode.com




Cliquez sur la couverture 

pour lire les autres chroniques de la série.
                   http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2014/12/stage-dive-tome-1-lick-kylie-scott.html  http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2015/04/stage-dive-tome-2-play-kylie-scott.html http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2015/08/stage-dive-tome-3-sing-kylie-scott.html http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2015/08/stage-dive-tome-4-deep-kylie-scott.html


 
 
Kylie Scott a écrit plusieurs séries de livres devenus des best-sellers du New York Times et USA Today. Fan de romans érotiques et de films de série B, elle vit dans le Queensland, en Australie, avec son mari et leurs deux enfants.


    -Lecture finie -
Ça y est les Stage Dive c'est fini...encore que j'aimerai connaître l'histoire de Martha, la peste de sœur de Ben. Pourtant pas de 5ème tome en vu
Ben le bassiste du groupe et Lizzie la petite de sœur d' Anne (l'héroïne du tome 2) deviennent parent sans l'avoir voulu. On peut dire que le destin est assez dur sur ce coup là ou alors qu'il fait bien les choses pour l'auteure. Il y avait peu de chance pour que notre héroïne tombe enceinte mais quand l'imagination d'un auteur la démange...ça donne des grossesse hautement improbables.
Passons la-dessus. Lizzie a le coup de foudre pour le musicien beau gosse comme d'ailleurs toutes les héroïnes de cette série mais disons que pour elle la réciproque n'est pas immédiate...loin de là.
On a une héroïne qui s'accroche à son rêve de romance quitte à passer pour une groupie. De l'autre côté, on a un personnage masculin qui même s'il a des sentiments pour la jeune femme préfère passer sa vie personnelle avant toute chose.
Il ne veut pas d'une relation amoureuse alors que dire de son rôle de « PAPA ». On peut comprendre ses hésitations, ses craintes, etc...mais il ne pense tellement qu'à lui que cela me la rendue égoïste. De plus Lizzie bave tellement devant sa bogossitude, nous disant toutes deux pages à quel point il est beau, charismatique, magnétique....que cela le rend aussi superficiel.

 Afficher l'image d'origine

Alors j'ai bien aimé leur romance mais elle manque de je ne sais quoi pour égaler celle de Mal et Jimmy qui m'avait vraiment fait craquer.
Cependant j'ai passé un excellemment moment. La plume de l'auteure est vraiment pétillante. Elle nous offre certains dialogues et passages du roman qui font mouche et qui assure un très bon moment de lecture.

- Bref -

Ce n'est pas le meilleur de la série mais on passe assurément un très bon moment de lecture et on retrouve avec plaisir les beaux gosses des Stage Dive avec un plaisir renouvelé.




L’émotion que je ressentais était phénoménale, accablante. Mon esprit était en ébullition, s’employant à analyser les différents indices, cherchant à comprendre à quel moment j’avais perdu le fil. Comment en étais-je arrivée à me débattre dans le vide ?

Tu devais t’ennuyer, ou peut-être que tu te sentais un peu seul, supposai-je. Alors tu as joué avec moi.

Il se détourna en grimaçant.

Dis-moi que j’ai tort, insistai-je.

Rien.

Au moins, maintenant, je savais à quoi m’en tenir – comme si cela constituait une quelconque consolation. J’ouvris la portière passager et descendis du pick-up.

Liz…

Je claquai la portière, sentant le métal froid contre ma paume. J’en avais fini avec lui. Oh, ça oui ! L’air glacial du soir me cingla le visage, me ramenant brusquement à la réalité. La situation était affreusement gênante. J’avais éprouvé tellement de choses, je m’étais sentie si sûre de moi. J’allais lui montrer ce que je valais.

Rien.

Rien du tout.

L’heure était venue de remiser au fond du placard mon cœur et mes espoirs.







Ben : Tu viens de m’envoyer une photo de ton déjeuner ?

Lizzy : Non. C’est une œuvre artistique à base de frites et de ketchup qui exprime mon immense tristesse que tu ne répondes pas à mes messages. Tu ne vois pas le visage au milieu ?

Ben : C’est quoi le truc vert ?

Lizzy : Des larmes en cornichons. Je les ai piquées dans le cheeseburger d’une copine.

Ben : C’est mignon.

Lizzy : Tu es ému ?

Ben : Absolument.

Lizzy : Alors tu acceptes de me parler ?

Lizzy : Haha. Tu manges de la pizza ?

Ben : Triste ou contente, selon toi ?

Lizzy : Elle a un regard lubrique. Comment oses-tu m’envoyer des pepperonis aussi tendancieux ? Je ne suis pas ce genre de fille.

Ben : Ah. Faut que j’aille bosser. À plus, ma belle.






Il pivota pour me regarder, le visage fermé.

Attends…, murmura-t-il.

C’était un accident. Tu as été jaloux quand tu as vu ce mec avec moi dans le bar, tu as surréagi. Je comprends.

Je ne voulais pas dire…

Oui, comme d’habitude.

Sans plus de cérémonie, je sortis du lit, enroulée dans le drap.

Je voudrais que tu partes, ajoutai-je.

Lizzy.

C’était juste là, sur son visage et dans ses yeux. La position de ses épaules le criait, et ses doigts crispés ne faisaient que renforcer cette impression. Le regret.

Pars, s’il te plaît. Tu sais que tu en as envie.

Son jean gisait abandonné à l’intérieur de la salle de bains. Je le poussai mollement du pied avant de m’y enfermer.

Ma belle… (Deux coups timides tapés à la porte.) Allez, ouvre.

Le dos collé contre la porte, je glissai vers le bas, ne m’arrêtant que lorsque je sentis le marbre dur et froid contre mes fesses. Manifestement, le coton égyptien ne possédait pas des qualités thermiques exceptionnelles. Les larmes se mirent à couler sur mes joues, mais je les ignorai. Peu importait.

Laisse-moi m’expliquer, tenta Ben.

Sûrement pas, non.

C’est juste que… J’ai paniqué quand j’ai vu que c’était lui, poursuivit-il. Merde, Lizzy. (Un coup furieux contre la porte.) Tu ne comprends pas à quel point c’est difficile. Je t’aime beaucoup mais…

Mais. Pour moi il n’y avait pas de « mais ». Fait chier.

Je ne dis pas que je ne lui en aurais pas parlé en temps voulu.

Mouais. Il ne disait pas non plus qu’il l’aurait fait.








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires