menu 2

gfMes dernières chroniques

jeudi 12 juillet 2018

Une pluie d'étincelles de Tamara McKinley


Sortie : 2 mai 2018
Éditeur : l'Archipel
Collection : Roman
Nombre de pages : 330 pages

 
Australie, 1946. Becky Jackson a regagné son village natal avec son fils Danny après que son mari a été déclaré mort au combat.
Depuis deux générations, sa famille dirige l’hôpital de Morgan’s Reach, bourgade fondée par son grand-père. Becky y connaît tout le monde et retrouve sa meilleure amie, elle aussi veuve de guerre.
Becky côtoie également Ben Freeman, le pompier en chef secrète- ment amoureux d’elle. Un amour auquel elle se refuse car Danny n’a toujours pas fait le deuil de son père...
Morgan’s Reach est sous tension. Il n’a pas plu depuis trois ans. Et soudain une tempête menace d’embraser la région. L’atmosphère est électrique, qui pourrait réveiller rancœurs et jalousies au sein de la petite communauté. D’autant qu’un homme rôde...
Les paysages somptueux de l’Australie sauvage, un personnage de femme fort et déterminé... Autant d’ingrédients qui ont fait le succès des grandes sagas de Tamara McKinley.




Tamara McKinley est née à Launceston (Tasmanie) et élevée par sa grand-mère mais alors qu'elle est encore une enfant elle doit partir en Grande-Bretagne pour finir ses études dans un pensionnat de jeunes filles. Ses nombreuses expériences, tristes ou joyeuses de son enfance ainsi que le souvenir de sa grand-mère et de ses deux très chères tantes, forment l'épine dorsale de ses romans.
Elle a commencé par écrire des thrillers psychologiques mais très vite elle revient à ses racines et signe des sagas familiales à succès d'Australie et qui dépeint l'outback pionniers à travers ses romans.
Elle vit actuellement sur la côte Sud de l'Angleterre avec ses trois enfants mais elle se ressource souvent dans son pays natal et y puise notamment l'inspiration pour ses romans
Tamara McKinley est devenue une véritable icône en Allemagne où ses livres sont directement classés dans la liste des best-sellers et chaque titre sont vendus à près de 4 millions d'exemplaires. Elle s'est fait une véritable renommée mondiale comme en Scandinavie, particulièrement en Suède où ses romans connaissent un franc succès.
À ce jour, ses huit sagas sont publiés dans au moins 15 langues différentes et on trouve ses romans dans le monde entier.




J'ai été extrêmement touché par cette lecture riche en émotions.

1946. Australie. Tout commence par un premier personnage énigmatique. On ne connaît pas son identité. On sait seulement que c'est un ancien soldat qui revient de la guerre traumatisé et malade. Le cancer le ronge. Ses jours sont comptés. Son retour à Morgan's reach sonne la dernier halte du brave qui se sait condamné.
Il s'agit d'un fil conducteur très fort qui m'a ému et hameçonné tout le long de ma lecture. Qui est-il ? Il ne veut pas qu'on le reconnaisse et d'un certaine manière, il devient un spectateur. Alors, quel est le sens de sa présence ?

Car même si son rôle est important, il y a aussi toute une gallérie de personnages formant une communauté qui l'est tout autant.

Gwyneth, Jane et Rebecca forment trois générations de femmes d'une même famille qui donne un aspect épique au récit. Gwyneth est la matriarche. Veuve d'un médecin, elle veille sur ses ouailles d'une main de fer. Elle est les racines solide d'un arbre. Elle aide le mari de Jane, Hugh qui a repris la succession et qui croule sous le travail. Quand à Rebecca, veuve elle aussi, elle revient pour retrouver un sens à sa vie et trouver de l'aide pour aider son fils à accepter son deuil. En effet celui-ci semble incapable d'accepter le décès de son père et le fait qu'il ne reviendra pas.
Le chagrin a arrêté le temps pour le petit garçon et Rebecca se refuse à ne pas suivre le rythme de son fils malgré ce qu'elle ressent pour Ben, le beau pompier.

On a là le destin de ces personnages mais il y a aussi d'autres qui m'ont semblé tout aussi importants Sallie, Terence, Sandra, Millicent et Max.
On suit les histoires de chacun  : le deuil des uns, l'alcoolisme des autres, celui d'une femme qui ne surmonte pas le deuil de enfant, la violence conjugale, le traumatisme de la guerre...

Je dois avouer qu'il m'a fallu du temps pour rentrer dans ce récit riche de dépaysement et de personnages hautement charismatiques.

Car oui, il y a aussi le bush Australien qui est un décors qui donne son sens à tous ses personnages. Il est beau, inspirant mais aussi aride, dur et mortel. Il est également un élément primordial du récit.

Une pluie d'étincelles est donc un livre aux mille ingrédients. Il m'a d’ailleurs fallu du temps pour vraiment tout intégrer comme je vous le disais et profiter de ma lecture. Pourtant, tout cela m'a semblé juste dans la mesure où c'est cette profusion de destins : gais, tragiques, optimistes, cruels et dans ce décors...qui ont rendus ce récit aussi poignant.



Bref, ce livre m'a beaucoup touché par la justesse des sentiments qu'il véhicule. Il m'aura aussi permis de voyager dans cette Australie magnifique qui réussit si bien aux livres de Tamara McKinley.



Il avait attendu si longtemps de regagner l’Australie… Tous les parfums de sa terre natale, tous ses sons, ses paysages… Sa patrie se trouvait gravée dans sa mémoire, ainsi que dans son cœur, et c’était elle qui l’avait aidé à supporter les horreurs des combats dans la jungle, à survivre aux privations imposées par les Japonais dans leurs camps de prisonniers de guerre. Hélas, son retour n’avait en rien constitué une délivrance, car en dépit des longs mois qu’il venait de passer à l’hôpital, il demeurait hanté par les épreuves qu’il avait traversées.


À trente-quatre ans, il avait vu des choses dont aucun homme ne devrait être un jour le témoin. Il avait survécu au plus terrible cauchemar que l’humanité eût conçu… pour découvrir qu’entre-temps, son corps meurtri, anémié, s’était trouvé pris d’assaut par le cancer. Peu importaient les efforts qu’il venait de déployer, il mourrait, de toute façon. Quelle ironie ! Tandis qu’il essuyait ses larmes en tâchant de se ressaisir, il maudit en silence la cruauté du sort que le destin lui avait réservé.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires