menu 2

gfMes dernières chroniques

lundi 23 juillet 2018

Le crime de l'Orient Express (2017)


Date de sortie : 13 décembre 2017
Réalisateur : Kenneth Branagh
Casting:
Kenneth Branagh  : Hercule Poirot
    - Tom Bateman  : M. Bouc
    - Daisy Ridley : Mary Hermione Debenham
    - Josh Gad  : Hector MacQueen
    - Lucy Boynton: Comtesse Héléna Andrenyi
    - Olivia Colman : Hildegarde Schmidt
    - Penélope Cruz : Pilar Estravados
    - Willem Dafoe : Gerhard Hardman
    - Judi Dench  : Princesse Natalya Dragomiroff
    - Johnny Depp  : Samuel Ratchett
    - Manuel Garcia-Rulfo : Biniamino Marquez
    - Derek Jacobi  : Edward Masterman
    - Marwan Kenzari : Pierre Michel
    - Leslie Odom Jr.  : Dr Arbuthnot
    - Michelle Pfeiffer : Mme Caroline Hubbard
    - Sergei Polunin  : Comte Rudolf Andrenyi
Genre: Thriller, Policier
Format : 2h08min
Nationalités : américaine



Le Crime de l'Orient-Express (Murder on the Orient Express) est un film britannique-film américain coproduit et réalisé par Kenneth Branagh, sorti en 2017.
Il s'agit de l'adaptation cinématographique du roman du même nom d'Agatha Christie publié en 1934, déjà adapté dans le film britannique du même nom réalisé par Sidney Lumet en 1974 et mettant en scène son célèbre détective belge Hercule Poirot à bord de l'Orient-Express.
Le célèbre détective belge Hercule Poirot prend l'Orient-Express pour rentrer d’Istanbul à Londres. Mais alors que le train se retrouve bloqué par la neige dans les montagnes yougoslaves, Samuel Ratchett, un riche Américain, est assassiné. À la demande de son ami M. Bouc, directeur de la ligne, Poirot se met à enquêter pour découvrir le meurtrier parmi les passagers.




Attention, il s'agit du résumé complet du film

En 1934, le célèbre détective belge Hercule Poirot démasque un voleur à l’Église du Saint-Sépulcre, à Jérusalem, qui n'est d'autre que le policier chargé de l'enquête sur le vol d'un rubis précieux, qu'il a lui-même volé. Il compte faire un peu de tourisme à Istanbul, mais il reçoit un télégramme lui demandant de revenir à Londres. En déjeunant à son hôtel, Poirot rencontre son ami M. Bouc, le directeur de l'Orient-Express, qui lui propose une chambre dans son train pour rentrer le plus vite possible à Londres.
A l'intérieur du train, Poirot fait connaissance avec d'autres passagers : l'extravagante veuve américaine Mrs. Hubbard, la missionnaire espagnole Pilar Estravados, le professeur allemand Gerhard Hardman, la princesse russe Natalia Dragomiroff et sa gouvernante allemande Hildegarde Schmidt, le docteur anglais Arbuthnot, la gouvernante anglaise Mary Debenham, le conducteur français Pierre Michel, l'homme d'affaires cubain Biniamino Marquez ainsi que le faiseur d'affaires américain Samuel Ratchett, accompagné de son valet de chambre Edward Masterman et de son secrétaire et traducteur Hector MacQueen. Le comte russe Rudolf Andrenyi et son épouse Eléna, quant à eux, sont isolés dans le train en raison de leur immunité diplomatique.
Lors d'un déjeuner, Ratchett propose à Poirot une importante somme d'argent pour devenir son garde du corps, ayant reçu des lettres de menaces. Mais Poirot refuse de le protéger, prétextant qu'il ne travaille pas pour les hommes corrompus. La nuit tombée, alors le détective tente de dormir, il entend des bruits étranges provenant de la chambre de Ratchett, non loin de la sienne. Sur le point de s'y rendre, Poirot remarque une personne vêtue d'un kimono rouge courant dans le couloir mais, fatigué, il se recouche. Une avalanche fait dérailler le train et le bloque sur la voie.
Le lendemain matin, alors que tous les passagers inquiets se réunissent dans un wagon, Pierre Michel apporte le petit-déjeuner à Ratchett mais sa porte est fermée. Poirot l'ouvre avec sa canne et découvre son cadavre, poignardé par plusieurs coups de couteaux. Alors que Poirot refuse d'enquêter sur ce meurtre car il veut prendre des vacances, M. Bouc le supplie de découvrir le coupable. Poirot accepte et souhaite interroger tous les passagers un par un. Alors que Poirot penche d'abord pour un seul meurtrier, Mrs. Hubbard lui avoue qu'un homme est entré dans son compartiment durant la nuit. Dans le compartiment de Ratchett, Poirot découvre un mouchoir portant la lettre H, un cure-pipe, un puissant somnifère, ainsi qu'un morceau de papier partiellement brûlé. En le carbonisant entièrement, Poirot a le temps de déchiffrer des mots de la phrase qui y est écrite. Poirot comprend que Ratchett est un faux nom ; il s'agit en réalité de John Cassetti, un bandit qui a enlevé et tué Daisy Armstrong, la petite fille du colonel Armstrong et de son épouse Sonia, malgré la rançon qu'ils lui ont versée. Après l’assassinat de Daisy, son père s'est suicidé tandis que sa mère est décédée en donnant naissance à un bébé mort-né. La nurse, Susanne a été accusée du meurtre et condamnée à mort, mais innocentée après sa pendaison.
Poirot découvre également un bouton d'uniforme de conducteur dans le compartiment de Mrs. Hubbard. Cependant, la veste de Pierre Michel comporte tous ses boutons. L'uniforme en question, ainsi que le kimono rouge, sont retrouvés dans la chambre de Poirot. Le détective pourchasse MacQueen qui tente de s'enfuir du train. Ce dernier explique qu'il volait Ratchett et qu'il ne pouvait donc pas tuer celui qui le rendait riche. En interrogeant tous les suspects, Poirot comprend qu'ils ont tous un lien avec la famille Armstrong. Alors qu'il questionne le comte Andrenyi et son épouse Elena, il réalise que le mouchoir ensanglanté retrouvé auprès de Ratchett lui appartient, mais que le H- initial a été retiré de son prénom pour la disculper. Il devine qu'elle est la sœur de Sonia Armstrong. Soudainement, Mrs. Hubbard se met à hurler : quelqu'un l'a poignardée dans le dos mais elle n'a pas vu le coupable. Plus tard, alors que Poirot interroge Mary Debenham, qu'il pense être la meurtrière, le docteur Arbuthnot lui tire dessus et lui annonce qu'il est le meurtrier. Alors qu'il est sur le point de le tuer, il est assommé par Bouc. Mais Poirot comprend que Arbuthnot ne voulait pas le tuer.
Alors que le train est dégagé de la neige, Poirot retarde le départ en confrontant tous les autres passagers. Il leur expose ses deux théories sur le meurtre de Ratchett. Soit un meurtrier est monté à bord du train la nuit précédente, lorsqu'il s'est arrêté à une gare, l'a assassiné puis s'est enfui. Soit tous les passagers ont une connexion avec les Armstrong, le procès, la mort de Susanne et l'assassinat de Ratchett : Poirot les démasque tous. Macqueen était le fils, amoureux de Sonia, de l'avocat de la famille Armstrong et qui a condamné à mort Susanne. Edward Masterman, atteint d'un cancer, était l'ordonnance, puis le valet du colonel Armstrong. Le docteur Arbuthnot était le médecin de la famille, tandis que Mary Debenham était à la fois la gouvernante de Daisy et la secrétaire de Sonia. La princesse Dragomiroff se révèle être la marraine de Sonia, tandis que sa gouvernante Hildegarde travaillait comme cuisinière pour les Armstrong. La missionnaire Pilar Estravados, ancienne nurse de Daisy, ne s'est jamais remise du kidnapping qu'elle n'a pu empêcher. Gerhard Hardman n'est pas professeur, mais un détective amoureux de Susanne. Marquez était le chauffeur du colonel Armstrong. Pierre Michel était le frère de Susanne. Enfin, Mrs. Hubbard n'est autre que la célèbre actrice Linda Arden, la mère de Sonia Armstrong.
Mrs. Hubbard a planifié le meurtre de Ratchett en les rassemblant tous afin de se venger. La nuit du meurtre, alors que Ratchett était profondément endormi par un médicament versé dans son café, ils l'ont tous poignardé chacun leur tour dans son lit. Hubbard a par ailleurs demandé au docteur Arbuthnot de la poignarder dans le dos afin de mener Poirot sur une fausse piste. Ayant découvert la vérité, Poirot leur soumet son dilemme car il ne peut pas mentir à la police, contrairement à son ami Bouc. Ils peuvent le tuer car il peut les faire arrêter pour complicité de meurtre et ils finiront en prison. Mrs. Hubbard s'empare de son arme et tente de se donner la mort. Mais le revolver est vide car Poirot, voulant connaître leur réaction à sa proposition, en a retiré les balles.
Pourtant, tandis que le train est reparti, Poirot sait qu'il ne pourra pas les faire inculper du meurtre car il n'a pas de preuves concrètes. Selon lui aussi, Ratchett méritait de mourir. La justice est donc impossible dans cette affaire et, alors qu'il est obsédé par la justice et la vérité, il choisit de les laisser repartir. Il décide de vivre avec un mensonge et l'injustice pour la première fois de sa vie. Il annonce à la police yougoslave qu'un seul tueur a tué Ratchett et qu'il s'est enfui, autorisant tous les suspects à partir. Alors qu'il voit l'Orient-Express s'éloigner, un homme lui apporte un télégramme lui demandant de venir en Égypte pour enquêter sur un meurtre sur le Nil. Poirot accepte l'enquête.





Je suis une grande fan d'Agatha Christie et je dois avouer que je n'ai pas retrouvé tous les ingrédients qui me plaisent chez cette auteure.
Hercule Poirot c'est Hercule Poirot...


C'est à dire que Kenneth Branagh le joue très bien comme d'ailleurs tous les comédiens mais c'est plutôt dans l'écriture même du personnage que je n'ai pas retrouvé l'âme du personnage originelle. J'avais l'impression d'un « mentalist », d'un médium....L'intelligence mais surtout les déductions qui ont fait le succès du détective anglais sont minimisés pour une mise en avant de dons. Je schématise mais je n'ai pas retrouvé cette jubilation que le lecteur a de comprendre le cheminement de l'enquête quand toutes les pièces du puzzle s'emboîtent....
C'est pour moi un gros écueil de cette adaptation.

Un autre élément m'a déplu. C'est un film à gros budget qui s'inscrit dans les blockbusters hollywoodiens. Les décors sont à cette mesure mais j'ai eu l'impression de « toc ». Ainsi Istanbul est vu sous un aspect grandiose mais il y a de tels effets spéciaux que j'ai eu l'impression d'une belle représentation virtuelle qui n'était plus crédible.

Après comme je le disais on est avec la crème des comédiens et la qualité de jeu est là. Peut-être, en grande fan de l'auteure, j'en attendais trop mais dans tous les cas, ce film n'égale pas celui de 1974.

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires