menu 2

gfMes dernières chroniques

mercredi 15 août 2018

Red Queen, tome 3 : King's cage de Victoria Aveyard









Mare Barrow a échangé sa liberté contre celle de ses amis. Retenue prisonnière par l’homme qu’elle aimait autrefois et désormais roi, Maven, elle est dans l’incapacité d’utiliser son pouvoir et subit maintes humiliations et mauvais traitements.
Pendant ce temps, la rébellion continue de s’organiser, de s’entraîner et d’étendre son influence, plus que jamais décidée à lutter contre l’oppresseur. Mais en l’absence de la faiseuse d’éclairs, qui mènera cette armée au bout de son ambition ?
Un troisième et avant-dernier tome tout en tension, où une simple étincelle peut provoquer le plus destructeur des incendies et où la moindre goutte de sang peut engendrer le plus terrible massacre.


Victoria Aveyard est scénariste. Passionnée de séries télévisées et de cinéma, elle ne peut survivre sans Netflix. Son premier roman, Red Queen, a été vendu aux enchères dans une vingtaine de pays. 





 Cliquez sur la couverture pour lire les autres chroniques de la série.
http://lachroniquedespassions.blogspot.com/2015/04/red-queen-victoria-aveyard.htmlhttp://lachroniquedespassions.blogspot.com/2017/02/red-queen-tome-2-glass-sword-de.htmlhttp://lachroniquedespassions.blogspot.com/2017/03/kings-cage-de-victoria-aveyard.html







Une série que repart! Aucun temps morts. Une écriture nerveuse qui sert des personnages tourmentés, cruels. J'ai adoré!




Lorsqu’il se lève, la peur glaciale qui se répand dans mon ventre n’a rien de factice, elle non plus. Il contourne la table à longues enjambées élégantes et je contracte chacun de mes muscles. Je me tends pour ne pas trembler. En vain. Je me prépare au coup qui va suivre… Pourtant, il me prend le visage entre deux mains étonnamment douces. Ses pouces viennent se placer sous ma mâchoire, à quelques centimètres de ma jugulaire.
Son baiser est encore plus brûlant que la marque qu’il a laissée sur ma clavicule.
La sensation de ses lèvres sur les miennes est la pire des violations. Dans mon intérêt, je me concentre sur mon objectif et je presse mes poings contre mes cuisses. J’enfonce mes ongles dans ma peau plutôt que dans la sienne. Il faut que je le convainque comme j’ai convaincu son frère. Il faut qu’il me choisisse… Pourtant, je ne trouve pas la force d’ouvrir la bouche.
Il s’écarte en premier. Ses yeux fouillent les miens à la recherche du mensonge que je cache au plus profond de moi.
J’ai perdu la moitié de ceux que j’aimais.
À qui la faute ?
Étonnamment, il tremble encore plus fort que moi. Il recule et se griffe l’intérieur des paumes. Le geste me surprend : je fais la même chose. Quand la douleur mentale est trop forte, je cherche à en créer une autre. Remarquant que je l’observe, il se fige et plaque ses deux bras le long de son buste.
Elle m’a fait perdre une bonne partie de mes mauvaises habitudes, admet-il. Mais pas celle-là. Certains travers reviennent toujours.
Elle. Elara. Son œuvre se tient sous les yeux. Le garçon transformé en roi à force de tortures qu’elle a fait passer pour de l’amour.
Il se rassied lentement. Je ne le lâche pas du regard, consciente de le déstabiliser. Je le trouble et je ne m’en explique toujours pas très bien la raison.
La moitié de ceux que j’aimais. Je ne sais pas pourquoi j’entre dans cette catégorie. Mais c’est la raison pour laquelle je respire encore aujourd’hui. Prudemment, j’oriente à nouveau la conversation sur Cal.
Ton frère est vivant.
Malheureusement, oui.
Et tu ne l’aimes pas ?
Il garde la tête baissée, pourtant son trouble transparaît : ses yeux restent rivés sur un rapport. Pas parce qu’il est surpris ou même triste. Il a l’air plus perplexe qu’autre chose, un petit garçon qui cherche à assembler un puzzle dont il manque un trop grand nombre de pièces.
Non, finit-il par mentir.
Je ne te crois pas.
Je secoue la tête. Je me souviens très bien d’eux tels qu’ils étaient. Des frères, des amis, élevés ensemble pour faire front contre le reste du monde. Maven ne peut pas se couper de tels souvenirs. Même Elara n’a pas pu briser de tels liens. Peu importe que Maven ait tenté de tuer Cal à plusieurs reprises : il ne peut nier ce qu’ils étaient à une époque.
Tu es libre de croire ce que tu veux, Mare.
Comme plus tôt, il joue l’indifférence, déployant des trésors d’énergie pour me convaincre que son frère ne représente rien à ses yeux.
Je sais, moi, que je ne l’aime pas.
Ne mens pas, Maven. J’ai des frères et une sœur moi aussi. Et les choses sont compliquées, surtout avec Gisa. Tout lui réussit mieux, elle a toujours été plus douée, plus gentille, plus maligne. Tout le monde la préfère.
J’exploite mes anciennes angoisses, m’en sers pour tisser une toile dans laquelle prendre Maven.
Je te parle en connaissance de cause : perdre l’un d’eux, perdre un frère…
Ma respiration s’emballe, mon esprit aussi. Continue, puise dans ta douleur.
Rien ne fait aussi mal.
Shade, c’est bien ça ?
Je t’interdis de prononcer son nom ! m’emporté-je, oubliant un instant mon objectif.
La blessure est trop récente, trop à vif. Il ne bronche pas.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires