menu 2

gfMes dernières chroniques

mardi 21 août 2018

Accords corrompus, Tome 1 : Rêves de Glace de Kelly St Clare


 
Sortie : 23 août 2017
Éditeur : Mxm Bookmark
Collection : MXM.IMAGINAIRE
Nombre de pages : 300 pages




Olina a 17 ans et est la Tatuma -la princesse- d’Osolis, un monde dominé par la chaleur.
Elle porte un voile depuis sa naissance et personne, pas même elle, n’a jamais vu son visage.
Alors qu’elle subit la tyrannie constante de sa mère et de son oncle, Olina reste une jeune femme forte, drôle et volontaire qui attend d’être reine pour changer les choses.
Quand une délégation de Glacium - un monde fait de glace à l’opposé du sien- arrive en Osolis, Olina est forcée de remettre ses préjugés en question.
Peu à peu, elle se lie d’amitié avec le prince de Glacium et quand celui-ci demande à voir son visage, tout le monde d’Olina va basculer...

Deux sociétés à l’opposé l’une de l’autre, un périple, des personnages principaux et secondaires extrêmement bien travaillés, une héroïne courageuse et qui évolue tout au long des tomes... 







Auteure de fantasy pour jeunes adultes. née à Wellington en Nouvelle-Zélande.
"Rêves de Glace" (Fantasy of Frost), le premier tome de la série "Les accords corrompus" (The Tainted Accords), publié en 2015, est son premier roman.
Elle vit en Australie avec son mari.

son site : http://www.kellystclare.com/
Twitter : https://twitter.com/KellyStClare
page Facebook : https://www.facebook.com/kellystclare/




Je l'ai lu pendant mes vacances. C'est un très beau livre comme souvent tout ceux de cette très belle collection. Les couvertures sont recherchées et très esthétiques.

Revenons à l'histoire en elle-même. Premièrement, il m'a fallu du temps pour rentrer dans ma lecture. C'est certainement pour cela que je bride mon enthousiasme quant à ce roman très atypique.

On est dans un roman fantasy mais qui emprunte beaucoup à la dystopie notamment quant à la société qu'elle décrite. Nore, sombre et très clivée.

Olina est jeune femme qui vit hors du monde ; pourtant c'est elle qui sera amenée à diriger son pays, Osolis. Avant cette heure, sa mère la maintient hors de la vue de tous. Littéralement, car elle porte un voile qui ne permet à personne de la voir. Même elle, n'est pas autorisée à se regarder dans le miroir.
J'ai beaucoup aimé l'univers proposé. Il est très riche mais aussi très prenant. Osolis, le monde la chaleur reçoit son homologue mais néanmoins opposé Glacium, le monde du froid. Les émissaires de ce monde marchent sur des yeux car les rapports entre eux son tendus et chaque geste à forcément une connotation politique.
Néanmoins un des princes de Glacium, Kendrick tombe sous le charme d'Olina au mépris des règles et du danger....

Alors n'attendez pas une romance banale, vous seriez (déçu?) surpris du déroulement de l'histoire. Celle-ci est extrêmement originale et à aucun moment je n'ai pu anticiper ce qui allait arriver.

Honnêtement, c'est un très bon livre novateur et je pense qu'il aurait été un coup de cœur sans ce début qui manquait beaucoup de pêche. C'est comme s'il manquait une accroche... ou peut-être est-ce seulement moi ?

Le livre se découpe en deux temps que je ne peux pas vraiment expliquer ou développer sans trop vous révéler de l'histoire mais disons que le dernier versant de l'histoire est beaucoup plus réussie dans sa construction que le premier et je l'ai dévorée... Pour la première partie, j'ai eu l'impression d'une mise en contexte qui s'éternisait mais ceci fait, le roman devient génial.

Bref, ce livre recèle une histoire des plus originales que j'ai beaucoup apprécié. Je le recommande malgré un démarrage long et lent.



Je me redresse pour observer une nouvelle fois le lourd voile noir qui couvre mon visage. Sous ce misérable bout de tissu se trouve un visage que j'ai toujours voulu et redouté de connaître. Ce voile est exactement comme la tour dans laquelle j'ai été enfermée pendant les dix premières années de ma vie.
Il est temps d'être libre.
Levant une main tremblante, j'attrape le bord râpeux du voile et, avec une profonde inspiration, je l'enlève d'un coup.
Le temps s'arrête quand je prends conscience de l'impossible réalité devant moi.


La Tatum aime mon frère, pour autant qu’elle soit capable d’aimer, et elle déteste le fait de nous voir si proches, presque autant qu’elle me déteste moi.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires