menu 2

gfMes dernières chroniques

mercredi 15 août 2018

Mi vida es mia, Saison 1 de Céline Jeanne





N'attire jamais l'attention, ma chérie. Sois toujours aussi discrète qu'un caméléon. "
Les paroles de son père hantent encore Amaya quand elle débarque au Salvador après l'assassinat de ses parents, commandité par la Mara Salvatrucha, gang le plus puissant au monde : le père d'Amaya, ancien policier, a autrefois fait emprisonner l'un de leurs chefs, et a dû fuir aux Etats-Unis pour protéger sa famille.
Aujourd'hui orpheline, Amaya doit réapprendre à vivre dans ce monde où elle se sent plus que jamais étrangère : insultes, violences, tout lui rappelle qu'elle n'est pas la bienvenue ici. Heureusement dans quelques mois elle sera enfin majeure et sera libre de recommencer une nouvelle vie, loin de tout ça. En attendant, il faut survivre.
Mais tout bascule lorsque qu'Amaya croise le regard d'Adrián, la Première Main de la branche locale de la Savatrucha. Adrián, un bad boy, un vrai, au regard brûlant et au charme ravageur.
Attirée malgré elle, Amaya sera-t-elle capable de d'écouter son instinct de survie qui lui hurle de rester loin de ce garçon à l'aura dangereuse ?



Constamment dans un monde à part, Céline Jeanne est une éternelle rêveuse, passionnée par le monde hispanique. Dans sa tête ont toujours dansé mille histoires, et la vie a fait que l’écriture de romances est devenue une évidence, la forteresse dans laquelle elle peut donner libre cours à ses émotions débordantes.

Déçue, car j'attendais plus de cette lecture qui m'a laissée de marbre....



On dit que, dans ces moments là, le temps se suspend, que les oiseaux cessent de chanter, qu'on sent au fond de nos tripes que quelque chose va se produire. On dit que des détails imperceptibles nous signalent que tout va basculer, comme s'ils avaient le pouvoir de tout changer.
Je ne vis pas ces détails.



Adrián n'était pas un virus mortel, c'était une drogue. La pire de toutes, celle dont on ne peut pas se sevrer. Celle qui bousille votre avenir

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires