menu 2

gfMes dernières chroniques

mercredi 24 décembre 2014

Daemonica, tome 1 : Palisirs déchainés - Larissa Ione



Tenant sa lame prête, elle entra dans le bureau. Eidolon était à quatre pattes juste en dehors du cercle, et chaque centimètre carré
de sa peau était couvert de sang. Il avait la tête baissée, et elle ne pouvait pas voir son visage.








Tayla est chasseuse de démons, elle appartient à un puissant groupe, les Aegis, qui se bat pour le bien de l’humanité. Pourtant, lorsqu’elle est blessée et amenée dans un hôpital tenu par des démons, elle ne peut résister longtemps aux charmes d’Eidolon. Le chirurgien démon qui lui a sauvé la vie et qui a, par là même, ébranlé son monde. Car si tous les démons ne sont pas mauvais, pourquoi les Aegis ne font-ils aucune discrimination ?


J'adore!!!!!!!!!!!! et je vous donne trois bonnes raisons de rejoindre mes rangs:
1- Pour ceux qui aiment la bit-lit
2- Pour ceux qui aiment  la littérature hot avec des héros caliente.
3- Pour ceux qui aiment les univers singuliers sans faire du copié-collé .



Tenant sa lame prête, elle entra dans le bureau. Eidolon était à quatre pattes juste en dehors du cercle, et chaque centimètre carré de sa peau était couvert de sang. Il avait la tête baissée, et elle ne pouvait pas voir son visage.





Oh, Seigneur ! (Elle fut près de lui en quelques enjambées. ) Hellboy? appela-t-elle en s'agenouillant.

Un frisson le parcourut. Elle aurait voulu le toucher pour le réconforter, mais où ? Il avait de profondes entailles dans le dos et sur les bras et les jambes... Même les plantes Je ses pieds avaient été découpées et béaient. Ses muscles et ses os saillaient de sa chair tailladée, et du sang gouttait sur le sol comme une pluie grotesque.

Je vais te conduire à l'hôpital.

Elle n'était pas sûre de savoir comme elle allait s'y prendre, mais elle bondit sur ses pieds, contente d'avoir quelque chose à faire.

Non.

Sa voix était basse et sonnait comme si elle devait passer à travers un liquide et faisait des bulles... comme s'il avait été fouetté à l'intérieur tout autant qu'à l'extérieur.

Appelle... Shade.

Je ne veux pas te laisser seul !

Mais quand pour toute réponse il frissonna de nouveau elle courut dans l'entrée, où il avait laissé son téléphone portable, sur une étagère.

Les mains tremblantes, elle parcourut le carne: d'adresses jusqu'à ce qu'elle trouve le numéro de Shade.

Qu'est-ce qu'il y a, E ? demanda la voix de celui-ci, plus grave que

celle d'Eidolon, dans l'écouteur.

C'est Tayla. Écoute...

Où est-il ? Qu'est-ce que tu lui as fait ?

Elle s'éloigna un peu plus du bureau et répondit à mi-voix:

Je ne lui ai rien fait. Mais il est blessé. Nous sommes chez lui... Il a franchi une porte, et quand il est revenu... (Il avait l'air d'avoir été passé à la moulinette. ) Il est dans un sale état.

Merde.

Quelque chose se brisa à l'autre bout de la ligne, et Tayla écarta vivement l'appareil de son oreille.

Augmente le chauffage autant que possible. Il est probablement en état de choc, mais tu ne peux pas le couvrir avec une couverture, parce qu'elle absorberait le sang de ses plaies. Je serai là dès que possible.

Il raccrocha, la laissant avec l'impression distincte que ce n'était pas la première fois qu'une telle chose se produisait. Rendue malade par cette idée, elle localisa le thermostat et le mit sur 30 °C. Alors qu'un léger bourdonnement se faisait entendre, elle retourna dans le bureau.

Hé, murmura-t-elle, et elle se laissa tomber à côté de lui sur le sol.

Eidolon n'avait pas bougé. Il était toujours à quatre pattes. Il ne dit rien, et les muscles tendus de sa mâchoire lui en fournirent la raison: il serrait les dents si fort qu'il ne pouvait pas parler.

Tayla en eut la nausée. Qui lui avait fait cela ? D'autres démons seminus ? N'avaient-ils pas le droit de tuer des humains ? Ces questions la rongeaient, mais jusqu'à ce que Shade arrive il ne lui restait qu'une seule chose à faire: distraire Eidolon de sa peine.

J'aime bien ton appartement, dit-elle. J'ai un peu fureté. J'espère que tu n'y vois pas d'inconvénient. Tu seras sans doute heureux d'apprendre que je n'ai rien trouvé de bizarre. Elle se permit un ton un peu taquin, parce que même si elle refusait de l'admettre, elle n'était pas vraiment surprise par ce qu'elle avait découvert: Eidolon était on ne peut plus normal.

Alors, euh, quand penses-tu que nous aurons la réponse à la grande question, à savoir: à quelle espèce appartenait mon cher papa ? J'espère que ce n'est pas quelque chose de vraiment horrible. Tayla faillit éclater de rire, parce que quelques jours plus tôt, elle n'aurait fait aucune différence entre «vraiment horrible » et « pas si horrible que ça » quand il s'agissait des démons. La respiration d'Eidolon devint plus régulière, moins laborieuse, alors elle continua à bavarder, disant toutes les choses stupides qui lui passaient par la tête. Ainsi, elle évoqua ses mauvaises notes à l'école, sa nourriture préférée - les oranges - et son désir d'apprendre à faire du patin à glace. Quand Shade entra dans la pièce, Eidolon en savait davantage sur elle que quiconque, y compris les Aegis, même si elle doutait qu'il l'ait vraiment écoutée.

Shade ne lui accorda pas même un regard tandis qu'il posait sa mallette et s'agenouillait près de son frère.

Hé, frangin, je suis là. Tout va bien se passer.

Comme si la présence de son frère l'autorisait à ressenti: de nouveau la douleur, Eidolon gémit, et Tayla sentit son cœur saigner.

Qu'est-ce qu'ils lui ont fait ? murmura-t-elle.

Shade leva les yeux, comme s'il remarquait seulement sa présence.

On dirait un mélange de coups de poing et de chat-à-neuf queues.

(Il détailla Eidolon de la tête aux pieds. ) Ils l'ont mordu, aussi. Elle eut l'impression que sa poitrine se glaçait de l'intérieur. C'était sa faute. Il n'avait fait que la défendre quand les Gardiens l'avaient attaquée, dans son appartement. Il avait tué pour la protéger.

Il ne méritait pas ce châtiment.

Laisse tomber, tueuse. (Shade se concentra de nouveau sur

Eidolon, son expression devenant plus douce quand il lui prit la tête entre ses mains pour la soulever. ) Ces salauds t'ont bien amoché, hein, cette fois ?

Cette fois ? Il a dit qu'il n'avait encore jamais tué d'humain.

Et c'est le cas .

Elle aurait voulu lui demander ce qu'il avait fait pour mériter les autres passages à tabac, mais la rage froide qui animait Shade n'invitait pas à poser des questions.

Il examina le visage de son frère avec des gestes tendres et légers. Quand il eut fini, il reposa sa tête sur le sol et, parlant sur un ton apaisant, il fit courir ses mains sur ses côtes, son ventre et ses extrémités. Eidolon claquait des dents, mais il n'émit pas un son, alors que cela devait être terriblement douloureux.

Ouvre mon sac et passe-moi la seringue que tu trouveras dans la poche intérieure, tueuse.

Heureuse d'avoir quelque chose à faire, Tayla obéit et la lui tendit. Shade en injecta le contenu dans l'épaule d'Eidolon avec une efficacité toute professionnelle. Ce type avait peut-être la personnalité drôle et attachante d'un pitbull en rogne, mais il

transpirait la confiance en lui et en ses capacités médicales, ainsi que, Tayla ne put s'empêcher de le constater, une virilité brute comparable a celle de son frère.

C'était pour la douleur ? demanda-t-elle.

Un antibiotique. (Shade tira un tube et une poche de sang de son sac. ) Les analgésiques sont contre les règles.

Les règles ? Il en existe au sujet de battre quelqu'un presque à mort ?

Au lieu de répondre, il installa l'intraveineuse pour transfuser Eidolon et accrocha la poche à la poignée de la porte. Quand il eut fini, il mit ses larges paumes sur le cou de son frère, l'une des rares zones de son corps qui étaient indemnes, et le caressa en dessinant des cercles lents.

Frangin, ton pouls est irrégulier et ta respiration erratique. Il faut que tu te détendes.

Il ferma les yeux, et pendant un instant il sembla que la tension qui habitait Eidolon se dissipait. Puis il convulsa et se remit à haleter de plus belle. Sans réfléchir, Tayla posa la main sur la sienne. Shade ouvrit aussitôt les yeux, et devant son regard noir elle ramena son bras en arrière, craignant d'être en train de faire mal à Eidolon au lieu de l'aider.

Non, grogna Shade en l'attrapant par le poignet. (Un grondement sourd monta de la poitrine de son frère, et il plissa les yeux. ) Eh bien, voilà qui est intéressant, murmura-t-il, avant de replacer la main de la jeune femme. Ton contact semble l'apaiser. Reste comme ça jusqu'à ce que j'aie réussi à l'endormir.

Elle lui caressa les doigts, ceux-là même qui lui avaient sauvé la vie et donné tant de plaisir, et, quelques minutes plus tard, Shade hocha la tête.

Il est inconscient et devrait le rester pendant les deux prochaines heures.

IL va s'en sortir, n'est-ce pas ?

Oui, nous ne sommes pas si faciles à tuer. Juste pour ton information, Aegie. (Il rassembla ses affaires et lui fit signe de le suivre jusque dans la cuisine, où il se lava les mains. ) Si Wraith appelle, ne lui dis pas un mot au sujet de ce qui vient de se passer. S'il vient ici, ne lui ouvre pas.

Pourquoi ?

Il hésita si longtemps qu'elle crut qu'il n'allait pas lui répondre, mais alors qu'il s'essuyait les mains il dit:

Eidolon a été puni, pas pour quelque chose qu'il a fait lui-même, mais pour le crime de Wraith. Et Wraith ne doit jamais le savoir.

Alors, ça n'avait rien à voir avec la bagarre à mon appartement ? Je ne comprends pas.

C'est inutile.

Si, au contraire. Je ne vais pas faire de mal à Eidolon, ou je l'aurais achevé au lieu de t'appeler, non ?

Shade montra les dents.

Si tu ne l'avais pas fait, je t'aurais...

Mais c'est le cas, hurla-t-elle. Alors dis-moi pourquoi Eidolon a failli être tué pour un truc que Wraith a fait.

je ne t'aime pas !

Le sentiment est réciproque, mon pote. Allez, crache le morceau. Shade lâcha un gros soupir, comme si cela pouvait le calmer. Au moins, il poursuivit:

Wraith est moitié vampire, moitié seminus. Les lois des différentes espèces ne sont pas toujours les mêmes, et à cause de ça il est dans une zone floue entre les deux. Les deux conseils n'arrivent pas à se mettre d'accord sur la manière de le punir pour ses diverses transgressions. Mais ils veulent que quelqu'un paie.

Pourquoi Eidolon ?

Parce que Wraith n'y survivrait pas.

C'était vraiment tordu, et cela éveillait un instinct de protection qu'elle ignorait posséder.

Je me demande comment Wraith peut laisser une chose pareille se produire. Pourquoi ne fait-il pas en sorte qu'Eidolon ne soit plus jamais torturé ainsi ?

Wraith pense être intouchable... Il ignore ce que subit Eidolon. S'il savait ce par quoi E est obligé de passer parfois... (Shade secoua la tête) nous le perdrions. Il ne doit jamais apprendre la vérité.

C'est dingue. Il faut le lui dire. Ça doit cesser. Et si la prochaine fois ils tuaient Eidolon ?

Ce ne sont pas tes affaires. Comme je te l'ai déjà dit, pas un mot. Si tu fais ne serait-ce qu'allusion à cet épisode devant Wraith, je te le ferai payer, tueuse. Elle frappa de la paume de la main sur le comptoir et se pencha en avant.

Essaie pour voir, connard.

Les yeux de Shade devinrent dorés, lui rappelant l'homme qui souffrait en silence dans l'autre pièce... et que le moment était mal choisi pour se battre avec le démon qui était venu à son secours. Il dut se faire la même réflexion, parce que son regard perdit sa couleur de métal précieux pour redevenir brun-noir

et étrange, toujours changeant, comme si des ombres glissaient à la surface.

  • Tu ressembles beaucoup à Eidolon, dit-elle a







  • Pourquoi diable avait-elle passé la nuit dans le placard de Tayla ? Elle raccrocha, et Eidolon grogna. Il avait la bouche sèche, et ses muscles étaient raides et protestaient d'être restés douze heures dans la même position. Faisant pivoter sa tête, il essaya de se débarrasser d'un torticolis, puis il vit Tayla, roulée en boule près de lui, sur le sol. mi-voix. Et, en même temps, tu es très différent.

Il grogna.

Tous les démons seminus sont presque identiques à leurs frères, mais leurs comportements varient en fonction de l'espèce qui les a élevés.

Mais... Wraith est blond.

Décoloré.

Il a les yeux bleus.

Ce ne sont pas les siens.

Ce ne sont pas ses yeux ?

Shade souleva son sac; apparemment, il en avait assez de faire la conversation.

E sera guéri demain matin. Essaie de lui faire boire du liquide, et... (Il laissa sa voix mourir et détourna les yeux avant de l'avoir transpercée avec l'intensité de son regard. ) Reste avec lui. Il traverse généralement ça tout seul.

Il quitta l'appartement en claquant la porte, la laissant seule dans la cuisine, le cœur battant. Des émotions qu'elle n'avait pas ressenties depuis des années faillirent la mettre à genoux. Les trois frères s'aimaient farouchement, et elle n'y aurait pas cru si elle ne l'avait pas vu de ses propres yeux. Ils se protégeaient les uns les autres, ils se guérissaient, et il était clair qu'ils mourraient l'un pour l'autre. Elle doutait que quiconque, à part peut-être sa mère, aurait jamais donné sa vie pour elle, et même quand elle était encore là, elle était bien trop stone pour mettre son existence en péril pour autre chose que sa prochaine dose. Comment serait-ce d'avoir une tell e famille? se demanda- t-elle en se servant un verre de jus d'orange, dont elle trouva une bouteille dans le frigo. Mais elle n'alla pas plus loin, parce que cette route ne menait qu'à de l'auto-apitoiement, suivi aussitôt par le sentiment d'être une idiote pitoyable.

Elle retourna dans le bureau avec Eidolon, qui semblait dormir paisiblement, bien qu'il soit encore à quatre pattes. Ses genoux et ses mains étaient les seules parties de son corps intactes, après tout. Certaines de ses blessures avaient déjà commencé à guérir. Oui, les siennes se refermaient, et celles de Tayla venaient de se rouvrir.

La sonnerie d'un téléphone réveilla Eidolon. Avant qu'il ait pu se lever pour décrocher, le répondeur se mit en route et la voix de Gem se fit entendre, râpeuse comme si elle avait été entraînée dans une soirée étudiante et s'était écroulée sur la pelouse devant chez elle.