menu 2

gfMes dernières chroniques

jeudi 25 décembre 2014

Dream Hunter, tome 4 :Le prédateur de la nuit Sherrilyn Kennyon

 



Le regard de Delphine s'arrêta soudain sur une photo : Tory, plus jeune, debout dans les ruines d'un temple grec, flanquée d'une femme blonde et d'un homme aux cheveux noirs... un homme que Delphine connaissait très bien.




Depuis la nuit des temps, Cratus a combattu au nom des dieux qui l’avait engendré.
Pour tous ceux qui éveillaient son courroux, il incarnait la mort jusqu’au jour où il a déposé les armes. Aujourd’hui, un ennemi est lâché sur Terre, avec pour champ de bataille les rêves des Humains. Il est seul capable de l’anéantir. Mais il jure ne jamais reprendre les armes… Seule Delphine Toussaint pourrait le convaincre.
Chasseuse de Rêves vouée à protéger l’Humanité, il lui faut rallier Cratus à sa cause.
Or, le temps est compté. Car d’ici peu notre monde ne sera plus


J'avais bien accroché avec les premiers tomes de la série mais j'en avais un peu marre ces derniers tomes du côté filon qu'on écoule jusqu'à l'épuisement. Mais bon, je suis obstinée et je me suis mise à lire cet énième opus. Et là, la sauce prend dès les premières pages. Ce Jéricho me plaît tout comme sa relation compliquée avec Delphine. Je me suis dit "tu as bien fait de t'obstiner". Mais tout se complique à la moitié du livre. J'ai lu fait des coupes qui rendent le récit tout bonnement incompréhensible. L'histoire d'Achéron n'est pas encore traduit en France  si bien qu'on est vraiment déçu de voir sa relation avec Torry  introduite de manière prématurée. La cerise sur le gâteau c'est l'introduction des personnages secondaires façon Kenyon. C'est brouillon et on perd de vue les personnages principaux.


Dommage. 
 


Le regard de Delphine s'arrêta soudain sur une photo : Tory, plus jeune, debout dans les ruines d'un temple grec, flanquée d'une femme blonde et d'un homme aux cheveux noirs... un homme que Delphine connaissait très bien.
— Arik ? fit-elle avec stupéfaction.
— Vous connaissez le mari de ma cousine ? fit Tory, surprise.
— Je ne sais pas... Il ressemble à quelqu'un que j'ai connu.
— C'est le même Arik, dit une voix masculine très basse, mâtinée d'un accent que Delphine n'avait pas entendu depuis des siècles.
Un accent atlante.
Se tournant dans la direction d'où venait la voix, elle découvrit un homme immense assis dans un fauteuil, une guitare électrique noire sur les genoux.
Ses cheveux étaient violet foncé et ses yeux d'une singulière couleur argent changeante. Habillé à la mode gothique, il n'avait pas l'air d'avoir plus de vingt-deux ou vingt-trois ans. Mais l'aura de puissance qui l'enveloppait était effarante. Cet individu n'avait rien d'humain.
Elle avait en face d'elle un immortel extrêmement puissant.
Quelqu'un qui était tout le contraire de la femme qui le regardait en souriant. Et quand il lui rendit son sourire, l'expression d'adoration qui brilla dans ses yeux clamait que Tory était tout pour lui.
Dieux, que n'aurait-elle pas donné pour qu'un homme la regarde de cette façon !
Tory alla se placer derrière lui et posa une main sur son épaule. Le dieu semblait détendu, mais Delphine ne se faisait pas d'illusions : au moindre geste inconsidéré de leur part, il les réduirait en cendres avant qu'ils aient le temps de dire ouf.