menu 2

gfMes dernières chroniques

mercredi 31 décembre 2014

Les frères McCloud, tome 4: L'aube de minuit - Shannon Mckenna


 

Retiens ton souffle, je vais agir en homme adulte pour la première et probablement la dernière fois de ma vie. Garde les yeux bien ouverts.




Sean McCloud doit protéger la femme qu’il n’a jamais cessé d’aimer : Liv Endicott. Il y a bien des années, Sean a dû la repousser pour sauver la vie de la jeune femme. Mais les voilà de nouveau proches, très proches… pour la même raison.

Le jour même où un pyromane met le feu à la librairie de Liv dans une petite ville des montagnes de l’état de Washington, elle découvre que le destin n’en a pas fini avec elle. Au milieu de la fumée, des décombres et des larmes apparaît Sean McCloud, appelant son nom. Il ressemble en tous points à l’homme qu’il était autrefois – cet homme qu’elle désire encore. Mais le désir ne veut pas dire faire confiance, et elle n’ose le laisser trop approcher. Mais un tueur impitoyable est sur ses traces, et elle mourra à moins qu’ils ne joignent leurs forces pour déterrer une terrible vérité –
tout en succombant l’un pour l’autre dans une brûlante passion. 
 http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/
  

Je suis fan de cette auteur même si du coup j'ai lu Brûlant comme la braise et que je peux dire que tous ses livres ne se valent pas. En tout cas avec la série des frères McCloud, je n'ai jamais été déçu.

Il intègre la collection passion intense aux éditions j'ai lu et il a bien sa place dans cette collection. Le héros ne pense qu'au sexe. Trop. On est pas loin de la pathologie, du réflexe compulsif.

Malgré cela, je l'ai bien aimé.
Pourquoi ?
C'est un héros atypique qu'à brossé l'auteure. Il est loin du macho inébranlable et incapable de communiquer avant la toute fin du livre (héros trop récurrents!)

Sean est beau, marrant, très (trop) porté sur le sexe mais c'est aussi un peu looser et obsessionnel. Il n'est pas forcément le héros à qui tous les mecs voudraient ressembler mais l'auteure nous le rend vraiment attachant à cause de sa sensibilité exacerbée.


Je le conseille  ! 
Une belle histoire d'amour.






— Retiens ton souffle, je vais agir en homme adulte pour la première et probablement la dernière fois de ma vie. Garde les yeux bien ouverts.

— Arrête, tu es ridicule…

— C’est ce que j’essaie de faire, dit-il. Mais j’ai besoin de ton aide. Dis-le clairement et simplement, avec des mots que même un idiot comme moi peut comprendre. Dis : sors de ma chambre, Sean, et ne m’approche plus jamais.

Elle déglutit pour tenter de dénouer sa gorge.

— Et tu partiras ?

— Et je partirai.

Les secondes s’égrenèrent. Il la fixait en silence. 









L'extrait :
Il écarta son visage.

— Trop tard pour me snober. Nous avons passé le point de non-retour il y a à peu près… trois orgasmes.

— N’essaie pas de t’imposer par la force, espèce de brute !

— Sinon quoi ? Tu appelleras papa et maman ou encore ce faux-cul de Blair Madden pour te sauver ? J’aimerais te voir leur expliquer pourquoi tu es nue et couverte de sueur.

— Va au diable, Sean !

Il déposa une pluie de baisers sur ses seins, puis sur son ventre.

— Si je me mettais à genoux pour recueillir encore un peu de ce fluide royal.

Liv se débattit en vain. Il avait plaqué les mains sur ses hanches et embrassait son sexe, glissant sa langue experte entre ses lèvres humides.

— Arrête, le supplia-t-elle. Je ne peux plus le supporter…

Il écarta son visage pour la regarder.

— Lorsque tu auras joui tout ton soûl, tu seras en position de m’éjecter.



L'extrait :

Il s’était lentement retiré avant de se pencher sur elle pour glisser sa langue sur son sexe humide. Elle haleta, les muscles tendus à se rompre.

— Qu’est-ce que tu… Seigneur, Sean, arrête ça !

— Ne me punis pas, la supplia-t-il. Cruelle princesse. Je ferai tout ce que tu voudras. Ne me laisse pas sur le côté, c’est tout ce que je te demande. Votre Majesté, je vous en supplie…

— La ferme !

Elle se tortilla pour lui échapper.

Il sourit. Les yeux de Liv étincelaient et il pouvait deviner qu’elle se retenait pour ne pas exploser de rire. C’était bon signe.

— Alors ? demanda-t-il doucement.

Elle détourna le regard, les joues enflammées.

— Comment veux-tu le faire ?

— À toi de décider. Par-derrière, à quatre pattes. Contre le mur. Chevauche-moi comme un cow-boy. Tout ce que tu voudras. Honneur aux femmes.

— Je ne tiens plus suffisamment sur mes jambes pour me lancer dans de folles acrobaties, dit-elle timidement.

Il lui tendit la main.

— Alors allonge-toi sur le lit, suggéra-t-il.



L'extrait :
Il se força à déglutir pour avaler le nœud qui s’était formé dans sa gorge. Puis il se retira et se détourna d’elle, en quête du sac plastique où il déposa son préservatif.

— Sean ? Est-ce que… Est-ce que ça va ?

Le son de sa voix n’était qu’un murmure étouffé.

— Ça va très bien, dit-il d’une voix épaisse. Tu es un super coup, princesse.

Sur ces mots, il disparut dans la salle de bains et s’aspergea les yeux d’eau jusqu’à faire disparaître ses larmes.

Ensuite, il reprit son masque d’indifférence avant de retourner dans la chambre. Il enfila son jean et sa chemise sans accorder un regard à Liv, puis reprit les armes qu’il avait déposées sur la table de chevet. Toujours en silence, il entreprit de remettre ses bottes. Elle le regardait, immobile, sa robe de chambre étroitement refermée sur son corps.

— Sean ? dit-elle d’une petite voix.

Il l’ignora et attrapa son téléphone, posé sur la commode.

— Qu’est-ce que tu fais avec mon portable ?

— J’enregistre mon numéro dans tes contacts. Si tu es en manque, envoie-moi un SMS. Je serai là dans la minute, prêt à rendre service.

— Pourquoi es-tu aussi froid ? murmura-t-elle.

Il se tourna vers elle, les sourcils froncés.

— Quoi ? Je n’ai pas été assez chaud pour toi ?

— Ce n’est pas ce que… Oh, je vois. Tu te métamorphoses de nouveau. Tu te transformes en horrible Sean, c’est ça ?

Il haussa les épaules.

— Peu importe, je serai toujours dur pour toi. Tu me trouveras à la lettre O, comme objet sexuel, dans ton répertoire.

Il reposa l’appareil sur la commode et ouvrit la porte.




L'extrait :
Mauvaise idée. Il s’appuya à la rambarde de sécurité et vomit, les poings serrés, les yeux remplis de larmes. Ça craignait vraiment un max ! Il était du genre souple, mais toute cette gymnastique émotionnelle ne faisait pas partie de son répertoire.




 
Cliquez sur la couverture
pour lire les autres chroniques de la série.
http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2014/07/les-freres-mccloud-tome-1-derriere-les.html Couverture de Les frères McCloud, Tome 2 : Au-delà de la trahison http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2014/07/les-freres-mccloud-tome-3-hors-de.html http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2013/11/les-freres-mccloud-tome-4-laube-de.html#  http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2014/04/les-freres-mccloud-tome-5-au-coeur-de.html
                            http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2014/04/les-freres-mccloud-tome-6-lultime.html http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2015/03/les-freres-mccloud-tome-7-supreme.html http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2015/05/les-freres-mccloud-tome-8-blood-and.html