menu 2

gfMes dernières chroniques

mercredi 17 décembre 2014

Le guerrier irlandais - Krys Kennedy





 Brandissant le gobelet, elle soutint le regard du baron et renversa lentement le vin qui forma une flaque écarlate sur le sol.








Roaka's black hair clashed with his icy blue eyes. But a wild feeling danced around him. Like a force of rebellion that seemed to course in his veins. (I imagined him with a little longer hair.

Irlande, 1295. Senna de Valery est retenue prisonnière par le terrible lord Rardove, déterminé à l'épouser pour lui soutirer un précieux secret. Lorsque la jeune femme remarque la présence d'un mystérieux captif dans le château, le séduisant guerrier Finian O'Melaghlin, elle projette de le libérer et de s'enfuir avec lui. Leur évasion est un succès mais les deux fugitifs, exposés à la fureur de Rardove et de ses hommes, s'engagent alors dans un voyage des plus périlleux à travers la vaste et sauvage Irlande, bravant le danger, les sacrifices et la fièvre passionnelle qui les consume...




Je n'ai pas du tout accroché. Le rythme est lent et ampoulé. Je ne l'ai pas fini tant je m'ennuyais. Je le déconseille à toutes les passionnées !








Brandissant le gobelet, elle soutint le regard du baron et renversa lentement le vin qui forma une flaque écarlate sur le sol.Rardove en demeura bouche bée. Puis il esquissa un rictus et traversa l'estrade pour se poster face à Senna. Il était si imposant qu'elle ne voyait plus le reste de la salle. Elle ne percevait que l'odeur du baron, un mélange de sueur et de cuir, sans parler de sa rage. Son haleine lui parvenait à chaque respiration.

— Ce vin était précieux, déclara-t-il, fulminant.

— Autant que ma signature au bas d'un contrat de mariage, milord. Aussi précieux que mon sang.



Il inclina légèrement la tête, comme s'il réfléchissait à ses propos.

— Votre sang est facile à verser, Senna, répondit-il avant de la gifler violemment.

Senna fut projetée en arrière et réprima un cri. Un sourire encore plus terrifiant que cette agression apparut sur le visage du baron. Il la saisit par le menton et l'obligea à lever la tête. Il avait une barbe blonde naissante, un grand front large et fuyant, des yeux noisette soulignés de rides, une bouche harmonieuse capable de proférer de telles vilenies que la jeune femme en fut dégoûtée.

— Vous allez m'obéir, Senna ! Même si je dois pour cela m'insinuer en vous jusqu'à la moelle.

Du pouce, il caressa sa lèvre inférieure ensanglantée d'un air menaçant.

— S'il s'agissait là d'une révolte, elle s'arrête sur-le-champ, reprit-il. Vous m'entendez ?

Elle voulut détourner la tête, mais il était plus fort qu'elle.

— Je vous entends, milord, répondit-elle d'une voix tremblante.

Il réfléchit un instant.

— Non, Senna. Je ne crois pas...

Sans crier gare, il la poussa contre le mur, puis lui saisit un poignet.

— Est-ce là la main que vous me refusez ?

Sa question murmurée glaça les sangs de Senna. Pour ne pas hurler de terreur, Senna posa son autre main sur sa bouche meurtrie et appuya la joue contre la pierre froide.

D'un geste brusque, Rardove la tira en avant et lui plaqua la main sur la table.

— Vous apprendrez vite que j'obtiens toujours ce que je veux ! Et dans tous les domaines ! rugit-il.

Sur ces mots, il empoigna un lourd casse-noix et l'abattit sur la main de Senna. Une douleur fulgurante parcourut tout son corps. Elle s'écroula aux pieds de son bourreau et se recroquevilla sur elle-même, luttant pour ne pas pleurer.

L'Irlandais se rua vers l'estrade avec un hurlement de rage. Hélas ! ses chaînes l'entravaient. Un soldat se précipita sur lui et le cloua au sol en posant un genou sur sa poitrine. Avec un juron, il lui assena un coup de coude dans la mâchoire, avant de le relever.

Cet incident lui valut un regard courroucé de Rardove, qui reporta son attention sur Senna.

— Je viens de faire couler votre sang, déclara-t-il d'un ton posé, pour vous prouver qu'il est plus sage de ne pas me résister. Je ne voudrais pas abîmer une aussi jolie bouche, mais si elle dépasse une nouvelle fois les limites, soyez assurée que je n'hésiterai pas.