menu 2

gfMes dernières chroniques

mardi 3 juin 2014

Rebecca Kean Tome 2 : Pacte de sang de Cassandra O'Donnell

http://www.rebeccakean.com/system/resources/W1siZiIsIjIwMTMvMDIvMTIvMDNfMThfNDZfMjgyX3RvbWVfMl9jaGFwXzEucGRmIl1d/tome_2_chap_1.pdf

- Tu avais déjà pris la décision de le tuer, pas vrai?
- Oui.
- Même si ça déclenche une guerre?
- Oui.
- Même si ça te fait perdre Raphael?
- Oui.
- Même si ça te coûte la vie?
- Oui.
Il me scruta longuement et dit en soupirant:
-Tu as déjà envisagé une thérapie?











 Cliquez sur la couverture pour télécharger les deux premiers chapitres sur le site de l'auteur.

Le résumé :
«Depuis que je suis devenue la tueuse attitrée de la communauté surnaturelle du Vermont, je n'ai plus une minute à moi : course-poursuite, exécutions, meurtres en série... Bref, je n'ai ni le temps ni l'envie de m'occuper de ma vie privée. Alors quand mon ex, Michael, un vampire aussi sexy que redoutable, a débarqué en ville, ça m'a un peu contrariée. Il faut dire que quand on se retrouve enceinte à seize ans et qu'on plaque son amant, on n'est généralement pas très pressée de le revoir dix ans plus tard et de lui annoncer qu'il est papa. Du moins, pas avant d'être passée faire le plein chez Joe, le marchand d'armes du coin.»


L'extrait :
Je lui jetai un regard dédaigneux.
- Est-ce que tu réalises que tu n'es pas dans ton état normal ? Que des émotions, des sentiments submergent ton esprit et te rendent complètement irrationnel ?
- Pourquoi ? Parce que je veux châtier un parjure et un traître ? cracha-t-il.
- Non. Parce que tu es sous l'emprise de la jalousie.
- c'est ridicule, un vampire de mon âge ne ...
Je levai la main pour l'interrompre.
- Ah non ? Alors comment expliques-tu l'insanité de ton comportement ? Réfléchis une seconde, Raphael. Tu m'as dit qu'à mon contact, tu retrouverais petit à petit tes émotions humaines, tes sentiments... pourquoi la jalousie n'en ferait-elle pas partie ?
Puis soudain il se tut et ses yeux s'écarquillèrent comme s'il venait d'avoir une révélation.
- Non, ce n'est pas possible, je ne peux pas... ce n'est pas... enfin je ne ressens pas...
Il respira profondément, planta ses yeux de nacre dans les miens et les tremblements qui me secouaient un peu plus tôt cessèrent brutalement.
- C'est douloureux, dit-il.
Je hochai la tête.
- Oui. Les émotions sont douloureuses. C'est pour cette raison qu'on apprend très tôt aux Vikaris à ne rien ressentir. On ne peut posséder un pouvoir comme le nôtre en se laissant guider par elles ou par ses impulsions, c'est trop dangereux.
- Je suis un maître en matière de contrôle, toutes mes décisions sont rationnelles et réfléchies, fit-il d'un ton aigre.
Je levai les yeux au ciel.
- Comment étais-tu quand tu était humain ? Je veux dire, étais-tu impulsif, possessif, violent... ?
Ses pupilles blanches reprirent leur couleur bleutée.
- Le vampire a effacé l'homme depuis trop longtemps pour que je puisse m'en souvenir, Rebecca.
- Eh bien je t'annonce que "l'homme" comme tu dis, est en train de pointer son nez à nouveau, qu'il a un caractère épouvantable, des tendances homicides et qu'il ne supporte pas que quelqu'un essaie de piquer sa petite amie, raillai-je.